Envoyer son manuscrit à un éditeur : la biographie de l’auteur

Lorsque l’on souhaite présenter son roman à un éditeur il y a certaines étapes incontournables. L’une d’entre elle est la biographie de l’auteur. Toutes les maisons d’éditions ne la demande pas mais vous gagnerez à en faire une. Tout d’abord, parce que c’est un excellent exercice, ensuite parce que vous serez peut-être amené à le faire en d’autres circonstances encore plus « capitales » : si on vous demande de rédiger votre biographie pour la quatrième de couverture de votre roman, si vous rencontrez des journalistes, si vous faites des événements et si vous discutez avec vos lecteurs.

Il y a des choses que l’on ne veut pas confesser dans sa biographie, des choses que l’on souhaitera garder intime, c’est normale, alors prenez le temps de bien réfléchir à ce que vous êtes prêt à dévoiler de vous dès le début de l’aventure.

Bien sûr, ici, il ne s’agit pas de faire une biographie complète de votre vie. Tout le monde s’en moque que vous ayez appris à marcher à 9 mois et dix jours, que vous saviez construire des phrases complètes à 14 mois et que vous ayez été propre à 13 mois jour et nuit et qu’enfant vous tentiez de négocier sévère avec le père Noël durant une bonne dizaine de minutes dans un long monologue bien construit (comment ça je suis la seule ?). Vous l’avez compris, ici on fait court, on fait efficace et on fait utile.

Et c’est ça le plus difficile. Que mettre pour captiver un éditeur ? Certes si vous biographie est intéressante et que votre livre ne l’est pas, il y a peu de chance que vous receviez un courrier positif, en revanche, si votre livre est pas mal et que votre biographie est intéressante il se peut que cela joue en votre faveur.

Il faut en quelques lignes capter l’attention de l’éditeur. Peut-être quand il ne se souviendra plus de votre nom il pourra se dire « mais si le livre de la fille ou du gars qui sait peindre avec ses pieds » (ok cet exemple est totalement fictif mais vous voyez ce que je veux dire). En réalité, c’est un exercice périlleux, tout comme la lettre de motivation pour obtenir un entretien d’embauche.

Cas particulier :

Parfois, vous n’aurez pas à faire deux lettres différentes mais une seule. Donc vous devrez être encore plus bref que dans le cadre d’une biographie et insérer vos informations personnelles de manière encore plus ponctuelles. Mais je vous parlerai de la lettre d’accompagnement dans un prochain article donc un peu de patience.

Récemment, j’ai envoyé Bloomsbury : balade à Hyde Park à plusieurs éditeurs. J’ai pu me rendre compte que sur certains formulaires, il y avait une partie biographie, souvent elle n’est pas obligatoire. Avouez que c’est tout de même un petit plus. Lorsqu’il n’y a pas de formulaire et que vous envoyez par la mail ou la Poste, vous pouvez choisir de ne pas mettre de biographie, sauf si c’est demandé, et vous contentez de votre lettre de présentation.

Combien de mots/ signes espaces comprises ?

Alors ça dépend. Bien évidement, il ne s’agit pas de rédiger son autobiographie en dix volumes, mais d’aller à l’essentiel. J’ai vu sur les formulaires que les biographies tournées autour de 1700 à 5000 signes. Pour vous donner une idée c’est entre 250/300 mots jusque 750/800 mots, environ.

Que mettre dans cette biographie :

Alors le but c’est de « prouver » à l’éditeur qu’il peut vous faire confiance en tant qu’auteur. On va le dire tout de suite, une Grosse Maison préférera que vous ayez déjà publié, que vous ayez un réseau. Oui, je sais c’est cruel ( vous pouvez aller jeter un oeil sur cette interview, elle date de 2017 mais je crois qu’elle est encore parfaitement d’actualité dans l’idée). Donc si vous avez déjà publié c’est le moment de le dire (sauf si dans le formulaire d’envoi vous avez un espace pour les publications auxquels cas on évite les redites), si vous avez un blog mettez-le, c’est d’autant mieux si vous avez déjà une communauté, si vous avez 10 000 ou 100 000 abonnés sur Instagram c’est pareil (déjà une grosse communauté quoi). Bref, brossez l’éditeur dans le sens du poils et montrez que vous êtes une personne sérieuse et impliquée dans l’écriture. Ce n’est pas un drame si vous n’avez jamais publié, il faut bien commencer.

Dans tous les cas, ne vous étalez pas, faite bref, simple, rapide efficace. Imaginez que vous deviez vous présenter à un inconnu pour retenir son attention, ni plus ni moins. Surtout ne vous attardez pas sur vos problèmes personnels, sauf si c’est le thème du roman ou si cela peu vous servir. Si vous êtes un baroudeur dans l’âme et que vous avez visité tous les pays du monde et que votre héros aussi, peut-être que ça peut-être utile de l’indiquer, peut-être pas. En réalité, il n’y a pas de « bonne » biographie au sens strict en tout cas viser plutôt les 300 mots que les 800.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s