écrire deux projets en même temps

Bonjour à toutes et tous,

 

Aujourd’hui abordons une grande question : écrire deux projets en même temps. Si pour beaucoup d’écrivains écrire un seul projet demande déjà énormément de travail et de temps, de concentration également et n’imaginent pas qu’il soit possible de faire face à deux projets à la fois, d’autres se demandent s’il n’est pas possible d’avoir plusieurs projets en même temps et comment faire pour réaliser ces deux projets de front.

Ecrire deux romans à la fois : est-ce possible ?

Certains puristes vous diront que non, qu’il est impossible de se concentrer sur plusieurs projets à la fois, qu’écrire c’est faire un choix et s’y tenir et que vouloir rédiger plusieurs projets, c’est un peu comme tromper son conjoint : ça ne se fait pas.

D’autres assurent que ce n’est pas un problème si important, qu’il faut juste s’organiser et puis c’est tout !

Pour ma part, je pense qu’être écrivain c’est avoir pleins d’idées en tête, qu’écrire c’est une aventure fabuleuse et dans la vie se fermer des portes c’est un peu triste. Alors je vous conseille toujours de noter toutes vos idées ! C’est justement le conseil que je donnais à un abonné sur Instagram dans la semaine. Tout noter, même les idées qui paraissent superflues, inutiles, pas intéressantes, ou celles que l’on est « sûr » de se rappeler. Déjà, parce qu’une fois coucher sur le papier les idées ne semblent plus aussi « fabuleuses » que dans la tête, mais surtout un fois que vos idées sont écrites vous avez le cerveau plus libre.

Donc, est-ce que l’on peut rédiger plusieurs projets en même temps ?

Oui, clairement.

Pourquoi ?

Tout simplement parce que lorsque l’on bloque sur un projet en avoir un autre sous le coude peut justement libérer l’élan créateur et ne plus se focaliser sur un seul soucis ça libère.

Je dirais également que même si je suis convaincue que tout le monde ne peut pas se concentrer sur plusieurs projets à la fois – nous ne sommes pas tous faits pareil HEUREUSEMENT !! – d’autres personnes ont justement besoin d’avoir plusieurs romans en rédaction pour avancer. On peut avoir un roman à planifié, un autre en cours de rédaction et un troisième à la correction.

Oui, mais !

Avoir plusieurs projets demandent de la concentration ! On n’écrit pas 3 romans en même temps, comme l’on en écrit qu’un seul. Déjà, écrire, c’est difficile, même si les idées fusent, que les mots sortent tout seuls de votre tête, il y a tout un tas d’autres phases qui peuvent être épuisantes : genre corriger, planifier, concevoir des intrigues. Eh oui, écrire c’est un travail. Donc pour écrire 2 ou 3 ou plus, projets à la fois, il faut :

  1. de la détermination : être déterminé à achever chacun de vos projets en cours, et ne pas en laisser un de côté à un moment donné.
  2. de la patience : c’est plus long d’écrire en même temps deux histoires qu’une seule.
  3. du travail : beaucoup de préparation en amont, être capable d’avancer sur les projets à peu près à la même vitesse pour ne pas en abandonner un en route.
  4. de la concentration : savoir se concentrer sur chaque projet au moment où l’on est dessus.
  5. de l’envie : sans envie pas d’écriture, conserver le même désir pour chacun des projets peut être très difficile.
  6. de la foi : croire en soi, en ses capacités, en son intellect, en ses dons, et que l’on peut le faire.
  7. de la planification : temps au niveau de la gestion de son temps, que des histoires, pour ne pas mélanger les deux.
  8. de l’organisation : savoir gérer son emploi du temps pour dégager le même laps de temps pour chaque projet, organiser également son espace de travail pour ne pas tout mélanger.
  9. une vie ordonnée : un peu d’ordre dans sa vie, c’est à dire avoir un espace de travail ranger, une vie qui permet d’avoir à vous concentrer sur plusieurs projets en même temps. Il ne faut pas non plus vous priver d’une vie sociale pour écrire.
  10. une imagination fertile : afin de gérer plusieurs projets il faut déjà en avoir plusieurs en tête.

A présent, je vais vous donner ma technique pour écrire plusieurs projets à la fois, ceux qui me suivent sur Instagram savent que j’ai commencé début décembre un nouveau projet que j’ai intitulé Bloomsbury, mais ils savent également que je n’ai pas achevé mon tome 4 que j’avais commencé pour le NANOWRIMO et dont j’avais écrit 70 000 mots.

Comment je m’organise :

Tout simplement en mettant le focus sur un projet à la fois pour ce qui est de la planification. En novembre, j’écrivais le tome 4 de ma série, et en même temps je me concentrai sur la planification de Bloomsbury. Je n’aurais pas pu planifier les deux romans, tellement différents l’un de l’autre, le même mois. Donc, aujourd’hui, j’ai bien plus écris sur mon tome 4 que sur Bloomsbury, c’est pourquoi tous les jours je me suis fixée un nombre de mots à écrire.

Ce nombre c’est 4 000 mots, tous les jours j’écris donc 3 000 mots de Bloomsbury et 1 000 pour le tome 4. Alors, bien entendu, c’est une moyenne, je ne compte pas au mot près en me disant c’est bon tu as écris 3 000 mots stop, je ne m’arrête pas au milieu d’une phrase ou d’une idée juste parce que mon quota est dépassé.

Bien entendu, j’écris vite. Je m’en suis rendue compte durant le nanowrimo. Certes j’ai du temps à consacrer à l’écriture, mais je crois que j’ai un débit assez rapide, peut être parce que je sais où je veux aller, peut-être simplement parce que c’est comme ça, certains écrivent plus vite que d’autres, certains sont plus cultivés que d’autres, plus sportifs, plus compétents dans certains domaines, bref je suis comme ça.

Ce rythme d’écrire plus Bloomsbury et moins l’autre projet me convient pour le moment, parce que j’ai besoin de mieux peaufiner le milieu de ce quatrième tome, j’ai changé des choses et c’est un peu plus confus, donc cela me va. Ecrire plusieurs histoires ça reste quand même frustrant. J’ai la sensation de ne pas avancer, et pourtant j’écris tout de même 4 000 mots par jour tous les jours. Donc, c’et vrai que je ne conseillerai pas à tout le monde d’écrire plusieurs projets en même. Même si le challenge est super, et qu’il faut souvent avoir des challenges pour se surpasser et se dépasser, parfois trop c’est trop.

Ecrivez-vous plusieurs romans en même temps ?

Est-ce facile pour vous d’écrire plusieurs histoires à la fois ?

Avez-vous déjà essayé l’expérience ?

Pour ceux qui veulent me suivre sur Instagram voici le lien https://www.instagram.com/lesconseilsdeponine/

 

Publicités

Quand tu es écrivain…

Bonjour à tous,

Petit article un peu différent pour commencer ce mois de décembre. Aujourd’hui, petit article sur les petits stéréotypes auquel on peut être confrontés lorsque l’on est « écrivain » et que l’on avoue que l’on écrit à : sa famille, ses amis, ses connaissances, les lecteurs de blog, les gens en général

  1. « Combien de livre tu as publié ? » C’est une question parfois agaçante. On se sent toujours un peu mal à l’aise, notamment lorsque l’on n’a jamais publié.
  2. « Comment peux-tu être écrivain si tu fais des fautes!  » Eh bien être écrivain, c’est avant tout être humain. Les humains commettent des erreurs et font des fautes.
  3. « Tu es écrivain mais tu n’as pas lu tel ou tel auteur, comment ça se fait ? » Les écrivains sont souvent de grands lecteurs, mais être un grand lecteur ne signifie pas que l’on lit tous les livres qui sont publiés dans le monde chaque année. 
  4. « En vrai, tu n’as aucune imagination! » phrase parfois subtile que l’on peut entendre lorsque l’on avoue que l’on n’a pas d’idée sur un sujet créatif. Ecrivain ne signifie pas artiste capable de maîtriser l’art : de la décoration d’intérieur, de l’architecture, du scrapbooking, peintre, musicien, artiste en tout genre.
  5.  « Mais c’est quoi tes passions dans la vie ? » No, comment.
  6. « Pourquoi tu écris ? » Question très amusante auquel il faut répondre de manière succincte, parce qu’en vrai, il y a peu de gens qui s’intéressent réellement aux raisons qui vous poussent à écrire.
  7. « Tu n’as pas encore fini ton roman, mais ça fais X temps que tu es dessus. Qu’est ce que tu attends quoi pour finir? »  C’est le souci lorsque l’on parle de son roman à plusieurs personnes. Il y a les gens qui vous encourage et …les autres.
  8. « Tu penses vraiment faire fortune comme ça ? » Pourquoi le plaisir doit-il se résumer à une compensation monétaire ?

Il y aura toujours des gens pour vous critiquer, parfois les critiques sont amusantes, parfois blessantes, mais c’est ce qui nous donne envie de continuer envers et contre tous. Il existe encore de très nombreuses questions ou remarques déplaisantes mais il ne faut pas écouter les autres, seulement écouter son ambition, son amour, son cœur et son désir et ne jamais abandonner.

bilan du Nanowrimo de novembre 2017

J’ai achevé le nanowrimo de novembre avec un roman écrit à moitié et 70 030 mots au compteur. Je suis contente d’avoir réussi à terminer ce challenge, d’avoir écris autant. Il faut dire que les derniers jours je me suis retrouvée envahie d’idées et que l’inspiration m’a prise. J’étais heureuse d’écrire et je me suis sentie bien plus épanouie, une fois plongée dans mon roman. J’ai adoré ce challenge. J’adore toujours le challenge mais cela beaucoup l’auront remarqué. Ce nanowrimo est donc une franche réussite pour ma part.

Je n’ai pas achevé l’écriture de mon tome 4, pourtant ce matin, motivée je me suis lancée dans un second projet. Quelques mots par jours pour avancer sur les deux fronts en même temps.

Et vous, avez-vous réussi à terminer ce challenge ?

Bilan du jour 25 du nanowrimo

Et voilà, je suis parvenue à écrire 50 000 mots en 25 jours. Je n’ai écris qu’un tiers du roman que j’avais prévu, je me sens heureuse, épanouie. J’étais tellement motivée et inspirée que je me suis à peine rendue compte d’avoir dépassé les 50 000 mots, avant de reporter mon quota sur le site du nanowrimo. Il me reste donc quelques jours pour écrire davantage de mots et avancer un peu plus dans mon histoire.

Je souhaite à tous et à toutes de parvenir à achever ce challenge, quel que soit le nombre de mots fixé au départ.

Les challenges sont une excellente source de motivation, mais également de tristesse lorsque l’on à l’impression de ne pas avancer au rythme que l’on espérait au départ. Pourtant, il faut continuer et ne pas se démoraliser. C’est important, de continuer, de garder le cap.

Depuis mercredi et ma rencontre avec Amélie Nothomb lors d’une séance de dédicace, je suis bien plus ouverte, créative et pleine de vie. Parfois, un seul bon commentaire et tout s’illumine.

nanowrimo bilan jour 19

Très occupée ses derniers temps, je n’ai pas beaucoup écrit, tant sur le blog, que pour le nanowrimo. La vie est parfois compliquée… Et je crois que lutter contre la procrastination sera mon but ultime toute ma vie durant.

Aujourd’hui, je suis parvenue à écrire un peu et à rattraper mon retard. Ce soir, je peux annoncer que j’ai écris en tout 32 166 mots ce mois-ci. C’est loin de ce que j’espérais. J’ai vraiment du mal à être productive en ce moment. Mon humeur oscille entre la joie et la tristesse et cela me donne beaucoup de mal à tenir la barre. Il faut dire que l’on entre dans la période de l’année que j’aime le moins : NOEL et cette année, je vais devoir l’affronter seule. Je déteste être célibataire pour noël, je déteste être célibataire tout court…Quoi que non, en faite, j’aime pouvoir être libre, disons que ce qui me manque c’est une personne à qui me confier. Cette année aura été ponctuée de tellement de décès, de rupture, de mauvaises nouvelles. Lorsqu’une de mes cousines me dit « mais cette année c’était génial, je me suis mariée » j’ai envie de lui répondre…Ouais et 3 des personnes présentes à ton mariage sont mortes, super c’est tout ce que l’on va retenir. J’ai hâte que cette année se termine, elle n’aura apporté que du malheur en dehors de deux événements heureux : la naissance de CHOUPETTE 2 (hihi) et le « mariage » de ma cousine. En dehors de cela, cette année n’aura été qu’un lot interminable de détresse, de désespoir, de tristesse, qui continue encore…puisque dans la semaine, nouvel enterrement… Franchement affronter tout cela seule c’est insupportable. C’est lorsque l’on aurait besoin de quelqu’un dans sa vie que l’on se retrouve seul. Cela donne à réfléchir à l’importance que l’on donne aux gens et à ce que l’on est pour eux. Au final, on est présent pour certaines personnes, on est prêt à tout pour les aider et lorsque l’on a besoin d’eux où sont-ils ? ailleurs ! C’est un peu sombre, mais je crois que je n’ai plus envie d’accorder ma confiance et mon amour aux autres…Je crois que j’ai surtout besoin d’aller voir ailleurs, de prendre des vacances et de voyager ^^

Vivement l’Angleterre ! Pour changer d’air, voir autre chose, des gens différents, des paysages autres et des monuments intéressants.

Bilans du nanowrimo

Je n’ai pas écris d’article dimanche et lundi pour plusieurs raisons : tout d’abord dimanche je n’ai pas écris une ligne. Cela n’est pas un drame j’avais de l’avance et j’ai pris le temps de faire autre chose ce qui est très bien également.

Hier en revanche je suis parvenue à écrire 2169 mots en 50 min, mais je n’avais pas le courage de rédiger un bilan, ma journée n’ayant pas été assez productive pour que j’ai envie d’en parler. Alors, certes j’ai écris pas mal de mots, mais mes autres impératifs de vie étaient plutôt dans les choux, donc pas envie d’en parler.

Aujourd’hui, j’ai terminé mon objectifs en 1 h (boouhh) et j’ai pu écrire 2294 mots. Plutôt sympa comme exploit. Seulement, je me suis levée tard; à 8h et j’ai un rdv cette après midi qui va me prendre des heures et cette idée d’être aussi peu productive aujourd’hui m’énerve et me désespère. Pourquoi faut-il toujours que les médecins aient 3 heures de retard. J’avais lu un article d’un médecin qui expliquait que lorsqu’il était en retard c’est parce qu’il prend le temps de parler à son patient, de l’aider, etc mais alors pourquoi prendre des rdv tous les quart d’heures et pas plutôt toutes les demi-heure ? Bref, savoir que je vais passer du temps à attendre m’énerve, je déteste attendre même pour de bonnes raisons, mais j’y travaille ^^.

L’important c’est que je sois parvenue à écrire pour le nanowrimo ^^, cela me console d’avoir ce rythme d’écriture.

Bilan nanowrimo jour 10

Bilan matinale aujourd’hui. Je suis parvenue à écrire un peu plus que ce dont j’avais prévu. Je termine donc mon challenge du jour en ayant écrit 2158 mots sur les 2000 que j’avais prévu d’écrire. Ce qui me fait donc un total de 21 233 mots pour le moment. Je suis donc bien partie pour achever le nanowrimo ce mois-ci.

J’étais très inspirée ce matin et il difficile de devoir « cesser » d’écrire pour vaquer à mes autres occupations. Surtout lorsque je me rends compte que je suis parvenue à écrire ces 2 158 mots en 1 h et 2 minutes. Je me dis que je devais être réellement motivée.

Bon nano à tous.

Bilan nanowrimo jour 9

Ce soir, je publie un peu tardivement mon bilan du jour.

Alors après avoir bien écrit, je crois, je peux dire que je suis arrivée à 19 075 mots. C’est environ 4 000 mots d’écrit pour aujourd’hui. Je peux me sentir contente de mon travail, même si certaines scènes m’ont paru insurmontables à écrire.

#nanowrimo mes stats d'#ecriture #fieredemoi #winner

A post shared by Les Conseils de Ponine (@lesconseilsdeponine) on

Bref, je suis épuisée, je me sens totalement vidée de mon énergie ce soir.

Demain, je compte me concentrer sur un autre sujet que l’écrire au choix : sport/bien-être ou études et langue. Je compte tout de même écrire 2 000 mots pour achever le nanowrimo, mais j’ai besoin de faire autre chose.

A demain et bon nano à tous.

Nanowrimo Bilan jour 8

Voilà que s’achève ma huitième journée d’écriture avec un total de 15007 mots. Ce fut une longue et laborieuse journée de travail. J’étais motivée ce matin, j’ai bien écrit d’ailleurs mais quand j’ai voulu reprendre et bien manque d’inspiration. Plus exactement, grosses difficultés à rédiger ce chapitre. Je l’avais pourtant planifié mais rien à faire.

J’espère que demain sera une meilleure journée pour l’écriture.

Je n’ai pas fait grand chose aujourd’hui, un peu de méditation, du sport une bonne heure et demi de ballet beautiful (quand on aime on ne compte pas, réellement je n’ai pas vu le temps passé ^^) J’ai également fait quelques tirages de tarot. J’ai envoyé quelques CV. A présent, je vais m’accorder une petite pause, avant de me lancer dans mon projet : « OBJECTIF ANGLAIS ».

J’ai lu sur différent sites que la classification européenne de langue (le CECRL pour cadre européen commun de référence pour les langues) estime qu’il faut

90 à 100 heures pour acquérir le niveau A1 (le plus bas) dans une langue.

180 à 200 heures pour le niveau A2

350 à 400 heures pour le niveau B1

500 à 600 heures pour le niveau B2

700 à 800 heures pour le niveau C1

1000 à 1200 heures pour le niveau C2 (le plus élevé)

Sachant que ces heures sont cumulatives.

Je n’ai pas un niveau A1 en anglais pourtant je compte voir les progrès que je peux effectuer en 100 heures de travail. Cela me donne donc un objectif quantifiable : 100 heures de travail et voir où j’en suis à ce moment là, le tout en reprenant les cours depuis le début, je pense que revenir aux sources me fera du bien.

L’utilité des magazines de déco

Aujourd’hui, je vais vous donner une de mes petites astuces en matière de décoration et d’invention de lieux pour mes romans. Il s’agit d’une technique très simple : feuilleter les magazines de décoration.

Les magazines de décorations d’intérieur, c’est un peu comme les sites de location ou de vente de maisons ou appartements, lorsque l’on est écrivain y jeter un œil de temps à autre c’est une très bonne chose.

Pour ma part, la décoration ce n’est pas mon trip. Je suis fan du vintage, du vieux rose, du poudré et du marron, dans les pièces moins il y a d’objet mieux c’est…Seulement voilà, entre mes goûts personnels et mes besoins « descriptifs », il y a un monde. Alors parfois, je garde des magazines de décoration, cela m’inspire pour écrire surtout en ce qui concerne les couleurs, les agencements de pièces, de mobilier, de ton…

Je passe aussi assez régulièrement sur des sites de locations ou de ventes afin de « voir » de maisons ou autres et m’en inspirer. Parfois, il suffit de pas grand chose pour changer un décor et le rendre plus vivant.

L’avantage des magazines de décoration c’est que l’on peut en trouver dans les grandes enseignes gratuitement, même s’il m’arrive parfois d’acheter des magazines, je préfère nettement le prix du gratuit. Le magasin que je préfère c’est Maison du Monde. Bien que si je devais me meubler chez eux j’aurais de grosses difficultés puisque je ne suis pas très fan de toutes leurs décorations.

Renouveler son inspiration ne tient parfois qu’à peu de choses, une petite idée par ici, une autre par là.

Dessiner des plans peut également être une très bonne manière de créer des lieux insolites, que l’on peut ensuite « meubler » avec des idées dénichées dans des magazines. Souvent, faire du découpage-collage reste la meilleure solution pour visualiser des lieux. L’avantage du dessin, du collage, reste que vous pouvez garder vos idées et les « voir » mieux que si vous deviez relire un texte que vous avez écrit.

Cela ne signifie pas non plus qu’il faut compiler des centaines de magazines de décoration sans aucun but, ou qu’il faut reprendre chaque idée conseillé dans le catalogue parce que la pièce a été conçue de telle ou telle manière par un architecte d’intérieur ou un photographe. Faites-vous plaisir ! Vous pouvez également mettre des éléments de décoration qui ne vont pas ensemble, ajouter des meubles anciens dans une décoration design, mettre des couleurs particulières pour le « plaisir » des yeux, reprendre des éléments de décor vu dans des films, chez des amis, etc.

Comment créez-vous les lieux et les décors de vos histoires ?

Utilisez-vous la technique des catalogues de décoration ?