Comment se passe le travail avec un illustrateur ? — Bien ou quoi ?

De la prise de contact jusqu’à la livraison de l’illustration finie, je vous explique ma manière de procéder lorsqu’on me commande une illustration.

via Comment se passe le travail avec un illustrateur ? — Bien ou quoi ?

Publicités

Le système politique : petite piste de réflexion

Non, je ne vais pas aborder avec vous la question du système politique français, je ne donnerais pas non plus mon avis sur le gouvernement parce que clairement ce n’est pas le but de cet article. Aujourd’hui, je veux parler de création d’un monde fantastique ou du moins imaginaire.

Lorsque l’on invente un monde, qu’il s’agisse de tout un monde, d’une dystopie ou d’un récit historique, il y a un passage obligé ! Celui de connaître le système politique en place dans votre monde ou durant la période historique.

Pas de chance, ceux qui souhaitent réellement écrire une fiction historique doivent se renseigner sur le système politique en place au moment du récit. Si votre texte renvoie au Moyen Age pas, le choix il faudra ouvrir quelques livres d’histoire et vous renseigner sur le système féodale. Si au contraire vous souhaitez écrire une histoire totalement fictive, ou dans un futur ou passé imaginaire libre à vous d’inventer un système politique.

Je vous entends déjà d’ici : vous allez me dire « oui mais moi j’invente tout mon monde/univers donc ton article ne me servira à rien parce que dans mon monde ça ne sera pas comme dans la vraie vie ». Oui, certes, mais en êtes-vous réellement certains ? Dans le cas, où  vous en seriez convaincu ne pouvez-vous pas vous inspirer un peu de ce qui se fait dans notre réalité afin de donner plus de vie à votre récit ? Je table toujours sur la seconde option, sinon vous pouvez vous arrêter là, je ne serais pas fâchée.

Si comme moi vous êtes un peu fâchée avec l’histoire, il se peut que vous ayez du mal à vous y retrouver dans l’histoire des formes de système politiques alors reprenons les bases.

Autant vous prévenir cet article n’a pas de visée exhaustive, je vais certainement oublier des choses, peut-être mal expliquer certaines, je ne suis pas du tout une spécialiste de la question et je serais même ravie d’avoir des retours de personnes bien plus compétentes que moi.

Allons faire un petit tour en direction des différents systèmes politiques :

Anarchie : Non l’Anarchie ce n’est pas juste une idée de punk à chien ou le désordre sociale.  Dans l’esprit l’anarchie est un système politique sans gouvernement. Il n’y a ni chef du gouvernement, ni d’autorité unique, personne ne peut donc prétendre avoir une autorité sur une ou des autres. Cela ne signifie pas un système sans ordre établie, c’est même le contraire, mais sans système politique.

Autoritarisme : Dans ce système l’autorité devient la valeur suprême. C’est un système qui cherche à contrôler chaque aspect de la vie du peuple en mettant en place de la propagande, la répression de la population et le contrôle de la vie du peuple.

Autocratie : il s’agit d’un système politique ou le pouvoir est détenu par une seule personne, qui dirige donc seul le pays.

Monarchie : Le système politique n’est pas nécessairement tenu par un seul dirigeant mais il n’en reste pas moins qu’un seul personne apparaît comme figure de proue. Une monarchie n’est pas nécessaire un royauté, un système héréditaire. La monarchie peut se faire par élection, par droit divin, par loi salique, être absolue ou non.

Communisme : Il s’agit d’un état sans classe sociale, sans état à proprement parler, sans monnaie ou tous les biens sont partagés.

Démocratie : Un régime politique où les citoyens ont le pouvoir de décision. Pour ceux qui connaissent Abraham Lincoln il a résumé la démocratie par « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ».

Oligarchie : Il s’agit cette fois d’un système de pouvoir où seul groupe d’individus détient le pouvoir politique. Il existe différente forme d’Oligarchie.

République : En république, le peuple ou ses représentants élisent le gouvernement.

Théocratie : il s’agit d’un ordre dans lequel Dieu ou les divinités (tout dépend du système de croyance) gouverne(nt). Il s’agit de fait d’un système politique fondé sur des principes religieux.

J’ai bien conscience que cette petite liste n’est pas parfaite, ni même complète. Elle ne se veut ni l’une, ni l’autre.  Chacun de ces systèmes politique peut être divisé en plusieurs sous catégorie, afin de le préciser, de le compléter ou de désigner un tout autre système de réflexion. Je tenais seulement à vous donner des pistes de réflexions pour votre monde imaginaire ou fictif. J’ai voulu cet article pour faire suite à celui du mois de juin sur la création de monde imaginaire.

[Ecriture] Les bienfaits de l’écriture – Pourquoi écrire, qu’est-ce que ça apporte ? — La Roseraie

Bonjour, bonjour ! Aujourd’hui, je vous parle des bienfaits de l’écriture. C’est un thème qui me semble important, parce que pour beaucoup d’entre nous, même si nous nous en rendons pas compte, l’écriture nous apporte beaucoup de choses : entre autres, une certaine quiétude. Quand on écrit, on ne pense pas au reste, on se libère de […]

via [Ecriture] Les bienfaits de l’écriture – Pourquoi écrire, qu’est-ce que ça apporte ? — La Roseraie

Objectifs de juin

Encore un nouveau mois qui commence et de nouveaux objectifs. Toujours l’envie de me dépasser, d’aller plus loin dans mes capacités et d’apprendre plus.

Pour ce nouveau mois j’aurais beaucoup de défis à relever.

Premier défi : regarder la liste d’admissibilité pour mon concours.

Ensuite, trouvez une nouvelle chaise de bureau la mienne part en morceaux.

Je veux également continuer mon « régime » pour perdre mes kilos en trop et être en meilleure santé et plus en forme, avoir plus d’énergie. Ce défi là sera certainement un défi qui me prendra de très longs mois, mais ce n’est pas important, l’important c’est de faire des efforts pour être en meilleure santé et d’apprendre de ses erreurs et à faire les bons choix alimentaires.

Quatrième objectifs : rattraper mes lectures en retard. J’avais pour objectif de lire 52 livres en 52 semaines ( beaucoup de gros livres et de développement personnel ou de livres sur la mode donc soit des pavés, soit des exercices à faire ce qui demande du temps). Nous entrons dans la 23eme semaine lundi et je n’ai lu « que » 19 livres, je compte donc rattraper mon retard et avoir lus 26 livres en tout à la fin du mois de juin. Comme je l’ai dis dans cet article : lire est très important pour écrire.

Je compte continuer à apprendre le russe, langue qui est très importante pour moi et que je serais fière de savoir parler. Pour le moment, mes efforts sont payants mais on n’apprend pas une langue en un mois contrairement à ce que peuvent affirmer les publicités. Sauf si on passe douze heures par jour, six jours sur sept, et encore, je crois que le cerveau doit saturer à un tel rythme.

Je compte bien continuer et achever la correction du roman que je voulais achever le mois dernier et écrire un nouveau tome de ma saga. Il devient urgent de terminer cette saga, j’ai tellement envie de faire d’autres projets. Je dois également préparer le camp nanowrimo de juillet, même si je n’ai encore pas la moindre idée de ce que je vais écrire. On verra. Peut-être ne vais-je rien préparer du tout.

Mon objectif ménage du mois sera de trier tous mes papiers et de les ranger/ classer. De jeter ce qu’il faudra jeter et d’archiver ce qui est nécessaire.

Pour ce qui est des « études », je dois achever le mooc science-fiction, dont j’ai déjà parlé. Je compte aussi suivre plusieurs mooc sur openclassroom, mais j’y consacrerais certainement un article, même si cela n’a rien à voir avec l’écriture, quoi que…en cherchant bien on doit pouvoir faire le lien.

Je vais également continuer de « casser » mes corsets en faisant des seasonnings. J’aime bien porter mes corsets, je trouve cela très confortable. Porter un corset, c’est un peu comme recevoir un gros câlin, c’est agréable, on se sent soutenu, c’est joli, élégant, doux au toucher et vraiment je me sens plus moi-même lorsque j’ai un corset. Et pour ceux qui se demandent : si on peut très bien respirer avec un corset et non ce n’est pas plus néfaste pour la santé qu’un piercing ou un tatouage. C’est même moins de modification corporel qu’un tatouage. Bien entendu, il y a des hommes et des femmes qui choisissent de faire du Thightlacing (en sommes de porter un corset au moins 12 heures par jour – jusqu’à 23heures par jour tous les jours pour certains – serrer à plus de dix centimètres) mais c’est exactement la même chose que les personnes qui choisissent de se faire tatouer tout le corps. C’est une démarche artistique, personnel et « extrême » qui demande de la réflexion et que l’on ne doit pas juger.

Et mon dernier petit challenge du mois : achever le châle que j’ai commencé à tricoter.

Voilà encore un mois qui sera bien rempli, je le crains. J’ai hâte de voir ce que la vie me réserve.

 

Et vous, avez-vous des objectifs ce mois-ci ?

Bonne journée à tous

Ponine

Le Mooc : La science-fiction explorer le futur au présent

Coucou à tous,

Depuis le 8 mai s’est ouvert un nouveau MOOC sur l’université en ligne FUN. Il s’agit d’un MOOC sur la science-fiction, dans le même esprit que les deux MOOC sur la Fantasy.

Qu’est ce qu’un MOOC ?

Il s’agit d’un cours en ligne. L’acronyme MOOC signifie : Massive Open Online Course. En somme, il s’agit de cours ouvert à tous que l’on trouve sur le web. Les cours et les inscriptions sont totalement gratuit, parfois, un certificat de validation est parfois payant. Les cours sont diffusés sur internet, et il s’agit bien de cours pas de documentaire ou de reportage ou de conférence. Le niveau est généralement universitaire, mais je vous rassure tout le monde peut les suivre. Il n’y a pas de prérequis dans la plupart des cas, sauf parler la langue – eh oui, c’est un minimum, vous pouvez toujours tenter de suivre des cours en japonais mais si vous ne parlez pas la langue cela risque d’être compliqué. Il n’y a aucune limite d’âge. Et la seule chose que l’on vous demandera pour réussir un MOOC c’est d’avoir la discipline de suivre les cours, de répondre aux questions / quiz / tests et autres méthodes de validations.

Pourquoi c’est bien les MOOC ?

Parce que c’est en ligne, c’est gratuit – sauf que vous devrez avoir un moyen d’accéder à un internet – c’est facile d’accès. De plus, c’est pratique, parce que vous pouvez suivre le cours lorsque vous en avait le temps. Avec un MOOC vous pouvez agrémenter votre CV, développer de nouvelles compétences, acquérir des connaissances, continuer à apprendre même si vous n’êtes plus à l’école.

Le MOOC sur la Science-Fiction

Il s’agit d’un MOOC en français, proposer par l’université d’Artois, il est ouvert à tous, totalement gratuit.

Il a démarré le 8 mai et s’achèvera le 26 juin.

Le thème est plutôt simple : la science-fiction. A travers deux parcours, le parcours solaire, déjà ouvert, qui comporte 15 modules, et le parcours stellaires, ouvert à partir du 22 mai, de 15 modules lui aussi, les enseignants exposeront ce qu’est la science-fiction.

Durant les quinze premiers modules, on voyage à travers le temps et l’espace : le premier chapitre se concentre sur l’histoire de la SF, le second expose les différents genres, puis un chapitre évoque les différentes médias, tout une thématique traite de la SF française, et enfin, un intervenant parle de la science dans la science-fiction.

Pour valider le niveau solaire, il suffit de répondre au quiz à la fin de chaque modules. Le but étant d’obtenir un score de 50%, ce premier niveau est très simple, donc n’ayez crainte tout le monde peut le réussir. Le second niveau, stellaire, sera plus difficile, mais je pense qu’il est largement faisable.

Mon avis :

J’ai déjà achevé les quinze premiers modules, j’ai donc obtenu un score de 50%, je suis donc certaine d’obtenir le certificat de réussite. J’attends avec impatiente le 22 mai pour continuer le MOOC.

Je ne suis pas du tout fan de science-fiction en ce qui concerne les romans. Je ne lis pas de SF, j’en ai lu, mais je n’ai jamais apprécié. J’aime bien la SF au cinéma. Voilà où j’en étais lorsque j’ai commencé le MOOC et mon point de vue sur la question s’est bien développé depuis. J’ai appris que certains textes que j’apprécie sont en réalité de la SF. J’ai aussi pu mieux appréhender ce genre, ses codes et apprendre davantage sur ce qu’est la Science-Fiction, et ce n’est pas forcément ce que je pensais.

Les cours sont sympa. Les explications claires et précises. J’adore le fait de pouvoir télécharger les fichiers audio et les retranscriptions des cours, ainsi que d’avoir une bibliographie. J’ai apprécié tous les modules pour le moment, un petit bémol pour celui sur la science parce que je ne suis pas du tout une scientifique. Je ne dis pas que ce module est compliqué, seulement c’est celui qui m’intéressait le moins. Il n’était pas difficile outre mesure, et il expliquait de manière satisfaisante les différentes manières dont devrait être peuplé une planète, mais je n’ai pas adhéré. Dès qu’il est question de science je décroche, parce que je déteste les sciences.

Je recommande donc ce MOOC, non seulement pour ceux qui écrivent de la SF, mais pour tous les autres. Toutes les personnes qui s’intéressent à la littérature et au cinéma pourraient être intéressées par ce MOOC.

Etes-vous inscrit à ce MOOC ?

Qu’en pensez-vous ?

Bonne journée,

Ponine

Sunshine Blogger Award

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui un article plutôt étrange et étonnant, puisqu’il s’agit du Sunshine Blogger Award. Dernièrement, Haley, une talentueuse bloggeuse, m’a tagué pour le Sunshine Blogger Award. Sur le coup, je me suis demandée de quoi il s’agissait. Je la remercie d’ailleurs de m’avoir choisi, j’ai pu ainsi en apprendre davantage sur elle-même (et vous devriez aller y faire un tour son blog est très enrichissant) et sur ce défi.

Le Sunshine Blogger Award consiste en une série de question – 11 en tout – auxquelles il faut répondre, après avoir été choisi – désigné – par un autre blogger, une fois les réponses postées, à nous de désigner plusieurs autres bloggers pour perpétuer la chaîne.

Ce défi m’a rappelé les lettres de la chaîne de la chance au collège, j’ignore pourquoi, mais j’ai trouvé cela très amusant et quelque peu stressant.

Mes questions et mes réponses :

Pourquoi as-tu ouvert ce blog ?

Oulala. Pourquoi ? Et bien, je dirais que j’avais envie de partager ma passion avec d’autres personnes. Je sentais qu’il était intéressant d’expliquer mes choix, ma manière d’écrire, de planifier mes romans. J’espérais pouvoir partager ma vision de l’écriture et aider d’autres auteurs. J’avais envie d’offrir un peu de moi et des mes idées au monde de la littérature.

Quel blog t’inspire la plus ?

Je dirais tous et aucun à la fois. J’aime bien regarder quelques blogs de temps à autres, malheureusement je ne prends pas assez de temps pour ce faire, mais cela va changer lorsque j’aurais constitué un vrai planning de choses à faire. Sinon, je ne pense pas m’inspirer d’autres blogs ou d’autres bloggers. Si j’ai des mentors dans l’écriture, pour ce qui est du blogging ce n’est pas le cas. Sinon, j’aime beaucoup le blog de Lutetia Flaviae, même si ce blog n’a rien à voir avec l’écriture.

Quel est ton livre préféré ?

Je crois avoir déjà dis que mes livres préférés changer en fonction de mes humeurs, du temps qui passe, et de mon évolution personnel. Pourtant, si je ne devais garder qu’un livre, j’en garderais plusieurs. Je garderai Les Misérables de Victor Hugo et Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell. Je pense pouvoir à jamais trouver dans ces deux ouvrages tout ce qui constitue mon univers et mon enrichissement personnel.

Quel est le voyage de tes rêves ?

Trop difficile de répondre à cette question, parce que comme pour les livres, je n’ai pas un voyage en tête mais plusieurs. Je suis une personne tellement compliquée que lorsque l’on me parle de faire un choix, je ne peux qu’en émettre plusieurs. J’aimerais aller en Russie, pas en prenant l’avion comme les gens normalement constituaient, mais en voyageant en train. Je me vois bien traverser des pays comme l’Allemagne, la Pologne, l’Ukraine, la Croatie, la Roumanie, avant d’aller en Russie, pour visiter Moscou, St Petersburg, Odessa, la Sibérie. Ce serait un long voyage, mais un voyage de rêve, parce que j’aime prendre mon temps et que je suis convaincue que dans tout voyage ce qui compte ce n’est pas la destination mais le trajet en lui-même.

J’aimerais faire la même chose pour aller à Londres et à Edimbourg mais également pour visiter l’Ireland, seulement je considère ce voyage là comme plus abordable, il suffit de parler anglais, alors que pour voyager dans les pays de l’Est, je crois devoir apprendre le russe, le croate, l’ukrainien et le polonais. En tout cas, c’est de cette manière dont je vois ce voyage.

Quel est ton plus beau souvenir ?

J’ai de beaux souvenirs, mais pas de plus beau souvenir. Tout comme j’ai de mauvais souvenirs, je n’ai pas de plus mauvais souvenirs. Je crois que je pourrais répondre à cette question uniquement à l’instant de ma mort, auparavant c’est bien trop fluctuant.

Es-tu plutôt thé ou café ?

Je dirais Thé, même si j’aime bien le café au lait avec du sirop de noisette. Ou mieux, le café noisette de la fac d’art. Je me damnerais pour retrouver ce café noisette de la fac d’art, mais sinon je préfère le thé vert, à tout moment de la journée. Mon thé favoris du moment est le thé comme une étoile de Betjeman & Barton, un délice.

Es-tu plutôt chat ou chien ?

chien sans hésiter. Raison de la rupture avec mon ex d’ailleurs, je n’aurais jamais supporté d’avoir un chat comme il l’exigeait et vivre sans un chien, c’est pour moi impossible.

Que penses-tu de l’utilisation d’un pseudonyme en écriture ?

Franchement, tout dépend de la personnalité de l’auteur, de ses envies, de sa vie personnelle, de son « courage » et surtout de sa famille. Certains n’ont pas envie de voir leur nom sur des couvertures de livres pour protéger leur famille, et cela je le comprends. Après écrire sous son vrai nom ou celui de plume peu importe, cela ne change rien au contenu et je crois que l’on ne peut pas juger en bien ou en mal le fait d’user d’un pseudonyme, c’est un choix personnel qui ne remet rien en cause.

Quel est ton rituel d’écriture ?

Disons que j’en ai plusieurs, parce que je cherche toujours à m’améliorer et parfois mon rituel évolue en fonction de pleins d’événements, de mes humeurs et de ce que je découvre sur moi-même. Ce que je fais quoi qu’il arrive c’est de rêver mon roman, mon histoire, le soir avant de m’endormir ou le matin lorsque je m’éveille. En ce moment c’est plutôt à quatre heures du matin lorsque je me réveille d’un cauchemar. Autre rituel, le chrono de 10 minutes lorsque j’écris (pas lorsque je corrige). Je ne peux pas me concentrer plus de dix minutes avant de mettre à procrastiner. Puisque je corrige un roman depuis quelques jours, j’ai développé un rituel : j’écoute des comédies musicales pendant mes corrections. Souvent, les Misérables (notamment le film de 2012 – je suis totalement amoureuse de la voix d’Aaron Tveit, de Samantha Barks et d’Eddie Redmayne) et la version russe de Notre Dame de Paris, la version anglaise également.

As-tu déjà été publié ou t’es tu autopublié ?

Oulalala. Je n’avais pas prévu de répondre à ce genre de question, qui me mettent vraiment mal à l’aise, parce que lorsque j’ai commencé ce blog je m’étais jurée de ne jamais en parler. Je ne voulais pas que ce blog serve de publicité ou de promo à ce que j’écris. Donc, je vais être honnête, en partie, j’ai hésité à m’autopublier, seulement ce n’est pas ce que je veux au fond de moi. Je ne suis pas contre, loin de là, mais je suis convaincue que chacun est différent et si certains peuvent s’autopublier, d’autres ne le peuvent pas. C’est comme pour le travail, certains sont des freelances et d’autres ont besoin d’être salariés parce que c’est dans leur nature. Ce n’est pas un mal d’être une personne qui préfère avoir un vrai éditeur plutôt que de s’autoéditer. C’est un travail de longue haleine que de gérer la publication, la correction, la diffusion, le marketing, la promo, etc. Et l’autoédition ce n’est pas pour moi. J’ai hésité, réellement, mais je préfère avoir une maison d’édition. Et j’ai une maison d’édition, une petite. Mais pas d’autopromotion, j’ai horreur de cela. ^^

A quoi ressemblera ta vie dans dix ans ?

Je ne sais pas. Je n’ai pas encore demandé à mes cartes de tarot de me dire ce que sera ma vie dans dix ans. Je n’ai aucune idée de ce qu’elle sera, contrairement à mes personnages, je ne lis pas l’avenir.

Ce que je sais en revanche, c’est ce à quoi j’aimerai que ma vie ressemble. Je vais faire ma « Reine » et dire que je voudrais être riche et célèbre, gagner des millions d’euros grâce à l’écriture et que du coup, je pourrais mettre en place des centres d’accueil pour les personnes sans domicile et leurs animaux de compagnie, parce que souvent les personnes qui vivent dans la rue ne peuvent se rendre dans des centres d’accueil à cause de leurs animaux de compagnie qui ne veulent pas abandonner. Donc si j’étais célèbre, je me servirais de cette notoriété pour mettre en place des centres d’accueil où les sans domicile pourraient venir avec leurs animaux, où l’on laverait les animaux, les nourriraient, où ils pourraient voir des vétérinaires, et bien sûr la même chose pour les humains. J’aimerais aussi que ma notoriété me permette d’ouvrir des centres d’accueil pour les femmes battues. Et lutter contre le viol, et les violences, monter une association pour défendre les victimes et les soutenir dans leurs combats. Dans dix ans, j’aimerais aussi avoir une belle et grande maison avec une bibliothèque et un bureau pour écrire et un Bow Windows, surtout un Bow Windows. J’aimerais pouvoir réaliser mon grand voyage de rêve en Russie et avoir une autre maison à Londres, parce que je rêve de vivre à Londres. Et j’aurais un chien aussi. Voilà à quoi j’aimerais que ma vie ressemble, donc très égoïstement j’aimerais vendre beaucoup de livres, gagner pleins d’argent.

Maintenant c’est à moi de choisir des participants, bien sûr, ils ne sont pas obligés d’accepter ce challenge. Donc, je nomine : Moody, Christophe Guitton, Marine, L’astre, Miss Avery, Celia May, Plumes de dragon, Le paradis de Noémie, Julien Hirt, Lucie, Sophie

  1. Quand as-tu commencé ton blog ?
  2. Qui est ton personnage historique préféré ?
  3. Quel est ton plus grand rêve ?
  4. Une phrase qui a changé ta vie ?
  5. Plutôt du soir ou du matin ?
  6. As-tu un talent particulier ? Et lequel ?
  7. Si tu pouvais choisir de vivre à une autre époque laquelle se serait ?
  8. Qu’aimes-tu dans le blogging ?
  9. A choisir, une bonne soirée c’est : un bon film ou un bon livre ?
  10. Lithothérapie, huile essentiel, astrologie, tarot… : arnaque ou véritable science ?
  11. Sur quel réseau social es-tu le plus présent ?

Il compte sur vous !

Bonsoir les gens,

Ce soir, je ne vais pas vous parler de moi ou d’écriture – oulala Ponine est malade, c’est certain. Pour une fois, je ne vais pas me centrer sur mon petit nombril. Je vais évoquer l’entre-aide. Le financement participatif mais par pour mon projet à moi, chose que je ne ferais jamais !! Non ce soir, je vais parler cinéma. Je vais parler d’entre aide, je vais parler d’argent et de soutien financier certes mais pour un vidéaste que je connais. Je vais vous parler d’aider le cinéma français : pas celui des grands groupes qui génère des millions, mais du petit cinéma indépendant qui mérite un coup de main.

Ayant été à la fac d’arts, j’ai évidemment beaucoup de connaissances qui font de l’art et l’art coûte cher. L’un des anciens amis de fac a justement besoin d’un peu d’aide pour son projet de court-métrage.

Je vous laisse le soin d’aller faire un tour sur son profil Instagram pour vous faire une idée de son projet.

Bien entendu, je vous demanderai bien de donner un petit quelque chose mais je sais que tout le monde ne le peut pas. et cela je le comprends. En revanche, je crois que vous avez tous les moyens d’en parler autour de vous, de faire un petit partage sur les réseaux sociaux ou même de mettre un petit « coeur » sur Insta et de cela je vous serais extrêmement reconnaissante.

Vous me connaissez, vous savez que ce n’est pas dans mes habitudes de demander de l’argent ou même des reblogs, mais je crois au talent de Mathieu. Après tout, je les côtoyais durant 3 ans – 4 que dis-je – je sais quelle formidable réalisateur il peut-être.

Un Grand MERCI à tous ceux qui liront ce billet, qui le partageront et aideront ce projet à se concrétiser.

Ponine

Nanowrimo jour 1 bilan

Coucou tout le monde,

Ce matin, j’ai bien travaillé. Seulement une heure à consacrer à mon projet à cause de cette maudite fête de pâques et de l’habituel déjeuner en famille.

Alors j’ai fais mes sessions de 10 minutes. Je n’avais pas mon bujo sous la main pour y noter mes stats mais passons.

Première session : 305 mots

Deuxième: 321 mots

Troisième: 410 mots ( youpi !!!)

Quatrième: 396 mots

Cinquième: 374 mots

Sixième: 373 mots

Bilan ma première heure d’écriture s’est achevée avec 2179 mots. Très contente même si je me rends compte que j’aurais pu débuter autrement.

Je vous souhaite une agréable journée à tous,

PONINE

10 raisons de ne pas devenir écrivain

Quelques raisons de ne surtout pas se mettre à écrire ( ou pas ) :

  1. Quand tu écriras tu seras confronté au jugement et à la critique des autres. Tu prendras pour toi, tout ce que les autres pourront penser de tes textes et tu le vivras très mal. Tu imagineras que les critiques te sont personnellement destinées, même si les personnes qui te feront des remarques ne chercheront qu’a t’aider à t’améliorer.
  2. Quand tu écriras tu n’auras plus le temps de regarder la télévision. Tu pourras dire adieu aux soirées TV, à la vie de pantouflard, il te faudra éteindre la télévision pour passer du temps en compagnie de tes histoires. 
  3. Tu sortiras bien plus souvent afin de développer ta culture générale et trouver l’inspiration, tu iras dans les musées, les expositions, voir des films, des ballets, des opéras (peut-être aussi). Tu seras une personne bien plus cultivée que tu ne l’étais.
  4. Tu verras moins tes amis, parce que tu voudras passer du temps en compagnie de tes personnages. Tu n’iras plus aussi souvent manger au restaurant, et lorsque tu le feras tu ne pourras t’empêcher de prendre des notes (même mentales) des gens que tu verras.
  5. Te ruiner en livres, papiers et carnets sera une obligation. Tu ne comprendras même pas comment cela arrive mais il te sera impossible d’entrer dans une librairie sans en ressortir les bras chargés de livres, de stylos, de carnets dont tu n’auras même pas usage avant un moment.
  6. Tu te sentiras très seul lorsque tu avoueras aux gens que ton rêve dans la vie c’est d’être écrivain et de ne rien faire d’autre de ta vie. Tu seras face à l’incompréhension de tes proches et des moins proches qui te prendront pour un fou ou un inconscient mais tu auras de l’ambition, du désir et une bonne raison de te lever le matin et de ne pas faire comme tout le monde afin de trouver ton propre chemin.  
  7. Tout dans la vie te rappelleras ton roman et tu en rêveras la nuit au point de ne plus pouvoir penser à autre chose. Tu n’auras qu’une obsession mettre un point final à ton histoire.
  8. Un mode de vie sain tu adopteras afin de pouvoir tenir sur la longueur. Tu feras du sport pour être en forme, tu méditeras pour avoir les idées claires, de la nourriture saine tu ingurgiteras, tu te coucheras tôt pour pouvoir écrire le matin de bonne heure, là où tu seras le plus en condition, et toutes ces choses saines que tu feras ne servira que la cause de l’écriture.
  9. Du regard des autres, tu te méfieras. Tu craindras que l’on te vole tes idées, alors tu deviendras paranoïaque et pourtant tu ne pourras t’empêcher de vouloir partager tes écrits. Tu voudras mieux connaître la nature humaine, rencontrer un maximum de personnes et t’ouvrir aux autres cultures afin de devenir un « meilleur » écrivain.
  10. Une communauté de passionnés comme toi, tu seras obligé de trouver afin de te faire des amis qui comprendrons ce que tu vis et ressent, car il faut l’avouer les non-passionnés ne peuvent pas savoir l’angoisse de la page blanche. Tu partageras tes créations, des points de vue, et tu te feras des amis sincères qui t’aideront et t’encourageront comme tu le feras pour eux-mêmes.

Voilà, toutes ces choses horribles peuvent se produire lorsque l’on choisit de devenir écrivain.

Les écrits du moment sur Wattpad et compagnie et ce que j’en pense

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui, petit article incompréhension, questionnement, réflexion, avis personnel sur l’écriture des autres.

J’ai parlé, il y a peu de temps, de Wattpad et de ce que j’en pensais de ce genre de réseau d’écriture. La conclusion était plutôt mauvaise, puisque je n’aime pas ce genre d’endroits. Seulement, les réseaux sociaux m’obligent à être confrontée assez régulièrement à des gens qui postent leurs écrits.

Alors j’ignore si ce sont que les personnes que je fréquente sur les réseaux sociaux ou s’il n’y a que ce genre de textes qui sont postés sur internet, mais presque tous les textes sur lesquels j’ai l’occasion de tombés sont semblables.

Tout d’abord, les thèmes :

Il est presque impossible de trouver des textes qui ne soient pas :

-soit inspirés de Twilight et compagnie, c’est-à-dire des histoires d’amour fantastiques, avec de beaux héros vampires, anges ou démons, et de jeunes héroïnes douces et charmantes, un brin naïves, même stupides, amoureuses au premier regard.

-soit de la romance érotique inspiré de …cinquante nuances de Grey. Ce qui revient au même.

J’ai aimé Twilight, parce que j’étais adolescente à l’époque et que c’était une nouvelle version des histoires de vampires. En ce temps là, j’étais fan de Dracula, d’entretien avec un vampire et autres histoires de vampires classiques, avec du sang, des meurtres et cette fameuse morsure du vampire. Alors oui, Twilight c’était vraiment différent de Sheridan LeFanu et autres, alors oui j’aimais bien, parce que c’était « renouveler » un genre classique. Seulement, dix ans après, lire toujours les mêmes histoires de romances fantastiques, avec autant de passion qu’une histoire d’amour du XIXème siècle, c’est fatiguant.

J’ai lu cinquante nuances de Grey, le tome 1, je n’ai pas aimé du tout, du tout. Lorsque je l’ai lu, je ne savais pas que c’était une fan fiction de Twilight, en tout cas pas à ce point là. J’ai déjà donné mon avis sur cette saga, et c’est tout sauf un  livre que j’apprécie mais je dois reconnaître qu’il  a au moins eu la prétention de remettre la littérature érotique au goût du jour.

Seulement la grande question que je me pose c’est : POURQUOI les auteurs « amateurs » ou « professionnels » (amateurs ceux qui ne sont pas publiés autre que sur les réseaux sociaux, c’est à dire que l’on ne trouve pas leur livre à la vente « classique », professionneles les auteurs qui ont publié soit en autopublication, soit par des éditeurs) mais surtout amateurs écrivent toujours la même ou le même genre d’histoire avec les mêmes genre de personnages ?

Sincèrement, cela m’agace. Déjà parce qu’en tant que femme lire des histoires où l’héroïne est une pauvre petite vierge, un peu bêbête sur les bords, incapables de se débrouiller seule, qui a besoin d’être sauvée ou d’être amoureuse pour s’accomplir, et bien ça m’énerve. Les femmes n’ont pas besoin d’être sauvées! Elles ont besoin d’autres modèles que les héroïnes « contes de fées », tout du moins c’est ce que la littérature ou films pour enfants ont saisi. Alors pourquoi une petite fille de 5 ans a le droit à une forte tête héroïne comme Elsa de la reine des neiges alors qu’à l’adolescence (qui selon les scientifiques s’achèvent à 25 ans) on lui dit « non, non tu es une pauvre petite chose fragile, trouve toi un homme pour te sauver, parce que tu es une incapable, regarde tu es seule et tu as des ennuis » ? Pourquoi est-ce l’on dit encore aux jeunes femmes que le sexe c’est mal si ce n’est pas « avec l’amour de sa vie » (amour contrarié – vu que le héros est un démon/vampire/fantôme ou que -sais-je d’autre) ? Le sexe juste pour le sexe désolée mais ça existe et quand je regarde des émissions de télévision où des « ados » (gamines??) de quatorze ans parlent de sexe juste pour le fun, et bien leur vendre du grand amour, moi j’appelle ça de la propagande.

Bien sûr l’amour existe, mais adaptons-nous, en tant qu’auteurs, aux normes sociales contemporaines. Les grandes histoires d’amour pures, parfaites, entre deux âmes sœurs, tout le monde voudrait y croire mais sincèrement l’amour ce n’est pas ça ! Je connais bien plus de personnes qui se plaignent de leur conjoint que de personnes ayant trouvés le « grand amour parfait ». Parce que l’amour ce n’est pas parfait, parce que le soucis c’est quand on cesse d’être seul et bien on est confronté à l’autre, ses croyances, sa vision du monde, de la vie, du couple, du sexe, à ses habitudes quotidiennes et ses manies. Bien entendu, on va me dire que les histoires d’amour dans les romans, ce sont de grandes et belles histoires d’amour comme Héloïse et Abélard, Roméo et Juliette, Scarlett et Rhett, etc, mais ce n’est pas que ça !

Combien d’adolescent(e)s aujourd’hui disent ne plus lire parce qu’ils ne trouvent rien qui répondent à leurs questions ? Réponses : beaucoup trop, parce qu’on essaie de leur vendre des relations humaines surannées.

Prenez le film Juno, avec la fabuleuse Ellen Page, pourquoi est-ce que ce film a bien marché ? Parce qu’il parle des soucis des adolescents, de grossesse non désiré, d’amour « bizarre », de relations humaines, parce qu’il montre le monde d’aujourd’hui. Bien entendu, on ne peut pas vanter les mérites des  grossesses non désirées, mais en tant qu’écrivain on ne peut pas non plus faire comme si le monde actuel n’existait pas, comme si les codes sociaux, moraux et spirituels n’avaient aucun poids sur les lecteurs.

D’un point de vue littéraire, le fait que toutes les œuvres se « ressemblent »…PFFF résume ma pensée. Des personnages stéréotypées, des histoires sur le même modèles, avec les mêmes questionnement, la même valeur morale, mais bon sang que c’est chiant ! C’est bien simples, (sans parler de qualités stylistiques) j’ai plus d’émotion et de surprise en regardant un téléfilm de l’après-midi qu’en lisant certains textes. Alors, peut être que je suis hyper existante, que je n’ai rien compris à « rien », que je suis qu’une pauvre idiote, une râleuse, une chieuse ou …(trouvez les insultes que vous voulez), mais mince un peu d’originalité. Je sais bien que le marché de l’édition est ce qu’il est, que c’est difficile de se faire une place, mais entre une œuvre originale et cent histoires toutes semblables qui croyez-vous qui sera publié ? Je sais bien que le marché de l’autoédition permet à beaucoup d’auteurs de se publier « by himself », mais reconnaissez que dans la majorité des cas les œuvres publiées de cette manière le sont parce que la qualité littéraire est mauvaise, qu’il manque de créativité et d’originalité. Bien entendu, pas tout le monde, il y aussi de très bonnes choses en autoédition.

L’amour, le sexe, la vengeance, l’argent : ce sont certes des motifs récurent dans les romans, mais personne n’a besoin de lire cent fois le même schémas, avec les mêmes personnages, dans le même genre littéraire, et surtout dans un style mauvais.

Je suis la première à encourager les gens à écrire, à s’exprimer, à imaginer, inventer, … mais si vous désirez utiliser des personnages fantastiques : ouvrez un dictionnaire des symboles ou des créatures magiques et trouvez autre chose que les fantômes, zombis, vampires et anges. Il existe bien d’autres créatures.

Je ne critiques pas tout le monde, il y a aussi de très bonnes histoires, intéressantes et qui abordent d’autres thèmes (heureusement). Je ne veux pas non plus faire passer le message que de s’inspirer de ses lectures favorites lorsque l’on commencent à écrire c’est une mauvaise chose, pas du tout. Ce que je voudrais réellement c’est que les auteurs « amateurs » se passent de ce besoin de toujours écrire comme les autres.

Je suis peut-être à l’âge où l’on devient aigri et exigeant mais ce que l’on écrit aujourd’hui peut devenir le héros d’un jeune de demain.

Et j’avoue : c’est vrai que l’on peut écrire des histoires de vampires (créatures surnaturelles) mais pourquoi toujours des histoires d’amour impossibles ? Pourquoi tout le temps des histoires entre humains et créatures ? Pourquoi toujours avoir le droit aux mêmes types de héros ?

Sur ces questions, j’achève cet article, un peu coup de gueule, un peu déception profonde, un peu questionnement philosophique.

Bonne journée à tous.

Et si vous écrivez d’autres « types » d’histoires (ou pas d’ailleurs) abonnez-vous à mon Instagram que je puisse vous suivre en retour :

https://www.instagram.com/lesconseilsdeponine/