Bonjour à tous

Bonjour tout le monde,

Petit message pour vous dire que je ne vous oublie pas. J’ai eu besoin de prendre des vacances ces derniers jours, j’étais au bord de la crise de nerf, prendre du temps pour moi m’a fait beaucoup de bien, je me sens plus reposée et motivée que jamais.

Ce que j’ai appris durant ces petites vacances se résument à très peu de choses :

-Croire en soi.

-S’aimer.

-Croire aux capacités des autres.

-Aimer son prochain.

-Avoir un objectif et tête et tout faire pour le réussir.

-Je suis capable d’écrire 14 000 mots en 7 heures.

-Ne jamais essayer de faire changer d’avis une personne qui n’est pas convaincue du bien fondé de la pensée positive.

D’ici la semaine prochaine, je rendrais ma série d’articles sur la conception des personnages. J’ai hâte de reprendre l’écriture d’articles sur le blog.

A la semaine prochaine et un très bon week-end à tous  🙂

 

Ponine

 

Publicités

Les critiques

Bonjour tout le monde,

Voici un petit article qui découle de mon dernier article qui parlait de mon blog. J’ai eu l’idée de cet article en écrivant le dernier. Lorsque j’écrivais l’article sur les raisons pour lesquels je ne poste pas mes textes, j’ai repensé aux critiques. Aux critiques que j’ai reçu, entendu, subi durant les mois et années où je publiais sur des sites web et aussi aux critiques de manière général.

Lorsque l’on publie sur internet, on se met face à la critique, on se dévoile, on prend des risques : celui d’être critiqué. C’est un risque, bien entendu mais cela peut être une très bonne expérience, seulement faut-il trouver des personnes capables d’avoir un véritable point de vue et qui ne soit pas dénué de tout esprit de revanche, vengeance, cruauté.

Se mettre à nu suppose de faire preuve de courage, c’est indéniable, pourtant je crois que ce n’est pas une raison pour tout accepter de la part des autres.

Mon avis sur les publications sur internet – c’est le moment où je vous parle des critiques

Lorsque j’écrivais et publiais sur des sites, je m’attendais à une vraie analyse de ce que je faisais, je m’attendais à ce que l’on me donne de vrais avis, pas des « trop cool », ou des « c’est de la ***** », mais des commentaires dans lesquels j’avais un peu de précision sur les forces et les faiblesses de mes écrits. Et pas juste les faiblesses, parce que la critique est facile et que la méchanceté est gratuite surtout derrière un écran. Je vous rappelle que pour critiquer quelqu’un on peut utiliser la formule suivante « compliment – critique – compliment », ça s’appelle la bienséance. Même sans cela, le « critique, critique, critique, critique », à moins que cela ne soit justifié n’amène à rien.

LA CRITIQUE « méchante » :

Ecrire reste quand même l’acte le plus personnel qui soit, avec la création artistique et le sexe. Imaginez-vous qu’après avoir couché avec un nouveau partenaire celui-ci vous disiez : « bon alors t’es nul, tes positions franchement c’est du déjà vu, ta manière d’embrasser c’est dégeu, t’es pas capable de faire ça ou ça ou ça (mettez ce que vous voulez à la place de ça) mais haha quoi, c’est la base ! Et puis quand tu fais ça ? non mais sérieux t’as vu comment c’est pathétique ! En plus t’es trop gras, pas souple, pas créatif et tout ce que tu fais c’est du stéréotypé. En faite, tu sais pas t’envoyer en l’air, t’es trop nul arrête pour le bien de l’humanité. ». Comment est-ce que vous le prendriez ? Pour le peu que vous ayez 16 ans, manquiez de sommeil, soyez solitaire et bien ça se termine par une tentative de suicide (et non ce n’est pas mon exemple!), bon j’exagère un peu mais c’est clairement la même chose. Personne n’a envie de s’entendre dire que tout ce qu’il fait est nul, mauvais, sans intérêt et insipide, parce que c’est faux ! Tout le monde n’est pas doué, c’est vrai, tout le monde ne peut pas devenir le meilleur mais tout le monde peut s’améliorer.

LA CRITIQUE « gentille » :

Et il y a pire que les « t’es trop nul », ce sont les « trop génial, j’aime trop ce que tu fais, t’es parfait ». Sérieusement ? Comment on peut considérer les gens de la sorte ? Je m’explique être trop gentil cela n’aide pas. Si on veut aider les autres, certes il faut montrer ce qui va mais aussi ce qui ne va pas. Quand on « apprécie » une personne il faut être honnête, c’est la moindre des choses. Souvent les « t’es trop merveilleux » cache deux choses:

-soit on est super pote avec l’autre et on ne veut pas perdre son amitié, donc on lui lèche les bottes en pensant « punaise qu’il est nul ça serait tellement mieux s’il s’améliorait », mais on n’ose pas pointer du doigt les défauts, pour ne pas vexer.

-soit on cherche à être pote avec tout le monde pour augmenter ses vues et ses commentaires et on flatte son propre égo, parce que les autres nous rendent plus visibles.

Alors qu’est ce que l’on doit dire lorsque l’on critique ?

Eh bien la vérité sur ce que l’on ressent, éprouve, pense, le but étant d’aider l’autre à s’améliorer, c’est ça le but de la critique. C’est à ça que l’on doit s’attendre lorsque l’on poste sur internet. Ce que l’on appelle les HATERS, vous en aurez, parce que se trouvait derrière un écran cela réveil la cruauté des gens, la mesquinerie, c’est facile, c’est bas, c’est même agréable parce que l’on peut tout dire sans avoir peur, parce que l’on se sent protéger. Seulement, je crois que l’on peut dire des choses mêmes désagréables avec gentillesse. Critiquer ça ne veut dire faire du mal ouvertement, par plaisir, mais cela veut dire aussi que celui qui reçoit la critique doit s’attendre à le recevoir.

Je me souviens quand je me suis inscrite sur Wattpad, je lisais un chapitre d’une fille qui demandait aux autres leurs avis. Je me rappelle très bien que son histoire n’était pas intéressante, ses personnages stéréotypés en mode Bella et Edward Cullen, ce n’était pas des vampires mais d’autres créatures surnaturelles, mais alors ce n’était pas intéressant du tout. C’était en plus mal écrit. Son histoire aurait pu être bien, avec un peu de travail sur les personnages, un peu de réflexion sur ses tournures de phrases, mais…j’ai eu le culot de lui répondre ce que je pensais. Je crois que j’aurais mieux fait de me taire. Cette personne avait tout un fan club du même acabit, qui écrivait le même genre d’histoire en rêvant de devenir les prochains best-sellers. Ce n’est pas mal en soi ce genre d’attitude, seulement, écrire demande autre chose que de pomper les idées des autres, leurs personnages, en changeant leur nom et le lieu de l’action. Je me rappelle lui avait expliqué ce que je pensais. Mais ce que l’autre et ses amis n’avaient pas apprécié ce fut ma critique sur le fait que toutes ses phrases commençaient par une conjonction de coordination ou le prénom de l’héroïne. C’était lourd, mais réellement lourd et je tenais à l’aider, à lui donner un point de vue « extérieur » parce que c’est le but du jeu. Bien entendu ça fait mal de se rendre compte que nos histoires ne sont pas parfaites, que oui, il y a des gens qui ne vont pas aimer ce que l’on écrit, mais que ce n’est pas une raison pour prendre la mouche et ne pas tenter de se remettre en question.

Comment réagir lorsque l’on reçoit une critique ?

Si vous recevez une critique, d’une personne qui a prit le temps de vous lire, qui a prit le temps de rédiger un vrai commentaire, de plusieurs lignes parfois, qui vous montre vos faiblesses et vos forces, il faut l’accepter. Accepter ça ne signifie pas « je vais tout changer », mais ça dire aussi remercier la personne d’avoir pris du temps pour nous et prendre en compte que peut-être ce qu’il dit n’est pas totalement dénué de sens. Certes, sur internet beaucoup de gens n’ont rien de mieux à faire que de critiquer, d’insulter, dénigrer et rejeter tout ce qui n’est pas de leurs goûts, mais il y a également des gens qui sont là pour aider, pas parce qu’ils sont charitables, mais parce qu’ils ont envie de lire des textes de qualités.  

Alors pourquoi ça fait mal d’être confronté à la critique ?

Parce qu’écrire c’est comme le sexe, on se donne à fond, à 300% et qu’on a envie d’être bon, d’être doué, d’être aimé, parce qu’on n’a pas envie de souffrir, même les masochistes aiment prendre leurs pieds (si, si croyez-moi), alors quand on subi des critiques, on les prends pour soi. On se dit qu’on n’en vaut pas la peine, qu’on ait pas doué, qu’on est pas foutu de réussir quelque chose, que l’on n’intéresse pas les gens… Et tout un tas d’autres trucs, mais ça vous êtes capables de remplir les blancs à ma place. Pour le peu que l’autre tombe sur le TRUC qui fait mal, la Blessure, et voilà que l’on tombe dans une spirale infernale de douleur. Non, être critiqué ce n’est pas marrant.

Comment je réagi moi face à la critique ?

Longtemps ma réponse aux critiques c’était : « t’as qu’à le faire toi ». J’étais jeune et en colère, parce que j’écoutais du punk et que dans la musique punk on te dit toujours qu’être un jeune en colère ça a la classe (et c’est vrai, ou pas ^^). Maintenant, les critiques, je les prends pour ce qu’elles sont : si elles sont constructives, je les écoute, je prends en compte ce que l’on me dit. Je réfléchis. Je pense. Je prends du temps pour analyser ce que l’on me reproche, je ne réagi plus avec empressement, en râlant et en répliquant aux gens d’aller se faire voir. Même si ça m’arrive encore de râler, je fais de mon mieux mais je ne suis pas parfaite, donc oui je râle et je me plains. Souvent, je fui devant la critique.  Je la reçois et je me renferme dans ma bulle pour y penser, pour méditer dessus, pour rouspéter intérieurement et pour analyser ce que l’on m’a dit. C’est une phase que je trouve importante, cela permet déjà de ne pas répondre des gens que l’on ne pense pas, d’être certain de ce que l’autre a dit et pas juste d’avoir mal compris et de prendre sur soi.

 Si elles ne sont pas constructives, et bien je ne les écoutes pas. Une critique, ça doit vous aidez à vous améliorer, pas vous convaincre d’arrêter. Seulement, il faut savoir faire la part des choses entre « oui, c’est vrai que mes personnages ne sont pas assez construits » et les « non mais au final c’est exactement comme ça que les choses doivent être, parce que j’y ai longtemps pensé et réfléchi et que c’était la meilleure solution ». Se remettre en question, ce n’est pas accepté de réécrire tout ce que l’on a écrit parce que cela ne plaît pas à telle personne, c’est voir s’il n’y a pas des raisons qui font que l’autre a mit le doigt sur une faille et que l’on peut en tirer profit.

 

Voilà, j’espère avoir pu vous aider, ou juste vous avoir apporté une idée un peu différente sur les choses. En tout cas, merci à tous.

BLOG

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui article différent de ce que je fais d’habitude. Je ne vais pas parler de conseils pour écrire, mais de moi et de certains choix que j’ai fais pour le blog.

Il y a quelques jours, j’ai reçu un commentaire qui m’a interpelé, pas parce qu’il était méchant, ou gentil, mais parce qu’il était intéressant. Dans ce commentaire, on me disait que ce serait peut être bien que j’illustre mes propos avec des exemples tirés de mes propres écrits. Sur le coup, je me suis dis : mince voici une chose dont je n’avais pas parlé sur ce blog. C’est vrai que je ne parle jamais de ce que j’écris, pas au sens strict où je ne dépose pas sur le blog des passages ou que je ne donne pas d’exemple tirés de mes propres écrits. C’est en lisant ce commentaire que je me suis dis qu’il fallait que je vous dise pourquoi je ne mets pas ce que j’écris sur le blog, après tout cela n’a pas à être un mystère puisque c’est un choix.

ALORS POURQUOI ? Revenons un peu au moment de la création du blog.

Lorsque j’ai crée ce blog, il y a un peu plus d’un an, je savais ce que j’avais en tête et ce que je ne voulais pas faire sur ce blog. Bien sûr, ce que j’écrivais à l’époque a un peu changé, j’ai mûri (du moins j’aimerais le croire).

Lorsque l’idée de ce blog m’est venue, j’étais dans une phase où j’avais lu beaucoup de blog, j’allais sur pas mal de forums, je m’étais inscrite sur Wattpad et d’autres plateformes de ce genre. Des blogs, où les auteurs publient leur écrits j’en avais vu plus que je n’en aurais voulu, que ce soit en anglais ou en français. Bref, j’avais vu des tas de trucs différents, des tas de gens plus ou moins ouverts d’esprits, plus ou moins réfractaires à tout ce qui n’était pas leur METHODE ! C’est bien simple j’avais l’impression d’être dans un mélange de l’Actor Studio, de méthode pilates et de yoga mais version écriture. C’est-à-dire dans tout et son contraire, version cadre très rigide où finalement personne ne disait rien d’autre que « je suis le meilleur », « faites comme je dis » et surtout « achetez mon livre, mes formations ». Sur les applications gratuites, c’était la course aux nombres de vues, aux nombres de « j’aime » et au léchage de pompes. 

Oui, bien entendu, tout le monde n’était pas comme ça, mais grosso modo c’est l’idée que j’en dégageais. Donc j’ai cessé d’aller sur Wattpad et autre, j’ai cessé d’aller me prendre la tête avec des mimis-dictateurs de l’écriture et j’ai décidé de :

-faire mon propre développement personnel / oui ça n’a rien à voir avec l’écriture mais si quand même un peu parce que j’ai pu me libérer de certaines influences.

-faire le point sur ce qui marche pour moi et le partager, en toute camaraderie et amitié.

-ne pas poster mes propres écrits en mode « regardez-moi je suis la meilleure parce que vu que je vous dis ça et que je fais ça le résultat c’est ça ».

-me dire qu’il fallait plutôt encourager les gens que leurs montrer leurs faiblesses parce qu’apparemment les gens qui postent leurs écrits sur des réseaux sociaux et qui demandent un avis tout ce qu’ils veulent c’est qu’on flatte leur égo. Attention, je ne suis pas parfaite, seulement ne me dites pas que commencer toutes ses phrases par « mais », « où » et « et » c’est intéressant. Bref laissons les « Mais où est donc or ni car » aux enseignants de primaire. Je n’ai pas non plus envie que l’on flatte mon égo, je le fais très bien moi-même.

-d’arrêter de subir la vindicte populaire juste parce que « tu as critiqué mon texte alors c’est normal que moi et mes potes on vienne niq*** le tien ».

Bref, pour le coup, j’avais plus de raison de ne pas publier mes propres écrits sur le blog, parce que je voulais faire différents des autres, parce que je voulais faire de mon blog autre chose que ce que j’avais lu durant des semaines et des mois, et que j’avais besoin de faire autre chose, quelque chose qui me correspondait et que j’aurais voulu trouver lorsque j’ai commencé à écrire.

Est-ce que c’est parce que je ne veux pas partager ce que j’écris ?

Peut être. Seulement, lorsque j’ai ouvert le blog, je ne voulais pas publier sur ce support ce que j’écrivais et que je ne vois toujours pas pourquoi je le ferais. Je n’aime pas me remettre en question lorsque je fais un choix. Même si en vrai, je me remets tout le temps en question, c’est juste que quand je pense que quelque chose est la meilleure solution pour moi et bien c’est que c’est la meilleure solution pour moi, peut être qu’un jour je changerai d’avis, mais pas maintenant.

Je voulais ce blog comme quelque chose de convivial, dans lequel les autres pouvaient se sentir libre de partager, d’échanger sans être confronté aux besoins de me dire que ce que je faisais été génial, et sans avoir à mettre ce que j’écris, parce que même si je souhaitais un blog personnel, je tenais à le dissocier de l’écriture à proprement parler. J’ai d’autres plateforme où je le fais, puisque je suis retournée sur ces plateformes, mais non, je ne vous donnerais pas le nom que j’utilise sur ces supports, parce que ..et bien parce que je n’en ai pas envie. C’est un choix, mon choix et je l’assume.

Finalement, suivra un autre article qui découle de celui-ci parce que j’ai eu d’autres idées et que cet article commencé à être trop long. A bientôt ^^

 

Le Fictiologue vous interviewe

Coucou tout le monde,

Un fidèle lecteur du blog, auteur et journaliste, cherche quelques auteurs en herbe à interviewer, allez faire un tour sur son blog si cela vous intéresse et ne serait-ce que pour jeter un coup d’œil.

merci à tous.

Le Fictiologue

petit truc copie

Mes amis, je viens de prendre conscience de quelque chose, et vous êtes directement concernés.

Je suis auteur et je tiens un blog spécialisé dans l’écriture, mais je suis également journaliste de profession. Cela me place dans une position particulière, et je me dis qu’il pourrait être amusant d’en tirer le meilleur parti. En deux mots: que diriez-vous si je vous interviewais?

Voici ce que j’ai en tête: vous êtes auteur-e, publié ou autopublié, ou alors vous avez simplement un premier projet d’écriture en cours. Si vous êtes intéressés par la démarche, vous pourriez vous signaler à moi, et on pourrait arranger une petite interview par écrit, sans doute via Messenger ou par mail, qui serait publiée ici, et, si vous le souhaitez, sur vos plateformes à vous.

La raison d’être de ce billet est de chercher à savoir si suffisamment de personnes sont intéressées. Si c’est votre cas, laissez-moi…

View original post 38 mots de plus

Le retroplanning de sortie d’un livre

Très intéressant cet article

Jean-Fabien, auteur sans succès

retro
Ça m’a pris comme ça, d’un coup. Au début, j’ai essayé de me raisonner, je me suis dit « c’est pas grave, tu t’en fous », un petit peu comme quand le boulanger se trompe en rendant la monnaie à un vieux parce qu’il ne sait pas compter – le boulanger (pour le vieux, je sais pas) – et que tu ne prends pas le temps de le corriger (tu te dis « sinon, je vais passer ma vie à apprendre aux gens à faire des additions et des soustractions, concentre-toi plutôt sur ta vie », et puis d’ailleurs si t’étais un exemple à suivre ou un génie des maths, ça se saurait bordel). Bref, au bout de la dixième fois où je voyais un mec foutre sur son mur Facebook qu’Edilivre avait accepté son manuscrit, je me suis demandé pourquoi ça m’énervait. Oui, pourquoi ?

Il est vrai qu’une chèvre avec un stylo-plume dans…

View original post 1 324 mots de plus