Petit résumé des articles de septembre

Voici le petit résumé des articles de septembre sur la créativité : 

-C’est la rentrée

-Parlons un peu de créativité !

-Evaluer ses besoin créatif et préparer son travail

-Atelier de pré-créativité : coup d’envoi

-Détendre l’atmosphère

-Exercice de créativité « et si »

-Comment devenir plus créatif ?

-Achever son atelier de créativité

-Petits jeux d’écriture

-Jeux d’écriture suite

-Idées d’activités créatives

-Un espace de travail créatif

Voilà, qui achève le thème du mois de septembre. J’espère que vous avez apprécié la thématique de la créativité. On se retrouve le lundi 1er octobre pour un nouveau thème. 

Je profite pour vous dire qu’au mois de novembre, il y aura, comme chaque année, le Nanowrimo. Pour ceux qui ne connaisse pas le principe, il s’agit d’écrire un roman de 50 000 mots durant le mois de novembre. Oui, oui 50 000 mots en 30 jours. Pourquoi ? Tout simplement parce que plus l’on écrit et plus il est facile d’écrire, car l’on reste tous les jours immergé dans son récit et qu’il est plus aisé de s’y replonger rapidement. Je vous encourage, bien entendu, à participer à ce défi, ne serait-ce que pour l’expérience. 

Bonne journée, 

Ponine. 

Publicités

un espace de travail créatif

Aujourd’hui, j’ai envie d’évoquer avec vous la question d’un espace de travail créatif. Tout du moins qui permet de favoriser la créativité, la concentration et la productivité. Il s’agira du dernier article sur la créativité, tout simplement parce que le mois de septembre touche à sa fin.

Un espace de travail créatif qu’est-ce que c’est ?

Essentiellement ce qui vous fait plaisir. Eh bien oui, c’est simple à dire mais aussi nécessaire de l’avoir en tête. On est plus créatif dans un espace qui nous convient que dans un espace dans lequel on se sent mal. C’est logique, bien entendu, mais parfois il faut savoir revenir aux bases.

Pour choisir votre espace de travail vous devez prendre du temps pour vous poser et pour réfléchir.

Tout d’abord demandez-vous ou vous allez travailler ? Est-ce que vous allez écrire ou faire vos ateliers et exercices de créativités dans un lieu public ou un espace privé ?

Il est bien évident que si vous écrivez dans le train ou dans un café ou une bibliothèque vous n’allez certainement pas pouvoir faire grand chose quant au décor, au cadre de travail ou au mobilier que vous devrez « subir ». Si vous travaillez dans un café ou une bibliothèque vous pourrez changer de lieux (si d’autres lieux de ce genre sont ouverts dans le coin où vous vous trouvez), pourtant vous ne pourrez pas imposer vos choix en matière de décorations.

Si vous écrivez chez vous, vous aurez certainement la possiblité de faire certains agencements pour être au mieux. Quand je dis certains agencements cela ne signifie pas nécessairement faire des travaux, dépenser beaucoup d’argent pour décorer votre espace à vous.

Si vous ne pouvez avoir un espace à vous qui soit indépendant. Si vous devez, par exemple, travaillez dans votre cuisine, votre salon, votre chambre, vous pourrez avoir besoin de ranger votre lieu de travail dés que votre session est achevée. D’ailleurs vous devriez ranger votre travail chaque fois que vous l’avez achevé cela permet de ne rien perdre et d’avoir tout à la même place sans avoir besoin de chercher. Si vous avez un espace indépendant demandez-vous comment vous désirer le décorer.

Prenons un exemple : imaginons que vous avez un espace de travail à vous, que la mode cette année est au bleu sur les murs et aux meubles blanc. C’est bien joli mais vous le bleu et le blanc cela vous donne la migraine, est-ce que vous devez céder à la mode ? Non. Pourquoi ? Parce que ce que vous devez avoir est un espace qui vous convienne. Ce n’est pas parce que la mode est aux meubles Ikéa ou Maison du Monde que vous ne pouvez pas avoir un bureau en chêne massif avec un vaiselier ancien pour ranger vos documents si cela vous fait plaisir et si vous en avez les moyens. Si des murs rouges vous inspirent davantages que des murs blancs rien ne vous empêche de peindre vos murs en rouge si vous êtes dans un espace qui vous appartient.

Pour ma part, je travaille très mal dans le blanc. Il n’y a rien de pire pour moi que de vivre dans un espace blanc, je me sens mal à l’aise, étouffée et anxieuse, je dors mal et sincèrement j’en fais une dépression (oui anxiosité, mauvaises nuits néccessairement à un moment cela joue sur les humeurs). Je me sens bien plus à mon aise dans des lieux colorés et chaleureux. Quand je dis colorés cela ne veut pas dire avoir des pièces vert, bleu, orange « pétant », mais des couleurs douces comme le rose pale, le taupe, le marron. Mon espace de travail est jaune/ orangé et marron (très bois), parce que c’est également ma chambre. Je m’y sens bien et cela qu’importe si les gens trouvent que ce n’est pas « moderne », que cela fait « vieillot » ou trop « chargé ». Le jour où je pourrais avoir un « vrai » bureau séparé de ma chambre ou de mon lieu de vie, la décoration sera différente, bien entendu, mais en attendant je préfère être dans un lieu dans lequel je me sens bien, plutôt que dans un lieu dans lequel les autres se sentent biens.

Si vous n’avez pas les moyens de faire des travaux, de changer toute la décoration ou de refaire les murs, de racheter du mobilier, il est facile de se créer une atmosphère de travail agréable avec trois fois rien. J’aime beaucoup les magasins comme Gifi ou Action ou encore Babou. Ce n’est pas cher et on y trouve quelques idées originales. Vous ne pouvez pas changer vos tapisseries ? Pas de souci, vous pouvez acheter un tableau de liège et punaiser quelques images inspiratantes. Vous écrivez dans votre salon mais vraiment les coussins ne vous inspirent pas ? Pas de problème, acheter quelques coussins spécialement pour « écrire ». Vous pouvez vous offrir un gros pouf si vous aimez travailler assis par terre. Vous pouvez investir dans un nouveau plaid. Peut-être que vous aurez envie d’avoir une lampe spéciale pour écrire ou alors d’avoir un magnifique dessous de main.

Récemment j’ai changé de fauteuil de bureau, j’ai des cheveux longs et mes roulettes étaient pleines de cheveux que je ne pouvais plus enlevés (bon j’aurais aimé savoir que l’on pouvait acheter des roulettes neuves mais je ne l’ai su qu’après grr). Le cuir de mon vieux fauteuil était déchiré par endroit et puis j’avais aussi envie de changer après 12 ans de bons et loyaux services. Je me suis donc fait offrir pour mon anniversaire un fauteuil en mesh dernier cri. Mais attention, cela a été une épopée pour trouver THE fauteuil de bureau. J’ai une particularité : j’écris mieux assise en tailleur, j’avais donc besoin d’un fauteuil de bureau sur lequel j’étais assise confortablement autant normalement qu’en tailleur. cela signifiait également un fauteuil assez large pour que la position soit agréable, notamment à cause des accoudoirs.

Pourquoi est-ce que je vous raconte cela ? Tout simplement parce que tout matériel de bureau s’essaie avant. Je sais qu’il est tentant d’acheter sur internet, mais un fauteuil de bureau qui vous fait mal au dos vous risquez de le sentir très vite. Un bureau trop petit sera un inconvénient majeur. Et il va de soi que si vous écrivez dans votre cuisine une chaise mal adaptée deviendra votre pire cauchemar. 

La décoration

J’ai commencé à en parler juste au-dessus, mais je crois que la décoration est importante pour avoir un espace créatif. La décoration doit refléter votre personnalité d’auteur. Il se peut que vous ayez besoin de bougies, de pierres de lithothérapie, de boître de rangement ou d’images en face de vous pour vous motiver ou vous inspirer. Vous pouvez également mettre des livres près de vous. Encore une fois libre à vous de mettre des photos de votre famille, de vos stars favorites, des auteurs que vous appréciez ou des images calmes et reposantes. La décoration passe également par votre matériel. Si vous écrivez à la main un beau carnet, de bons stylos peuvent faire toute la différence. De même que si avez un fond d’écran sympa vous serez plus tenté d’écrire. (quoi que le fond d’écran ne se voit pas lorsque l’on est sur Word mais vous comprenez le principe ^^). La décoration c’est également la musique, les odeurs. Un peu d’encens, une bougie parfumée, une lampe agréable, de la musique douce ou non, tout cela est à prendre en compte, pour vous créer un espace agréable.

Pour ma part, je collectionne les cartes postales. Pas toutes bien entendu, mais chaque années lorsque je vais quelque part j’achète une carte postale et je la mets sur mon tableau de liège, juste en face de moi lorsque j’écris. Au 1er de l’an je retire les vieilles cartes postales et j’attends de me constituer une nouvelle collection. J’en garde certaines qui me sont chères toujours accrochées pour me rappeler de bons moments. J’ai également des dessins d’enfants. J’ai hâte que ma filleule dessine pour accrocher ses créations (mais pas de jalousie j’adore le dessin de sa soeur qui est accroché sur mon mur ^^ )

Les couleurs : 

Pour ce qui est des couleurs, certains vous diront qu’il est plus agréable de travailler dans un espace blanc, d’autres qu’il faut des couleurs vives et joyeuses. Certains ajouteront des bibelots decoratifs, alors que d’autres ne poseront dans leur espace de travail que le nécessaire pour rester concentrer. Si vous êtes fan d’une oeuvre, vous pouvez ajouter des goodies à votre bureau. Si vous aimez la peinture ou que vous êtes peintre vous-même vous pouvez ajouter une de vos oeuvres. Soyez certain que ce que vous allez mettre vous donne envie de travailler.

Si vous avez besoin de certains vêtements pour écrire, vous pouvez les laisser dans votre bureau pour vous changer lorsque vous prêt à écrire, afin d’entrer dans votre peau d’écrivain.

Le rangement

C’est un point important. Des spécialistes disent que l’on ne peut travailler dans des conditions optimales qu’avec un espace épuré, minimaliste. D’autres affirment qu’ils ont besoin d’être dans un « bordel organisé » pour réussir à exploiter au mieux leur créativité. Je suis entre les deux.

Disons qu’il faut mieux avoir des papiers rangés pour ne pas les perdre. Que si l’on range tout dans un classeur c’est mieux. Que si l’on écrit dans un carnet, c’est bien d’avoir sur la tranche du carnet une étiquette pour rappeler de quoi il s’agit. Qu’avoir tous ces stylos et crayons dans une même boîte ou une trousse c’est mieux et qu’un espace de travail propre est bien plus agréable. Je dis cela sans faire l’amalgame : désordre  / saleté mais avouons-le, si votre bureau est encombré de tome de papiers en tout genre il y a peu de chance pour que vous fassiez régulièrement le ménage.

Je ne suis pas une maniaque du rangement, ni du ménage. Je ne nettoie pas mon bureau régulièrement et même si j’ai eu une période où tout était bien rangé, j’ai tendance à me laisser déborder et dire « on verra plus tard », seulement plus tard fait que mon bureau est très vite encombré, notamment avec mes pierres de lithothérapie, ma trousse avec mes 30 stylos et mes 15 surligneurs (entre nous, ils ne servent pas) et mes dizaines de carnets moleskine ou lechttrum. J’ai un Bujo, mais sérieusement je ne m’en sers plus, j’ai un semainier, mais lui non plus ne sert plus. Bref, je suis une personne qui cherche à être organisée mais depuis que je ne me lève plus à 5 h du matin, je deviens une vrai fainéante de l’organisation. Pourtant quand mon bureau est propre, rangé, harmonieux, j’ai plus de facilité à travailler, je me sens mieux, plus à l’aise. C’est donc à vous de voir ce qui est le mieux pour vous et le plus agréable. En tout cas, je vous déconseille d’avoir des feuilles volantes partout, ou des post-its qui trainent, c’est contre-productif lorsque l’on passe des heures à les chercher pour se rendre compte qu’ils ont fini à la poubelle.

Bon c’est bien joli mais au final comment fait-on pour avoir un espace créatif ?

Tout simplement en veillant à avoir un lieu de travail agréable. C’est à dire avoir du mobilier confortable, qui vous invite à travailler et sur lequel vous pouvez rester des heures. Il faut donc que les sièges, lits, canapés, fauteuils, poufs, chaises soient agréables, que vous vous sentiez bien assis, même si vous êtes avachi vous ne devez ressentir aucune tensions ou douleurs. La posture avachi n’est pas la meilleure, selon les experts. Pour ma part, j’aime également écrire sur mon lit, en position demi-allongée. Je n’aime pas écrire sur une chaise droite, ou dans un divan, si la position est agréable pour les jambes, elle ne l’est pas pour le reste du corps, pas sur le long terme. Elle est donc à éviter. Si vous aimez écrire sur un pouf c’est bien également d’avoir un autre espace de travail plus conventionnel pour écrire. Bien entendu, il y a toutes les recommandations sur l’espace entre le visage et l’écran. Les conseils sur la hauteur du clavier et celle de l’écran, sur la hauteur du fauteuil et du bureau. Je n’y connais pas grand chose, donc pour cela renseignez-vous auprès de professionnels qui sauront vous aider.

Un espace de travail agréable, c’est aussi une jolie décoration. Un lieu qui invite à vous asseoir et à voyager dans votre imaginaire. Cela peut-être de placer votre bureau devant une fenêtre, ou au contraire devant un mur pour ne pas subir de distraction. Vous pouvez également décider de mettre des livres dans votre espace d’écriture. Un espace également dans lequel il fait assez chaud, mais pas trop. Un endroit où vous pouvez vous étalez assez pour avoir votre matériel autour de vous et où vous ne serez pas dérangé toutes les deux minutes.  

Bref, il y a autant de lieux idéaux qu’il existe d’auteurs, parce que ce qui est idéal pour vous ne le sera pas nécessairement pour moi, ce qui l’est pour moi ne le sera pas forcément pour vous. Si je devais vous donner un seul conseil : évitez d’en avoir trop. C’est à dire éviter d’avoir trop de livres, trop de cahiers, trop de décorations autour de vous. Sans être fan du minimaliste, j’ai seulement remarqué qu’il est plus motivant de ne pas être trop solicité.

Voilà qui clôture le mois de septembre sur la créativiter et sur les exercices de pré-créativité. Je dois reconnaître qu’il y avait moins d’exercices que je ne le pensais. Samedi, je ferais un résumé des articles publiés ce mois-ci et on se dit à bientôt pour un nouveau thème.

Ponine

Idées d’activités créatives

Lorsque l’on est écrivain, ou que l’on aspire à le devenir, on croit qu’il suffit d’être inspiré par la grâce quasi divine d’une muse nommée Inspiration. On pense qu’il n’est pas nécessaire de travailler pour trouver l’inspiration. On pense encore qu’il suffit d’écrire pour être créatif et qu’être cloisonné à son art reste la clé pour devenir un excellent écrivain et trouver l’inspiration. 

Pour ma part, je suis convaincue qu’écrire reste la voie de l’excellence pour être inspiré. Plus on écrit, plus on le fait régulièrement et plus il devient aisé d’écrire. On aiguise son oeil, son regard critique et on l’inspiration vient d’autant plus rapidement.

Pourtant, il y a des tas d’activités qui n’ont rien à voir avec l’écriture (ou pas) qui aide à devenir plus créatif au quotidien, tout du moins à exercer son imagination et à découvrir d’autres manières de s’exprimer que par l’écrit : ce qui au final est une bonne pratique puisqu’elle permet de mieux appréhender nos cinq sens. 

La lecture

Je ne vais pas m’éttendre sur cette pratique. Il est rare qu’un écrivain ne soit pas un grand lecteur. La lecture développe l’imaginaire, permet d’acquérir plus de vocabulaire, de voir le style d’écriture des autres écrivains et de développer le sien. Je vous encourage donc à lire, même quelques minutes par jour. Et oui, lire le journal c’est aussi de la lecture !

Le cinéma ou les séries télévisées 

Comme pour la lecture, les oeuvres audiovisuelles permettent d’être confrontré au storytelling. Même s’il n’y a pas toute la dimension imagination que l’on peut retrouver dans la lecture, le cinéma reste un très bon loisir.

La pratique musicale 

Pratiquer soi-même un instrument de musique offre une autre dimension à sa vie. Je pratique moi-même la guitare depuis très longtemps et même si je ne sais toujours pas jouer aussi bien qu’il le faudrait, je m’amuse à apprendre des morceaux que j’apprécie. Cela ne fait pas que me détendre, mais m’apporte beaucoup. Pas nécessairement dans un côté imagination et création mais parce que je développe ainsi ma culture générale. Je pense que la pratique musicale permet d’appréhender la notion de rythme. Lorsque l’on écrit le rythme est important, le fait de jouer d’un instrument aide à comprendre cette notion de ryhtme. 

Le dessin / la peinture 

Même si je ne sais pas dessiner, j’aime bien parfois m’exercer à faire quelques petits dessins. Notamment lorsque je n’arrive pas à décrire des lieux ou des personnages, esquisser quelques plans de maison ou de lieux aide à la visualisation. Mais pas seulement, dessiner est simplement une bonne technique pour s’évader. 

La couture / le tricot 

Cela ne parle pas nécessairement à tout le monde, pourtant le fait de créer ses propres vêtements ou même ses Tote Bag permet d’exercer sa créativité. Outre le fait qu’ainsi vous pourrez aménager votre intérieur, avoir des vêtements personnalisés et la fierté de dire ‘c’est moi qui l’ai fait’ vous aurez également à exercer votre côté créatif. 

Le coloriage créatif 

Le coloriage pour adulte a eu le vent en poupe, il y a quelques années et bien vous savez quoi c’était non seulement très agréable, mais avoir des dessins à colorier permettait de retrouver son âme d’enfant. Harmoniser les couleurs, réfléchir en amont aux couleurs que vous allez employer aide à libérer son imagination. 

Le jardinage 

Oui, je sais c’est un peu étrange de voir le jardinage parmi les activités créatives pourtant lorsque vous prenez le temps de penser à votre jardin, aux plantes que vous allez acheter, à la manière dont vous allez agencer votre espace, c’est de la création. 

Le scrapbooking / la décoration de support 

Le fait d’avoir des supports à décorer, que ce soit des cartes de voeux, des bouteilles de lait, des boites de conserves, demande de la concentration, de la réflexion et de la minutie. Tout ce qui est nécessaire pour écrire. De plus, si vous ajoutez des contraintes, comme le fait d’utiliser un support particulier, une couleur, un thème, cela renforce le côté créatif tout simplement parce que créer c’est parfois se mettre des contraintes et apprendre à faire des prouesses avec des moyens limités voires imposés. 

Inventer des jeux 

Surtout avec des enfants. Dès que l’on joue, on se détend, on oublie les autres et l’on se jete dans l’enfance et cela aide à ne plus penser comme un adulte, à ne plus voir le monde avec un regard un peu morose. 

La danse 

Danser est un moyen d’être en harmonie avec ses émotions, mais également d’appréhender le rythme, non plus avec la tête mais avec tout le corps. on apprend à ressentir la musique et les émotions qui s’en dégagent pour s’exprimer. Et puis ne parle-t-on pas de phrases en musique et en danse ? Ce n’est peut-être pas pour rien. 

Tenir un Bullet Journal 

Hey oui, voilà qui nous aide bien à développer notre côté créatif pour peu que l’on ne fasse pas que dans le minimalisme. Même coller des étiquettes c’est de l’art ( à petite échelle mais quand même ): l’art d’agencer des décorations, l’art de faire du beau, même si ce n’est beau que pour nos propres yeux.

Il ne s’agit clairement pas d’une liste exhaustive mais d’idées. Dès que vous utilisez votre hémisphère droit, vous libérez votre créativité et votre imagination. Pour aider à cela vous pouvez méditer, utiliser des pierres de lithotérapie ou instaurer un rituel bien à vous. 

Ce que je désire vous dire aussi c’est : essayez ! Je sais que tout le monde n’est pas fait pour tricoter, coudre, peindre, faire un bullet journal ou autre, pourtant je crois que tout le monde gagnerait à essayer…même une fois, même juste pour voir. Quoi que vous fassiez faites le sans jugement. Ne vous jugez pas, le but reste de vous amuser, de passer un bon moment et de vous ouvrir. Après tout, si votre héros est couturier et que vous n’avez jamais tenu une aiguille de votre vie, il est certainement difficile de décrire la sensation éprouvé. Bien entendu, le but n’est pas forcèment de faire dans le roman naturaliste mais s’ouvrir à d’autres formes de création est toujours bénéfique. 

Je vous souhaite une excellente journée, 

Ponine 

Jeux d’écriture suite

Dans le précédent article, j’évoquais avec vous quelques petits jeux d’écriture que l’on peut mettre en place pour booster sa créativité. Je vais vous montrer qu’il existe encore d’autres petits jeux qui aident à devenir plus créatif, au moins à exercer son oeil et sa plume. 

Le premier jeu dont j’aimerais vous parler aujourd’hui est le jeu de la photographie

Ce petit jeu consiste à inventer une histoire à partir d’une image. Vous pouvez trouver une image que ce soit sur internet ou dans un livre. Vous pouvez également demander à une tierce personne d’en selectionner une pour vous. A partir de cette image vous devrez écrire un texte court. Pourquoi court ? Parce que c’est plus facile de jouer avec de petits textes qu’avec des textes longs. 

L’Oulipo : 

Ce jeu consiste à prendre un texte court et à changer certains mots. Comment ? Tout simplement en choisissant à l’avance. Imaginons que vous décidez de réécrire le poème de José Maria de Heredia, les Conquérants. Si vous vouliez retranscrire ce poème, il suffirait de prendre le modèle écrit et de choisir un nombre au hasard, mettons 10. admettons à présent que vous décidez de changer tous les noms. Il suffirait alors de vous munir d’un dictionnaire et de changer tous les noms du poème en prenant le dixième nom suivant dans le dictionnaire.

Le cadavre exquis:

Alors ce jeu je l’ai pratiqué durant 3 ans au lycée durant les cours de français et de littérature. Il s’agit de mon jeu favori. Certains utilisent la méthode du un mot, nous nous jouons à écrire une phrase et à laisser un mot visible puis nous laissions que ce mot lisible et nous passions la feuille au voisin. Pour ce jeu, il faut être plusieurs. Il stimule la créativité et je peux vous dire que parfois nous avions des récits tout à fait exquis et désopilant, au point qu’il était presque impossible de ne pas éclater de rire. 

Le Tautogramme : 

Un jeu fort amusant qui oblige à ce que tous les mots du texte commencent par la même lettre. Vous pouvez aussi décider que seuls les noms ou les verbes commenceront par la même lettres. Vous pouvez également vous servir d’un texte de base et le modifier ainsi, en changeant tous les noms en les faisant commencer par une même lettre. 

Le pangramme : 

Ce jeu consiste à écrit un court texte en se servant au moins une fois de toutes les lettres de l’alphabet. Et oui, j’ai bien dis toutes les lettres, même celles dont on ne se sert pas souvent. Le but reste que le texte garde du sens. 

 

Voilà pour ce qui est des petits exercices littéraires que l’on peut tester pour développer son vocabulaire et sa créativité. Sincèrement, je recommande le cadavre exquis. C’est génial de voir ce que l’on peut imaginer en partant d’un mot. Si vous connaissez d’autres petits jeux littéraire n’hésitez pas à faire partager vos trouvailles ^^. 

On se retrouve lundi pour un autre article sur la créativité ou je vous parlerai cette fois de la créativité dans un sens plus large. En attendant, je vous souhaite une bonne journée. 

 

Ponine

Petits jeux d’écriture

Bonjour tout le monde, 

Jusqu’alors je vous avez parlé de l’atelier de créativité à partir d’aujourd’hui nous allons aborder une autre notion, que je n’ai jamais abordé sur le blog : les jeux d’écriture. 

Je ne suis pas une adepte des jeux d’écriture, cela me rappelle l’école, seulement on ne peut pas aborder la question de créativité sans parler de jeux d’écriture. 

Les jeux d’écriture sont un excellent moyen de vous faire progresser tout en s’amuser et de stimuler votre créativité.  Ils peuvent également vous permettre de développer votre vocabulaire, jouer avec les mots et vous amuser.

Commençons tout de suite : 

Le premier exercice que je voudrais vous présenter est un exercice que je faisais souvent en classe avec mes élèves. Il s’appelle le jeu du LOGORALLYE. Un terme un peu effrayant mais qui peut très vite devenir amusant. Il s’agit d’écrire un texte avec un certains de nombres de contraintes. 

Ce défi consiste à inclure des mots imposés dans votre texte. Bien entendu, il s’agit d’écrire un texte court. Comment faire alors ? Tout simplement choisir certains mots que vous serez obligé d’inclure dans votre texte. Je pense que cinq mots est déjà un bon début. Il s’agit donc d’écrire un récit de quelques lignes, qui ait du sens avec des mots imposés qui peuvent n’avoir aucun liens entre eux. Si vous souhaitez ajouter une contrainte supplémentaire vous pouvez vous obliger à remettre les mots dans votre texte dans l’ordre où vous les avez trouvé. 

Comment choisir ces mots ? Au hasard, en ouvrant le dictionnaire et en les tirant au sort. En zappant à la télévision et en prenant un mot ça et là, pareil mais dans un livre, en demandant à quelqu’un de votre entourage. Ne cherchez pas nécessairement à ce que vos premiers logorallye aient du style ou qu’ils puissent être publiables. L’important n’est pas d’avoir un texte parfait du premier coup, mais de vous amuser. 

Le champion de cet exercice était Raymond Queneau.

Le second jeu que je voudrais vous présenter est celui de « LA SUITE« 

Ceux qui participent à des concours d’écriture doivent en avoir déjà entendu parler, certainement sous un autre nom. Il s’agit simplement d’imaginer la suite d’une histoire à partir d’une phrase d’accroche. 

Ce jeu affiche une contrainte de taille, respecter le début d’un texte imposé et imaginer une suite qui soit cohérente. Mieux vaut se donner un certains nombres de contraintes pour faire cet exercice, comme décider du temps que l’on va y consacrer, du nombre de mots que vous souhaitez rédiger pour votre histoire, du thème de l’histoire ou du genre littéraire. 

Pour ma part, je pense que passer plus de vingt minutes sur ce type d’exercice soit utile. Mieux faut se créer des petites histoires souvent plutôt qu’une longue. Pour commencer, vous pouvez prendre la première ligne d’un roman au hasard. C’est mieux si vous ne connaissez pas l’histoire d’avance car vous ne serez pas tenté d’écrire la même chose. 

Le troisième petit exercice que vous pouvez réaliser s’appelle le LIPOGRAMME, j’aimais bien le faire avec des élèves de CM parce que c’est un exercice qui demande d’avoir un peu de réflexion, de vocabulaire et d’idée. 

Mais en quoi consiste le Lipogramme me direz-vous ? Tout simplement a écrire un texte en lui retirant une lettre. Vous pouvez soit décidé de rendre un texte qui est déjà connu, comme utiliser une poésie ou un passage d’un article de presse. Ou vous pouvez choisir d’inventer votre propre histoire.

Par exemple, vous pouvez décider de réécrire les Conquérants de José Maria de Heredia en retirant tous les A ou tous les E ou tous les O, ce qui rendra l’histoire plus originale et vous obligera a faire preuve de créativité. 

L’exercice suivant je le nomme « TRANSMUTATION » 

Ne vous laissez pas effrayer par le mot, il s’agit au contraire d’un exercice fort simple. Vous prenez un texte que vous connaissez bien, ou moins bien, disons un texte court et le travail sera alors de changer quelque chose ! Mais quoi ? 

Cela peut -être : 

-Le temps des verbes. Le texte est au passé, alors écrivez-le au présent. 

-Le genre : dans le texte le narrateur est un homme, seul, vous pouvez décider qu’à présent il s’agira d’un groupe de femmes. 

-La forme des phrases : votre texte était positif, mettez le au négatif. 

-Le genre : il s’agissait d’un roman d’amour transformez-le en roman d’épouvante.

Il s’agit là plutôt d’un exercice qui travail le style et la grammaire qu’un exercice de créativité à proprement parlé, mais c’est un exercice intéressant tout de même, surtout lorsque l’on s’amuse à changer le genre du récit d’origine. 

Le dernier petit exercice que je voulais vous présenter aujourd’hui est celui de l’ASSONANCE

Ce n’est pas mon favori mais il peut être utile. L’assonance est la répétition d’un même son. Le jeu consiste donc à employer le même son le plus souvent possible, ce qui oblige à trouver des mots correspondant et ayant le même sens que le mot original si vous vous basez sur un texte. 

Si vous décidez de jouer avec le son « o » vous devrez donc l’employer le plus régulièrement possible. Si vous choisissez « en » il s’agira de la même chose. 

A quoi cela sert-il d’avoir des contraintes ? 

Vous me direz qu’écrire est déjà bien compliqué si en plus on doit avoir de telles contraintes dans ses histoires cela n’est plus amusant. Bien entendu, écrire tout un roman avec sans jamais employer la lettre « a » deviendra très rapidement compliqué. De même qu’écrire tout un roman avec une assonance en « i » présentera rapidement une tâche difficile mais lorsqu’il s’agit de petits exercices réguliers vous pouvez y trouver du plaisir et avoir besoin de fouiller dans le dictionnaire à la recherche de nouveaux mots pour vous aider. Il n’est pas obligatoire de faire ce genre d’exercices. Je ne vais même pas vous dire que je vous conseille de pratiquer, je ne le fais pas moi-même, mais il n’est pas interdit d’essayer. Je crois d’ailleurs que c’est une excellente manière de continuer à écrire même lorsque l’on n’a pas de projets en route ou que l’on veut se libérer la tête quand notre projet du moment devient trop prenant. 

 

Pratiquez-vous ce type d’exercices ?

On se retrouve samedi, pour de nouveaux petits exercices d’écriture. En attendant, vous pouvez me laisser un commentaire ou me joindre sur Instagram.

 

A bientôt,

Ponine 

 

Achever son atelier de créativité

Voilà depuis le début du mois de septembre, je vous parle d’atelier de pré-créativité ou de créativité. D’exercices pour trouver des idées de romans ou de personnages. Mais comment achever cet atelier ? Cela peut-être utile surtout si vous avez travaillé en groupe et que vous vous étiez donné un temps précis (par exemple deux heures) pour trouver un maximum d’idée. 

Pour achever son atelier, rien de plus simple. Il suffit de prendre toutes les idées que l’on a noté au cours de la séance. Vous reprenez également votre liste d’objectifs. Et il ne reste plus qu’à faire le tri, de relire les idées et de voir celles qui fonctionnent le mieux pour votre objectif et celles que vous préférez. Bien entendu, il ne suffit pas de prendre une idée parmi tant d’autres pour écrire un roman mais cela peut-être très utile de combiner plusieurs idées. 

N’oubliez pas cette phase de travail n’est qu’un brainstorming. Vous pourrez toujours revoir votre travail et vos idées au fil du temps, rien n’est figé dans la roche. Seulement, puisqu’il faut bien commencer quelque part, l’atelier créativité à cela de sympathique que vous pouvez vous y mettre sans risque. Avec un peu d’entraînement, vous libérerez votre côté créatif et il ne vous restera plus qu’à choisir parmi une liste d’idées celles que vous avez envie de développer. 

Bien entendu, vous pouvez faire votre brainstorming sans raison particulière, simplement pour vous amuser et passer le temps ou seulement pour travailler votre créativité. 

A la fin de l’atelier, tout ce qu’il suffit de faire, c’est donc de choisir les idées qui peuvent être majeures, celles qui vous paraissent les plus intéressantes à développer ou celles pour lesquelles vous avez le plus d’enthousiasme. 

Commencez par classer les idées qui se ressemblent ou se recoupent. Ce premier classement vous permettra de vous rendre compte des idées que vous avez eu. Surtout si vous avez travaillé en groupe. 

Dans un second temps, il serait bien de choisir quelques unes des idées qui vous paraissent réellement motivation, entre 3 à 5 idées que vous pourriez avoir envie de creuser davantage ou même une seule, si celle-ci vous semble être la « bonne ». Ce que vous pouvez faire après avoir choisi vos idées serait de les dessiner ou de faire un mini storyboard pour visualiser encore mieux le résultat. 

Si vous avez travaillé en groupe, c’est le moment de remercier vos amis et votre famille pour ce temps passé en votre compagnie, si vous avez travaillé seul, c’est peut-être le moment pour aller faire une balade, manger un morceau, boire une boisson chaude et reprendre le cours de votre vie. 

N’oubliez pas que quoi qu’il arrive, vous pouvez garder les idées que vous avez eu. Il est important, surtout si vous avez travaillé avec d’autres, de garder les idées durant quelques temps. D’une part, parce qu’il s’agit de respecter votre travail et celui des autres, d’autre part, parce que vous pourriez être surpris de constater qu’il y avait d’autres pépites dans ces idées. 

Voilà nous achevons les articles sur l’atelier de créativité, j’espère que cela vous aura aidé. J’ai conscience que cet article était plutôt court, mais il y a peu de choses à dire sur ce thème. Après tout, c’est à vous de voir quel classement vous allez pouvoir faire de vos idées, encore à vous de choisir les idées que vous voulez développer, et je ne peux pas vous dire que telles idées seront meilleures que telles autres.

Puisque le mois n’est pas fini et que j’avais promis quelques petits exercices, on se retrouve mercredi pour un nouvel article. Dans tous les cas n’oubliez pas que vous pouvez me laisser des commentaires et que si le cœur vous en dit vous pouvez venir jeter un œil sur mon profil Instagram.