Bullet journal de l’écrivain: le carnet

Avec le Nanowrimo, j’ai décidé de consacrer le mois de novembre à la thématique du Bullet Journal de l’écrivain, vu avec mon propre regard.

Qu’est-ce que le Bullet Journal ?

C’est un carnet, ou un classeur, qui sert d’outils pour organiser sa vie : à la fois un agenda, un semainier, une to-do list, un outil où prendre des notes, inscrire ses objectifs de vie, faire des collections, garder une trace de tout ce que l’on désir. Le but est de s’organiser et d’avoir toutes les informations dont on a besoin. On y met son calendrier de l’année avec tout ses rendez-vous, ses choses importantes à faire, sa liste de courses, les notes prises durant un entretien. Bref, tout ce que l’on veut du moment que c’est fonctionnel pour nous. Certains aiment faire de leurs Bullet Journal des oeuvres d’art, d’autres préférent le strict minimum. Chacun fait comme il le souhaite. Vous pouvez trouver sur internet des idées de Bullet Journal ou même en acheter directement dans les librairies « tout fait ». Rien n’est obligatoire.

Pour ma part, j’ai longtemps utilisé les Leuchtturm 1917 A5 ou A4. J’ai vite découvert que le Bullet Journal ce n’est pas pour moi, alors j’en ai acheté un tout prêt. Plus rapide et plus efficace dans mon cas.

Sauf qu’il n’est pas question de Bullet Journal (BUJO pour les intimes) de vie, mais d’un domaine particulier qui est celui de l’écriture. Un Bullet Journal dédié à l’écriture à quoi cela peut-il servir ? Tout simplement à garder une trace de ces recherches, avoir un endroit où consigner ses idées, d’avoir un feedback sur l’écriture et l’avancer de ses projets.

En faisant mes recherches pour cette thématique, j’ai vu que beaucoup d’auteurs (surtout anglo-saxon) utilisaient le bullet journal pour l’écriture, notamment au moment du Nanowrimo. Le Bullet Journal d’écriture permet d’avancer dans ses recherches, de programmer ses sessions de travail, d’avoir un tracker pour vérifier l’avancer de l’écriture du projet. Pour rappel, le défi du Nanowrimo (National Novel Writing Month) consiste à écrire un roman ou tout autre projet littéraire (thèse, mémoire, pièce de théâtre etc) de 50 000 mots en 30 jours, durant le mois de novembre. Il ne s’agit pas forcèment de commencer un nouveau projet, on peut tout simplement continuer un projet déjà en cours. 50 000 mots en 30 jours, c’est 1 667 mots par jour, environ 1 à 2 h de travail (je dis environ car certains écrivent plus rapidement que d’autres).

Pourquoi est-ce utile d’avoir un agenda, to-do list, organisateur, planificateur et tracker pour le nanowrimo ?

Tout simplement parce que vous pourrez suivre votre avancée, vous pourrez également visualiser vos rendez-vous, vos tâches importantes afin d’organiser vos journées pour dégager du temps pour écrire. Vous pourrez également vous servir de votre Bullet Journal pour faire chaque jour un bilan sur ce que vous avez ressenti durant votre phase d’écrire ou tout simplement prendre des notes.

Quel type de carnet j’utilise ?

Alors j’avais déjà un Bujo d’écriture, il y a longtemps mais je l’avais abandonné pour revenir à mon application fétiche : WriteOMeter. Il restait donc plein de pages vierges sur mon carnet, j’ai décidé de reprendre le même et de recommencer de zéro mais du coup au milieu du carnet, après tout, il ne faut pas gâcher. Mon carnet est donc un Leuchtturm 1917 A5 bleu foncé, à pointilés. Carnet classique du Bullet Journal si on peut dire. Je suis une adepte du minimalisme donc j’ai le moins de stylos, de décorations, de couleurs possibles pour quelque chose de simple et épuré.

 

Ce qui est important lorsque l’on commence un Bullet Journal c’est l’index : il permet de savoir en un coup d’oeil où se trouve ce que l’on cherche. Le mieux reste de remplir son index à mesure que l’on remplit son carnet. A mesure que je remplirai mon BuJo je vous présenterai mon index. Pour le moment, je n’avais fait que commencer mon carnet. Comme vous pouvez le voir, j’ai commencé mes projets 2018 / 2019 à la page 92. J’aurai pu utiliser un nouveau carnet, mais je trouvais dommage de jeter un carnet pour avoir utilisé 90 pages. 

Mon tableau de bord. Le but de ce tableau de bord n’a pas véritablement d’utilité durant mon Nanowrimo. Comme je vous le disais dans l’article précédent, je compte écrire deux romans en même temps en novembre. 

Ce que j’aime bien dans ce tableau de bord, c’est qu’il permet de voir à quelle étape se trouve chaque projet. Dans la partie PLAN, je mets les projets qui sont en cours de planification. BROUIL 1 correspond à la première rédaction d’un projet, BROUIL 2 à la seconde version. (ou à la troisième ^^ – bref de la réécriture). FOND correspond à la correction du fond de l’histoire et forme, à la dernière phase de correction. (Parce que je trouve plus logique de corriger le fond avant la forme, mais je crois que rien n’empêche de faire les deux à la fois). J’ai fais le choix de  mettre ce tableau de bord en avant, car, aujourd’hui je me concentre sur deux projets, que j’ai déjà planifié et que je rédige, mais je compte utiliser ce journal sur le long terme, d’où l’utiliter de savoir où se trouve chaque projet. En face de la page tableau de bord, j’ai ajouter une page de notes, on ne sait jamais. C’est toujours utile d’avoir une page pour écrire des idées, des petites choses en vracs. 

 

Publicités

Nanowrimo : jour 27 bilan

Coucou tout le monde,

Oulala je sais ce que vous allez me dire : Tu n’as pas posté de bilan depuis des jours !

J’ai honte ! Non, en vrai je n’ai pas honte. Pas que votre avis ne compte pas mais je n’ai pas honte de ne pas poster régulièrement. J’ai avancé dans la vie et maintenant je préfère la colère à la honte. J’essaie de canaliser ma colère au lieu de me vautrer dedans, c’est bien plus sain que d’avoir honte de soi.

Et alors, où en suis-je dans mon roman du camp nanowrimo d’avril ?

J’ai fini avec 50 285 mots. J’aurais pu ajouter quelques scènes de plus mais je crois que cela n’aurait pas été utile. Je pensais sincèrement faire plus, écrire un roman plus volumineux, mais au stade où j’en suis arrivée, si j’ajoutais des scènes, j’embarquerais le personnage dans une nouvelle aventure qui n’a rien à voir avec celle du départ.

Suis-je parvenue à écrire mes 50 000 mots en 25 à 30 heures ?

Eh bien, non ! Parce que j’ai fait encore mieux. 24 h 40 d’écriture pour ces 50 285 mots. Mais j’avais annoncé que j’ai triché en utilisant une scène que j’avais écrite par le passé. Du coup, je vais me pénaliser de 1 h 20. Même si je ne pense pas avoir écrit cette scène en 1 h 20. Disons qu’il m’aurait fallu 26 heures pour écrire les 50 000 mots.

J’ai une moyenne d’écriture qui tourne autour de 1935 mots par heure. C’est une moyenne, parfois j’écris plus vers 2200 ou d’autres vers 1800 c’est une question de scènes ou de concentration, mais également de motivation. Si une scène me plaît à écrire je vais l’écriture plus rapidement que si elle ne me plaît pas tant que cela.

Pour beaucoup d’auteurs, c’est un rythme rapide, mais je ne suis pas sûre. Je dis cela parce que je sais toujours qu’une fois que le premier jet est écrit (le plus vite possible !!) je dois passer le double de temps à le corriger. Puis encore passer des heures à le peaufiner. puis le corriger encore. Alors, certes j’écris le premier brouillon vraiment rapidement mais les corrections sont peut-être bien plus nombreuses que quelqu’un qui aura pris le temps de penser chaque mot ou chaque scène dans le moindre détails.

Bonne journée à tous !

Ponine

PS : J’ai complètement oublié d’appuyer sur PUBLIER hier, la boulette !  

Nanowrimo bilan jour 20

Bonsoir tout le monde,

Le camp nanowrimo d’avril 2018 s’achève dans dix jours, il est tant de faire le bilan de ses vingt premiers jours. Je dois dire déjà que ces jours sont passés très rapidement, trop même.  

Aujourd’hui fut une journée prolifique. Levée très tôt, j’ai pu écrire et avoir un max d’énergie et de temps pour faire plus qu’écrire : un peu de sport, un peu de russe et de lecture et surtout profiter un peu du soleil.

Aujourd’hui, deux heures d’écriture pour un total de 4 334 mots. Je suis donc arrivée à écrire un roman de 45 589 mots, mais je ne pense pas dépasser les 60 000 mots pour ce roman. Petit roman donc, mais ce n’est pas ce qui compte. Je suis donc contente de ma journée très productive et plutôt agréable malgré quelques mauvaises nouvelles hier qui je le pensais m’auraient gâché la journée.

Au vue des nouvelles d’hier, j’ai décidé de relire Réfléchissez et devenez Riche de Napoléon Hill, que j’ai déjà évoqué sur le blog.  J’avais besoin de motivation et de courage, chose que je retrouve toujours dans les pages de ce livre. C’est gonflée à bloc que j’ai pu reprendre mon camp nanowrimo ce matin, après une journée d’absence.

Cette après-midi, j’ai pu regardé un film que je n’avais encore jamais vu : L’esclave Libre, avec Clark Gable. Je suis une grande admiratrice de Gable, non seulement, en déplaise à mes cousines, mon grand-père lui ressemblait beaucoup, mais également il avait un grand talent. Bien sûr le talent, ça se discute. Pour ce qui est de ce film, je trouve la fin bâclée, la dernière scène m’a fait me demandé si le réalisateur avait assez de budget pour achever son film. J’ai aimé l’histoire et je trouve que ce n’était clairement pas le plus grand film de tous les temps mais il reste bien meilleur (à mon gout !!) que la plupart des films qui sortent en salle aujourd’hui.

J’ai également profité de la journée pour regarder les prochains MOOC auxquels je compte m’inscrire, pas tout à fait de choix pour le moment, mais je vais voir pour le mois prochain.

Mais quand est-il de mon challenge d’écrire mon roman pour le camp nanowrimo en 25 à 30 heures ?

J’ai calculé qu’il m’a fallut 22 heures 10 pour écrire les 45 589 mots de mon roman. Et bien, je pense pouvoir écrire les 50 000 mots en 25 heures de ce fait, je suis plutôt contente, parce que je suis convaincue qu’il est mieux pour moi d’écrire rapidement sinon je me lasse. J’ai également besoin de challenge pour me motiver et me tenir en haleine. Alors oui, je suis contente, même si je sais que pour certains se donner un tel défi : écrire 50 000 mots au moins en 1 mois et écrire ces 50 000 mots en 25 heures, passe pour de la folie mais pour moi c’est nécessaire.

Bien entendu écrire rapidement n’est pas gâche de qualité, pour certains c’est même tout le contraire et il faut mieux écrire lentement que rapidement, mais je suis également convaincue que nous avons tous des modes de fonctionnements différents et que ce qui est bon pour une personne n’est pas bon pour une autre.  

 

Et vous, ou en êtes vous de votre camp nanowrimo d’avril 2018 ?

Avez-vous avancé  comme vous le désiriez ?

Bonne soirée,

Ponine

Bilan nanowrimo jour 16

Coucou à tous,

Journée bilan un peu spéciale, parce que je l’avoue j’ai « triché ». Oulala!

J’ai écrit en 1 h 50 : 8061 mots.

Alors oui, j’ai triché dans le sens où j’avais déjà rédigé une scène particulièrement complexe et importante il y a quelques mots et je voulais à tout prix qu’elle figure dans ce roman, parce que je l’ai écrite pour ça. C’est même plus qu’une scène c’est un chapitre 4 444 mots. Donc oui, je sais que c’est mal d’écrire avant le nanowrimo, mais voilà parfois les scènes nous viennent et on n’a pas envie de s’en débarrasser et ensuite, on ne planifie pas toujours l’inspiration.  Donc, si on retire ce chapitre, j’ai tout de même écrit 3 617 mots en 1 h50 ce qui est pas mal du tout. Cette petite triche me permets donc d’avoir 36 007 mots dans mon roman. Reste la question du défi un roman en 25 à 30 h. Je crois pouvoir me compter 2 h 10 de pénalité pour cette triche et puis après tout, ce n’est pas la fin du monde. J’ai donc écrit en 17 h 40 l’équivalent de 36 000 mots. Il me reste donc 14 000 mots à écrire pour achever le nanowrimo d’avril, le tout en environ 7 heures. C’est jouable.

Je ne pense pas pouvoir écrire bien longtemps demain, donc j’aurais au moins un peu d’avance.

Es-ce que c’est mal de tricher ?

Je dirais que c’est mal dans la plupart des cas. C’est mal de tricher lorsque l’on joue à un jeu par exemple parce que ce n’est pas fair-play vis à vis des autres. C’est mal de tricher dans les sentiments que l’on porte aux autres. Mais en ce qui concerne ce défi du nanowrimo, ce n’est pas mal. Après tout c’est un défi d’écriture certes mais il ne faut pas non plus se tenir rigueur d’employer des passages que l’on a déjà écrit par le passé s’ils conviennent à l’histoire.

Il ne m’arrive pas très souvent de réemployer des mots déjà écrits pour une histoire. C’est même plutôt rare, mais parfois c’est nécessaire. Je ne suis pas non plus du genre à rédiger de nombreux brouillons avant de passer l’écriture d’un roman. Je ne jette pas mes idées ou mes scènes sur papiers dans le désordre. Bien entendu, je transforme toujours mon premier jet, parfois je le met à  la corbeille et j’en réécris un tout nouveau de A à Z, si le premier n’était pas assez satisfaisant. C’est ce dernier cas, qui s’est produit pour ce roman d’avril. J’avais rédigé les trois-quarts du premier brouillon lorsque je me suis rendue compte qu’il n’était pas du tout correct. Rien n’allait en dehors de quelques idées et d’un chapitre particulièrement intense. J’ai gardé ce chapitre et ces quelques idées et voilà aujourd’hui j’ai pu réutiliser un chapitre que j’avais mis des heures à construire car il est plein de révélations importantes, d’action et de petits indices.

De plus, je pense aisément dépasser les 50 000 mots ce mois-ci et pour ce roman, peut-être pas de beaucoup mais certainement plus que les 4 444 mots que j’avais déjà rédigé, ce qui signifie que ma tricherie n’est pas si importante que cela.

Et vous, réutilisez-vous des passages déjà écrits ?

Bonne soirée,

Ponine

Nanowrimo : bilan jour 15

Bonsoir les gens !

Aujourd’hui le mot d’ordre était productivité. 2 petites heures de travail et 4107 mots plus tard, j’ai eu le plaisir de constater que mon roman faisait 27 946 mots. Le tout en 13 h 40 minutes. Il me reste donc 15 jours et 15 heures pour achever ce projet.

Bien sûr, il y aura des corrections, mais je m’aperçois que j’aime la tournure qu’il prend.

Ma petite routine du matin, puisque j’écris essentiellement le matin est la suivante :

Je me réveille vers 7 h, je flemmarde durant 30 minutes pendant lesquelles je pense à mon roman, j’essaie de visualiser les scènes dans mon esprit. Je tente plusieurs approches en « rêve », j’essaie plusieurs combinaisons possible de personnages, d’actions, de scènes. Surtout vrai pour les scènes d’action.

Vers 7 h 30, je me tire le tarot. C’est une habitude que j’ai prise tous les matins, je tire ma carte du jour. En fonction de cette carte, je prend mes pierres de la journée, et j’ai mon mantra du jour. Je prends quelques minutes pour inscrire mes pensées. Puis je passe à la salle de bain, je prépare mon thé et me voilà partie pour ma première demi-heure d’écriture.

Je fais toujours suivre cette petite séance par de la méditation d’une dizaine à une vingtaine de minutes. J’enchaîne avec ma seconde séance d’écriture, qui est souvent plus profilique que la première. Qu’importe le nombre de séances d’écriture, je termine toujours par du yoga, parce que rester assisse après une nuit de sommeil demande un peu de mouvement. C’est là ma routine du moment. J’aime changer de routine lorsque je vois qu’elle ne fonctionne plus.

 

Et vous, où en êtes vous dans vos projets ?

Nanowrimo : bilan jour 14

Bonsoir tout le monde,

Je suis très peu active sur les réseaux sociaux depuis quelques jours car j’ai eu de nombreux impératifs d’ordre personnels et professionnels. En clair, j’ai peu ou pas écrit et pas eu le temps de faire grand chose. C’est ainsi.

Je reviens donc avec un petit bilan du jour et des journées précédentes.

En avril, comme tous les mois d’avril depuis deux ans, je participe au camp nanowrimo. Cette année, j’ai décidé de corsé le défi de 50 000 mots en écrivant mon roman en 25 à 30 heures. Un vrai challenge surtout que j’ai eu peu de temps d’écriture comparé aux autres mois de l’année.

J’avais arrêté mon bilan au jour 9 de ce mois d’avril, j’étais arrivé à 15 744 mots en 7 h 40.

J’ai écrit durant le jour 10 durant 2312 mots 1 h 10, vraiment pas mal.

Ma journée 11 a été un peu moins productive seulement 1 985 mots en 1h, ce qui accumulé 20 041 mots depuis le 1er avril.

Je n’ai pas écrit jeudi et vendredi, alors j’ai essayé de me rattraper un peu aujourd’hui. Selon le calendrier Nanowrimo au bout de 14 jours, je devrais être parvenue à écrire 23 338 mots. En cette fin de journée, je suis à 23 008 mots, ce qui est un excellent résultat pour quelqu’un qui n’a pas écrit durant 5 jours en tout.

Mais qu’en est-il du nombre d’heure ?

Eh bien, aujourd’hui, je me suis attelée à mon projet durant 1 h 30. J’ai donc en tout écrit 11 h 20 23 008, je crois que je suis bien partie pour réaliser mon défi et j’en suis très contente.

Seulement !

Parce qu’il y a toujours un « mais », ce défi m’a permis de comprendre que j’ai gros problème avec le « temps ». Je m’explique, j’utilise un chronomètre pour écrire, comme j’utilise un chronomètre pour méditer, même s’il ne s’agit seulement que d’un playlist de musique d’une certaine durée. J’ai également un chrono lorsque je fais de la marche, ou un autre sport. Et c’est très bien ! Très bien parce que cela permet de se concentrer durant un laps de temps décider à l’avance afin que les choses avances. Cela permet de planifier sa journée etc. Sauf que j’ai remarqué que j’ai beaucoup de mal à ne pas regarder le chrono toutes les 30 secondes, même en méditation, j’ai beaucoup de mal à ne pas regarder l’heure.

J’ai décidé depuis quelques jours de travailler sur ce point. Je dois dire que le remarquer a été un grand choc, je ne pensais pas dépendre à ce point d’un chrono, mais si, raison pour laquelle la méditation est une bonne chose : car je n’aurais jamais remarqué cela sans une irrépressible envie de regarder l’heure au moment où j’aurais dû être détendue.

Bonne soirée à tous,

Pour ma part,

je vais me poser un peu de repos me fera du bien au son de Green Day,

vive les années 90/00 !

Ponine

 

Nanowrimo : Bilan jour 9

Bonjour tout le monde,

Petit bilan de la journée. Ce matin, j’ai profité d’une petite heure après ma séance de méditation pour m’atteler à l’écriture du roman que j’ai choisi d’écrire en avril.

En une petite heure, je suis parvenue à ajouter 2206 mots, à mon défi. Je vais essayer d’écrire encore une autre petite heure en fin de journée. J’ai réellement envie de finir cette histoire et de ne pas lui laisser prendre trop de chemins de traverses. J’essaie de rester focaliser sur mes idées premières, même si c’est difficile.

En 7 h 40, j’ai cumulé 15 746, j’ai hâte de savoir si je peux réussir mon challenge et surtout, si je peux réellement achever un roman en 30 jours, écrire 50 000 certainement mais mettre un point final à une histoire c’est une autre paire de manche.

En fin d’après-midi j’ai profité d’un petit temps mort pour reprendre les corrections d’une histoire que j’ai écrite depuis janvier. Je ne suis pas mécontente d’avoir pu me consacrer à ces deux projets. Surtout que ce dernier, j’espère réellement achever les corrections pour la fin du mois. J’avais déjà énormément avancé en mars. Cette autre histoire me motive réellement. Et je voudrais l’avoir en forme rapidement pour pouvoir la lire « comme l’œuvre de quelqu’un d’autre ». Juste pour avoir le plaisir de la lire sans me prendre la tête avec toutes les questions de corrections, de genre, de style.

Je suis plutôt satisfaite de cette journée et je crois que je vais me couchée ravie.

 

Et vous, où en êtes-vous avec le nanowrimo ? Avec vos projets en cours ? Avancez-vous comme vous le souhaitez ?

Ponine

Nanowrimo bilan jour 8

Bonsoir à tous,

Après quelques jours d’absence où je n’ai pas pu écrire, je me suis mise à l’écriture toute la journée, au moins jusqu’à ce que j’aille au ballet.

Aujourd’hui, j’ai écrit 5 115 mots en 2 h 20. Ce qui monte mon compteur à 13 538 mots. J’ai donc rattrapé mon retard par rapport au défi du nanowrimo. Depuis le premier avril, j’ai passé 7 h 10 pour écrire ces 13 500 mots. Ce qui est plutôt bon par rapport au défi que je m’étais lancée d’écrire mes 50 000 mots en 25 à 30 heures. Je verrais bien ce qu’il en est à la fin de mon challenge.

Ecrire autant dans une seule journée, c’est épuisant. Sincèrement, je me sens lessivée mais j’étais motivée et j’avais du temps pour rédiger. Pourtant, je ne conseille pas aux autres d’écrire aussi longtemps dans une journée, parce qu’il faut réellement être motivé et en forme pour passer une longue partie de sa journée assis comme ça.

je crois que demain, je vais avoir besoin de faire beaucoup d’étirements et de yoga pour me dégourdir le dos.

Bonne soirée à tous,

Ponine.

Nanowrimo : bilan jour 4

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui et probablement demain je n’ai pas la possibilité d’écrire.

Pourtant hier je me suis mise sur mon ordinateur durant un petit moment.

1h 20 et 2182 mots pas génial mais pas mal tout de même.

Pourquoi pas génial?

Parce que je me suis laissée déconcentrer pour un oui et pour un non et ça je déteste. J ai également eu un peu de mal à écrire une scène parce que je ne l’avais pas prévu et du coup je me dis qu’elle ne sert à rien. Une intrigue dans l’intrigue oui mais il faut que ça serve sinon … trop de blabla pour rien.

Voilà du coup je n’ai pas compté mais je dois être à 8 000 et quelques mots.

Bonne journée à tous

Ponine

Camp Nanowrimo : bilan jour 2 et 3

Coucou tout le monde,

 

Avant de commencer mon quatrième jour d’écrire, petit bilan de ces deux derniers jours.

Hier, j’ai manqué de temps pour faire mon bilan sur le blog, mais je suis parvenue à rattraper mon temps d’écriture, on ne peut pas tout avoir !

Lundi, je n’ai écrit que 30 minutes, trois séances de 10 minutes, dont la première a été interrompu pour une urgence médicale (plus important qu’écrire !! même si je répète toujours qu’il ne faut pas être dérangé et que rien n’est plus important que l’écriture les urgences médicales sont bien entendu plus importantes).

Séance 1 : 46 mots

Séance 2 : 363 mots

Séance 3 : 590 mots

Bilan de lundi : 999 mots pas mal.

Mardi, le matin je me suis attelée une heure à l’écriture, 6 séances de 10 minutes pour un total de 2 329 mots. Le soir, une autre séance de trente minutes et je suis parvenue à un total de 3 063 mots pour la journée d’hier.

En 3 heures d’écriture j’ai donc un total de 6 241 mots. Pour le moment je suis donc bien partie pour achever mon challenge d’écriture en 25 à 30 heures.

 

Bonne journée à tous,

bon courage pour le Camp Nanowrimo

Ponine