Quand les bruits de la campagne dérangent

Récemment, je regardais le JT de Jean-Pierre Pernaut et j’en suis restée Ba.Ba.

Ceux qui me suivent sur Instagram savent que je vis à la campagne alors quand j’ai entendu parlé – encore une fois – de ce maire d’un petit village voulait que les bruits de la campagne soient classer au patrimoine national, j’ai trouvé l’idée géniale.

Pourquoi c’est génial ? Tout simplement parce que vivant à la campagne depuis toujours, j’ai eu l’occasion d’en voir aller et venir des citadins, « les étrangers d’che’ville » comme on dit chez nous. Sans généraliser sur les gens qui viennent s’installer à la campagne avoulons-le la réalité n’est pas souvent très éloignées du stéréotype. Quand un gamin « parisien » s’étonne que les moutons en bas de chez toi sont blancs et qu’il te dit qu’ils n’ont pas de couleur et que tu lui réponds que si ; y a les moutons noirs et les blancs, et qu’il insiste en affirmant que ceux en bas ne sont que pour faire des pulls blancs, tu te rends compte qu’il croit qu’il y a des moutons de chaque couleur en fonction de la couleur du pull que tu souhaites, parce que oui, c’est bien connu si on veut un pull rouge à point jaune, on trouve dans la nature des moutons à laine rouge à point jaune !

On a eu aussi l’occasion de faire découvrir à des citadins que oui les églises ont des cloches et que les cloches sonnent, après tout c’est le but non ? Oui, les poules donnent des œufs, ça ne poussent pas dans les arbres les œufs. Fatalement, pour qu’il y ait des poussins, il faut…Des coqs, ce truc méga bruyant qui chante durant la journée et le matin. Oui, les agriculteurs travaillent parfois le dimanche et la nuit, il faut bien manger. Et oui, aussi, les mobylettes ça fait du bruit, mais dans des petits villages la mobylette c’est comme le café, la boulangère qui klaxonne et les vaches ça fait parti du décor.

Je ne suis pas écolo, je ne défends pas la protection de la nature, de l’environnement ou autre mais parfois, je trouve qu’il faut faire preuve d’un peu de bon sens. En campagne, il y a des bruits de campagne : des églises, des mobylettes, des enfants qui courent, des animaux qui font du bruit, des agriculteurs qui travaillent. Pour aller de manière assez régulière à Paris, je peux vous dire que le bruits des voitures, des vélos, des gens, du métro c’est juste un truc qui m’est insupportable. Mon cerveau devient fou quand je suis à Paris, c’est trop de bruit tout le temps. J’ai d’ailleurs habité durant 7 ans en ville à côté d’un hôpital : hélico, course poursuite en voiture, flics, ambulances, voisins qui faisaient la fête 365 j/an, etc. Je connais donc la différence entre la campagne et la ville, je ne suis pas juste une râleuse contre les « gens d’che’ville » puisque j’y ai vécu.

Récemment, je discutais avec une amie qui vit à Paris, elle me disait qu’elle ne supportait plus, qu’elle avait passé une semaine au calme à la campagne dans un hameau et que c’était bien de ne plus rien entendre, qu’elle n’aurait pas supporté d’entendre le chant des oiseaux, des coqs, les vaches, les voitures, les tracteurs, tout ces « polluants sonores ». J’ai trouvé cela affolant. Affolant parce que la campagne c’est un monde en soi. Il y a des bruits, comme en ville, c’est normal, c’est la vie. Je conçois que lorsque l’on passe des mois dans le bruit constant d’une grande ville le cerveau souhaite se reposer, mais doit-on tuer des animaux pour cela ? Le plus hallucinant dans l’histoire c’est que les citadins viennent chercher le calme à la campagne et au final ils font la guerre. La guerre contre un mode de vie qu’ils ne comprennent pas, qu’ils n’acceptent pas et qui a pourtant fait la gloire de la France : notre agriculture, notre fromage, nos viandes, nos vins tout cela c’est du patrimoine. Le coq est un emblème national. Certaines villes portuaires reçoivent même des plaintes car les bateaux font trop de bruit, alors que des gens vivent la pêche, c’est leur gagne-pain. A notre époque où des espèces s’éteignent chaque année, où l’écologie devient un enjeu majeur pour la survie de notre espèce à plus ou moins long terme, comment peut-on accepter de détruire des marres ou des champs pour tuer des insectes car cela dérangent les touristes ou les résidents ponctuels durant leurs vacances?

En allant à Paris, j’ai remarqué que beaucoup de parisien se questionnent sur le « bio », les produits naturels, l’écologie, la nature, sauf qu’une fois à la campagne, ils n’apprécient plus ce qui est naturel et ils sont prêts à exterminer des animaux et un mode de vie agricole pour leur « confort » personnel. Pourtant combien de campagnards qui vont « à la ville » porte plainte contre les bruits de la ville ? Est-ce que si des « paysans » allaient à Paris et porter plainte contre le métro trop bruyant on ferait cesser le métro ? Est-ce que l’on pourrait porter plainte contre les sirènes de polices ou de pompiers ? Est-ce que l’on fermerait les bars, les cafés, les lieux de spectacles pour nuisances sonores ?

Quand je lis des histoires comme celle du coq de l’île d’Oléron, ou celle des vaches dans les montagnes ou d’autres encore : je me dis que c’est comme les gens qui vivent à côté des aéroports. ô pas les personnes âgées qui vivaient là bien avant que l’on construire les aéroports, non, mais des petits jeunes qui viennent d’acheter des maisons pas chères et qui se plaignent après coup que les avions font du bruit. Ce que je veux dire c’est que lorsque l’on va quelque part : il y a des inconvénients et il faut les accepter, c’est comme ça. Si on souhaite s’installer à la campagne, il faut savoir que les églises y sont depuis des siècles, les vaches donnent du lait si on aime le fromage faut vivre avec les vaches et leurs cloches, si on aime les œufs faut supporter les poules et les coqs, si on aime manger faut respecter le travail de l’agriculteur, si on est écolo et/ou contre la destruction de la planète on doit tolérer les grenouilles, oiseaux, insectes et la végétations qui forment un écosystème et qui contribuent à rendre notre planète vivable.

Si on n’est pas prêt à accepter tout ça : on reste à la ville et on ne vient pas enquiquiner les gens de la campagne qui n’ont pas demandé à se faire traîner en justice et qui veulent vivre en paix dans un monde simple, proche de la nature et qui cherchent à défendre leurs valeurs. Quand quelque chose se trouvait là avant nous, soit on le respect soit on s’en va et si on ne veut pas être embêté par les gens on va sur une île déserte ou on met des bouchons d’oreilles.

Sinon à quand les touristes qui iront se plaindre du sable dans le Sahara ? De la neige dans les montagnes ? De l’eau à la mer ? Du vent qui souffle ? De la pluie qui tombe ? Du voisin qui respire ? De la nuit ? Du jour ? De la terre ?

J’écris tout cela sans méchanceté parce que je comprends que lorsque l’on vient d’une grande ville les bruits de la campagne sont nouveaux et dérangeants parce qu’ils nous sont inconnus. Je comprends qu’en vacances ont souhaite avoir du calme, de la tranquillité, mais il ne faut pas en oublier le bon sens et le respect que l’on doit aux habitants et à leurs us et coutumes, ainsi qu’à la planète et aux animaux qui la peuple et à la végétation qui y pousse.

Publicités

6 réflexions sur “Quand les bruits de la campagne dérangent

  1. Le Sushi qui Bouquine dit :

    D’accord avec toi !!
    Je me considère comme mixte « citadine et campagnarde » car j’ai connu les deux, et que je comprends le inconvénients des deux…
    Le problème vient vraiment du fait qu’on vit dans un monde de dingue où tout le monde peut râler contre n’importe quoi sans besoin de se justifier. Je ne comprends même pas qu’un maire puisse céder à ce genre de comportement.
    En plus , on peut dire que je soutien la cause écolo, (parce qu’un jour, on n’aurait plus d’eau à boire ni d’air à respirer et que tout ça sera vraiment le dernier de nos soucis…) et comme tu dis, la campagne a des écosystèmes qu’il faut préserver !
    Bref … je ne crois pas que ce soit le mode de vie citadin qui rende con* (appelons un chat un chat;) ) je crois que c’est plus vaste que cela malheureusement…
    mais en tout cas, je plussoie ton coup de gueule !!

    Aimé par 1 personne

    • Les conseils de Ponine dit :

      Malheureusement tout le monde n’est pas comme toi, certains pensent que la nature, l’écologie c’est bien, c’est beau mais que cela se limite à interdire les voitures et avoir sa brosse à dents en bambou. Finalement, on est dans un monde de plus en plus violent, intolérant et c’est dommage. C’est peut être là toute la bêtise du monde… on ne fait pas attention à la vie, à la nature, à ce qui est là depuis des millénaires alors que l’on tient à préserver notre mode de vie industriel et notre confort personnel.

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s