Ces auteurs qui écrivent 3 ou 4 romans par an, ou la vie de full time author

Si vous suivez quelques auteurs sur YouTube, notamment des auteurs américains autoédités, vous vous rendrez compte qu’ils publient plusieurs romans par an, parfois chaque année. Je me suis posée la question : Comment font-ils ?

Alors je dois avouer tout de suite que je n’ai pas lu les livres de ces youtubeurs et youtubeuses que je suis pour de multiples raisons, je sais donc pas ce que valent ces histoires.

Je me suis demandée comment ils et elles réussissaient à publier autant de romans. Après tout c’est étrange quand on pense qu’il faut du temps pour écrire un roman, le corriger mais également pour préparation la mise en page et les diverses étapes avant la publication. Tout cela demande du temps de la préparation et du travail, alors un roman par an c’est bien déjà, penser publier 2 à 5 romans devient presque irréel.

La réponse à ce Comment font-ils va vous paraître assez simple : la majorité sont des FULL TIME AUTHOR : c’est à dire qu’ils écrivent à plein temps, soit parce qu’ils ont déjà publiés de nombreux livres et qu’ils peuvent vivre de l’écriture, soit parce qu’ils parviennent à vivre de l’écriture en ayant un conjoint qui ont un travail à côté ou en vivant grâce à des cagnottes en ligne telle que Patreon.

La grande question reste : comment font-ils pour écrire autant de romans ?

Nous sommes d’accord lorsque l’on a un travail à côté de l’écriture on peut avoir plus de difficultés à écrire que lorsqu’écrire est notre travail. (Je dis plus de difficultés parce que l’on peut être écrivain et ne pas avoir le temps d’écrire ses propres textes : si on est écrivain publique, traducteur, scénariste, blogger ou journaliste…) Seulement est-ce qu’être full time author permet d’écrire autant de romans « facilement » ?

Je ne sais pas si vous avez jamais essayé de consacrer une journée ou une semaine à l’écriture en tant que travail mais si vous le faites vous vous rendez compte que vous ne parviendrez pas à écrire autant que vous l’imaginez. Lorsque l’on travaille à la maison, on pense rarement 12 heures par jour à travailler sans pause en étant 100% productif. On ne passe pas non plus 12h à ne rien faire, mais c’est comme lorsque l’on travaille pour un patron, l’attention varie et fluctue au cours de la journée et de la semaine.

De plus, si vous vous consacrez uniquement à l’écriture vous verrez qu’écrire n’est pas l’exclusive tâche d’un écrivain. En effet, écrire c’est une partie du travail et quand je dis écrire, je parle aussi de planifier son roman et de le corriger. Le reste consiste à : faire de la promotion de son roman, échanger avec les lecteurs, prospecter pour des séances de dédicaces ou des salons ou des événements, préparer des conférences ou des événements, faire imprimer des flyers ou des marques pages et gérer ce stock, distribuer les flyers, faire de la promotion au sens large, s’entretenir avec son éditeur et gérer les corrections « imposées », relire les BAT, chercher des éditeurs, gérer les contrats, pour les auto-édités il s’agit de mettre en vente son roman, de trouver les couvertures, de faire imprimer les livres, de trouver un imprimeur et tant d’autres choses dont je n’ai aucune idée parce que j’ai la chance d’avoir un éditeur. Il faut aussi gérer ses réseaux sociaux, son blog, son site internet, bien sûr si on a tout ça. Il faut se former sur l’écriture : en lisant, en étudiant des livres de références, des conférences, en allant à des tables rondes, des masterclass et tant d’autres choses encore. Défendre ses droits en tant qu’auteur. Gérer la partie administratif : comme l’URSSAF, la CAF, les impôts, faire ses comptes, se battre le cas échéant pour obtenir ses allocations de toutes sortes si on doit en bénéficier ou même la sécurité sociale (je vous conseille d’aller faire un tour sur le profil Instagram de la Ligue des Auteurs Pro)

Qui a dit qu’écrivain ce n’était pas un métier ?!!

Du coup, on se rend compte qu’écrire c’est un peu plus que de rester devant son ordinateur à attendre l’inspiration. Mais alors comment faire pour écrire plus d’un roman par an parce que clairement on n’a toujours pas la réponse à notre question. Bien entendu, vous allez me dire : Tu as parlé d’auteurs « américains », ils n’ont pas forcément la même gestion administrative à réaliser. J’ignore comment cela fonctionne dans le monde anglosaxon (ou international) mais je pense qu’il y a peu de chance pour que les auteurs du monde entier n’ait pas d’impôts à payer ou de comptes à faire, car pour la partie créative je pense que c’est à peu près la même chose qu’ici. Donc comment faire pour écrire plusieurs romans – si on est un full time author cela va s’en dire.

La réponse va vous choquer : Il faut être organisé !

Alors je vous entends déjà pousser les hauts cris. Vous pensez déjà être ultra organisé et ne pas avoir besoin que vous le répète parce que merci bien mais ce n’est pas un conseil. Vous avez raison, c’est même un ordre. Je plaisante. Alors comment s’organiser ? Parce que c’est bien joli tout ça mais si on ne fait pas attention on passe beaucoup de temps à ne rien faire d’important et non à faire ce qui est capital pour notre avenir en tant qu’auteur.

Tout d’abord, il faut savoir combien d’heures vous souhaitez passer par semaine ou par mois sur l’écriture. Quand je dis écriture, je parle de tout ce qui concerne l’écriture au sens le plus large qu’y soit, la communication en fait partie. Admettons que vous décidiez d’écrire 35 heures par semaine ( temps de travail d’un français à temps plein) soit 152 h par mois (j’ai viré la virgule pour arrondir au supérieur) ou encore 1607 heures par an. Je pense qu’il faut être raisonnable et ne pas tabler sur 70h de travail par semaine afin de conserver un équilibre entre la famille, les loisirs et le travail. Bien entendu, cela c’est si vous êtes full time author, si vous ne l’êtes pas RIEN ne vous empêche d’adapter cela à votre situation.

Beaucoup des auteurs que je suis sur YouTube disent qu’ils surévaluent le temps qu’ils passent à écrire. Kate Cavanaugh en a d’ailleurs fait une vidéo : c’est par ici. Admettons que vous décidiez de prendre 8 heures par jour pour votre full time job d’auteur. Comment allez-vous répartir ces 8 heures ? Certainement que vous allez passer du temps en communication, en corrections, à l’écriture, la gestion administrative et le travail d’édition ou avec l’éditeur. Si vous avez un blog est-ce que vous allez compter le temps de rédaction de vos articles comme étant du travail d’auteur ou comme un loisir? Car cela compte. Sachez exactement ce que vous souhaitez inclure dans votre TRAVAIL. Un peu comme si vous aviez une fiche de poste à remplir avant de signer un contrat de travail.

La technique du 80-20 ou le principe de Pareto : environ 80% des effets sont produits par 20% de nos actions. Tout dépend donc des résultats que vous souhaitez obtenir mais gardez en tête cette règle et je vous encourage vivement à vous documenter sur le sujet. La matrice d’Eisenhower est également un concept qu’il faut étudier lorsque l’on souhaite mieux s’organiser.

Ces deux théories de gestion de temps ne permettent pas à elles seules d’écrire plus de romans ce qu’elles permettent c’est surtout de gérer les tâches quotidiennes et de « dégager » du temps pour écrire. Pour ce qui est de la communication et des réseaux sociaux sachez qu’en communication/marketing il existe une règle qui précise qu’il faut dépenser entre 2 et 10% de son budget. C’est à dire que vous ne devez pas dépenser plus de 10% de votre temps et de votre argent à gérer la communication de votre « Marque », ici la marque c’est vous et vos œuvres la marque ! Désolée pour ceux qui pense qu’il faut 25 publications par jour pour vendre ses livres mais c’est contre-productif. Croyez-moi les industriels savent bien mieux que vous ce qui fonctionne en matière de communication, ils pratiquent depuis des décennies et s’ils en sont venus à ce principe c’est parce qu’il est rentable ! Si vous avez choisi de travailler 35 h par semaine à votre métier d ‘écrivain cela signifie que par semaine vous devez passer entre 1h10 à 3h30 sur la communication.

Donc une fois que vous avez défini le temps que vous allez consacrer à votre travail, établi la liste des choses à faire et combien de temps vous envisagez de consacrer à chacune de ses activités. Vous allez vite vous rendre compte qu’écrire constitue une infime partie de l’iceberg. Vous pourrez alors être tenté de grignoter sur vos loisirs. Alors si je suis la première à dire qu’en cas de challenge ou de montagne de travail conséquentes, il faut en effet grignoter sur les loisirs, on ne peut guère faire cela 365 jours par an en gardant une vie équilibrée.

Si vous ne faites que travailler, que vous renoncez à toute vie sociale, au sommeil, aux loisirs et même à l’activité physique, ce mode de vie risque de jouer sur votre santé et votre productivité. Alors oui cela sonne très développement personnel mais c’est un fait. Et pourtant je suis la première à piquer des crises lorsque je n’atteins pas mes objectifs quotidiens et que je suis prête à renoncer à tout pour écrire parce que « il faut réussir à atteindre ses objectifs ! ».

Donc comment faire si on souhaite respecter la règle des 8 heures de sommeil, 8 heures de loisirs et 8 heures de travail tout en parvenant à écrire plus d’un roman par an ?

Tout d’abord écrire des romans qui ne ressemblent pas à des pavés de 1000 pages. Soyons honnêtes deux minutes, un auteur qui rédige des pavés de 1000 pages ne va guère pouvoir écrire 3 ou 4 volumes dans l’année en corrigeant le tout et en le rendant publiable. En revanche, quelqu’un qui va écrire des romans de 250 pages va plus facilement pouvoir écrire 3 ou 4 romans dans l’année. C’est un calcul simple : plus vos romans vont êtes volumineux moins vous en écrirez. Ce qui signifie pas qu’il ne faut pas écrire de gros romans ou que les petits romans sont meilleurs, cela n’a rien à voir avec la qualité littéraire, c’est juste une question de production.

Concrètement que faire ? Gérer son temps, enlever la distraction de son temps de travail, en utilisant la méthode Pomodoro par exemple (petit article sur la méthode ici ou ), utiliser un tracker d’écriture. L’application que j’utilise n’existe plus malheureusement, mais vous pouvez la remplacer par la bonne vieille méthode du carnet et prendre des notes sur le nombre de mots que vous écrivez par session d’écriture et vous servir de la technique des sprints d’écriture. En guise de tracker vous pouvez également utiliser l’un des documents Excel de la talentueuse Svenja Gosen. Ou encore l’un des planners de Sara Cannon ( boutique etsy HeartBreathing). Pour ceux qui ne connaissent pas Sara Cannon, il s’agit d’une autrice, authortubeuse, qui a conçu des plannings exprès pour les écrivains. C’est une adepte des planners donc je trouve que sa version des planners est intéressante. Bien sûr, on peut très bien ne pas en acheter un mais s’inspirer de ses pages pour en faire un Bullet Journal d’écriture.

Utiliser la méditation pour se concentrer avant une séance d’écrire peut également être une excellente manière de se concentrer et d’entrer dans le travail sans trop de perte de temps. Nous avons tous des soucis (grands ou petits) il est important de savoir les laisser à la porte lorsque l’on va au travail, si l’on considère l’écriture comme tel il faut également faire de même. Vous pouvez également avoir une routine comme allumer une bougie, porter une pièce de vêtements particulière ou mettre une nappe sur votre table. Quelque chose qui vous coupe de votre quotidien. Ce qui est d’autant plus vrai si vous travailler à la maison.

Avoir un espace dédié à l’écriture. C’est important d’autant plus si vous en faite votre métier – et même si ce n’est pas le cas. Les auto-entrepreneurs le savent pour travailler dans de bonnes conditions d’autant plus si on est à la maison, il faut un espace consacré à son travail. Beaucoup diront que l’on peut écrire à l’extérieur, je ne dirais pas que c’est une mauvaise idée, mais je crois que l’on ne peut pas faire tout son travail depuis la terrasse d’un café par exemple. Donc même si vous décidez d’écrire à la terrasse d’un café, à la médiathèque, dans un train ou que sais-je encore, prévoyez une zone chez vous : déjà pour stocker vos documents relatifs à votre métier d’auteur. Ces documents peuvent être administratifs, promotionnel mais également vos écrits. Vous pouvez avoir besoin de stocker vos romans aussi ou vos objets promotionnels (flyers, banderoles, etc). Ensuite, vous pourriez avoir besoin d’un espace pour écrire ou pour étudier des livres qui vont vous aidez à vous former, c’est pourquoi avoir un endroit dédié est nécessaire. Même si c’est votre table de cuisine. Petit conseil, ne travaillez pas sur votre canapé ou votre lit, ce n’est pas une bonne idée. Même si je le fais, comme tout le monde, essayer de passer le plus clair de votre temps assis à un « bureau » pour ne pas avoir tendance à vous reposer. Le lit ou le canapé dans l’esprit de la majorité des gens c’est le lieu où l’on se repose, cela tue la productivité.

Pour terminer cet article, je peux vous conseiller quelques livres sur la productivité et la gestion de temps :

Avaler le crapaud, de Brian Tracy

Les 7 habitudes de ceux qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent, Stephen corvey

Priorité aux Priorités, Stephen Corvey

Le Principe 80/20, Richard Koch

Domptes votre emploi du temps, Slavica Bogdanov

Dans le prochain article, je détaille le temps qu’il faut pour écrire un roman, alors n’hésitez pas à vous abonner pour ne manquer aucun des conseils de Ponine.

crédit image: Andrian Valeanu de Pixabay

2 réflexions sur “Ces auteurs qui écrivent 3 ou 4 romans par an, ou la vie de full time author

  1. L'Astre dit :

    Et que dire d’autrices comme Jupiter Phaéton qui publient 12 voire 16 romans par an !
    Je n’ai pas non plus lu les romans de ces auteurs et je ne peux pas me prononcer sur la qualité. Bien sûr, le fait d’être auteur à plein temps me paraît indispensable pour arriver à de tels résultats.
    Ensuite, je pense que ça ne s’adresse pas à tous les types d’auteurs car, même en écrivant vite, ce rythme laisse forcément peu de place à la planification et à la correction. Il faut donc être un auteur extrêmement efficace, capable de concevoir le plan d’un roman en quelques jours et d’écrire un premier jet quasi parfait, nécessitant peu de corrections autres que dans la forme.
    L’impression que j’ai, c’est que les auteurs concernés utilisent des structures d’histoires et/ou des thèmes relativement similaires, qui peuvent être réutilisés d’un roman à l’autre. ça ne veut pas dire que c’est mieux ou moins bien, juste que le processus est un peu industrialisé. ça n’est d’ailleurs pas forcément fait consciemment (avec le recul, je me rends compte que mes propres histoires se ressemblent entre elles alors que ce n’était pas du tout prévu). Je pense par exemple à l’autrice Nathasha Lester qui publie un roman par an avec une régularité de métronome, mais en explorant un peu toujours les mêmes univers : la 2nde Guerre Mondiale, une histoire d’amour, un secret de famille, le monde de la mode…

    Aimé par 2 personnes

    • Les conseils de Ponine dit :

      Oui, beaucoup d’auteurs utilisent des structures pré-établies. Ce n’est ni bien, ni mal, en réalité je pense que cela dépend des auteurs, des intrigues ou des romans. C’est vrai que c’est difficile de changer de structure lorsque l’on a l’habitude mais parfois ça fait du bien, pour soi mais aussi pour les lecteurs.
      Le rythme d’écriture joue énormément dans ce type de challenge. Après je pense que ça peut être jouable dans le cas d’une saga, si on planifie vraiment tout en amont et qu’ensuite on se concentre vraiment sur l’écriture. Ou alors, il faut écrire des romans assez « faciles » dans la structure. Il faut tout de même avoir un certain rythme d’écriture pour tenir la cadence.
      En revanche, je crois que c’est une très bonne manière de faire parler de soi. Quand on veut vivre de l’écriture cela permet d’avoir plus de livres à vendre. Le tout c’est d’avoir des romans de qualités, ce qui n’est pas le plus aisé que l’on prenne son temps ou non. ^^

      Aimé par 2 personnes

Répondre à Les conseils de Ponine Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s