Précisions et explications de l’article : 10 citations sur la critique qui remonte le moral

Vu les nombreuses remarques que j’ai pu recevoir sur cet article que j’ai publié la semaine dernière, je pense qu’il peut être utile de donner quelques explications. Ce n’est pas la peine d’aller voir, tous les commentaires que j’ai reçu ne sont pas nécessairement dans les commentaires. Certaines personnes n’adhèrent pas au fait de publier des commentaires publics.

Pour commencer, j’aimerais dire que je ne vais pas m’excuser d’avoir publié cet article. Si vous souhaitez lire des excuses pas la peine de continuer. J’ai peut être fait une compilation de citations qui peuvent avoir choqué et dérangé certaines personnes mais je ne me sens pas responsable de l’avis que pouvait avoir Flaubert ou encore Sand sur les critiques. Je ne vois d’ailleurs pas en quoi il est malveillant (pour rendre l’expression que j’ai pu retrouver sur un réseau social) de citer des artistes comme Flaubert, Cocteau, Coluche, Esposito et autre. Certes les citations choisies étaient acerbes mais on les trouve sur internet en libre consultations, donc je vois pas pourquoi ici elles seraient tout simplement malveillantes alors que sur d’autres sites elles sont simplement « informatives ». Il faut peut être apprendre à faire la différence entre une citation et le point de vue personnel de la personne qui la cite.

Cela étant dit passons au vif du sujet. Comme je suis une personne plutôt fainéante de nature, je vais me permettre de réemployer un commentaire que j’avais posté sur cet article en question et y ajouter des précisions. Donc je répondais à quelqu’un et voilà ce que je lui disais.

Ce que tu dis est intéressant dans la mesure où oui, critiquer les critiques et les « descendre » publiquement est intolérable. Bon pour le coup, ici, ce ne sont pas mes pensées personnelles mais des citations d’artistes, je pense que les mœurs ont évolués depuis Flaubert et que le métier de critique a changé depuis l’époque de Coluche, en tout cas il s’est démocratisé. Lorsqu’il y a 20 ans, on souhaitait se faire un avis sur un livre/film/pièce de théâtre on achetait un quotidien national et on allait lire ce que le critique en pensait. Aujourd’hui, on va sur internet et on a l’embarras du choix entre les plateformes spécialisées, Amazon, les sites de ventes en lignes, les blogs, les influenceurs, etc. Du coup, je crois qu’aujourd’hui toutes critiques artistiques est potentiellement visibles, ce qui n’était pas le cas avant internet. Donc, en effet, on ne peut pas aller attaquer tout un métier sur internet (c’est un peu ce que je disais dans mon article sur les correcteurs certains sont bons et font leur travail avec sérieux et d’autres bafouent la profession -mais c’est aussi le cas pour les plombiers, les forces de l’ordre, les professeurs et tous les métiers), on ne peut pas non plus aller attaquer une personne en particulier sur une critique. Je ne crois pas que cela soit une bonne chose d’aller « attaquer » quelqu’un de toutes manières.

Ce que je voudrais préciser aujourd’hui, c’est qu’à l’époque où Coluche était de ce monde, les critiques étaient des gens qui étaient payés pour faire ce métier, souvent leur travail était publié dans la presse quotidienne. Le métier était tout à fait différent d’aujourd’hui. Je ne vais pas dire que c’est bien ou mal, mais à l’heure actuelle TOUT LE MONDE peut être critique, à partir du moment où vous avez un accès à internet vous pouvez poster tout ce que vous désirez et parfois sans être rémunéré, parfois en l’étant. Bref, il n’y a plus la même connotation. C’est un peu comme les salons des beaux-arts au 19eme siècle, à l’époque si on voulait exposer et être vu du public, il fallait passer par les salons, aujourd’hui un artiste avec internet peut être visible n’importe où dans le monde. Donc, il y a une grande différence entre ces citations qui sont anciennes et la réalité d’aujourd’hui. Dans mon article sur les 10 citations sur la critique qui remontent le moral, je ne tenais pas à attaquer les gens aujourd’hui qui postent des critiques car le métier n’est plus le même. D’ailleurs aujourd’hui ce n’est pas un métier pour beaucoup de gens, métier au sens « gagner sa vie » et « travailler ». Quand vous allez sur Amazon et que vous lisez les commentaires des acheteurs, je ne pense pas que l’on puisse dire que le post de « Tata Josette » qui écrira une ligne ou deux soit du même niveau que celle d’un bloggeur qui a 1000 followers et qui va rédiger une review de 500 ou 1000 mots ou d’un journaliste du Huffington post qui aura écrit un article de porter nationale ou internationale. Pour moi, chacun à sa place dans cette société et chaque avis peut compter mais parfois il faut aussi voir que le métier de critique a évolué et que si l’avis de Tata Josette est aussi valable que celui d’un grand nom de la presse il n’a pas le même effet, ni le même impact, ni la même portée. Et évidemment, on attend plus d’un article d’un grand groupe de presse que de celui de l’acheteur d’Amazon. Autant on peut accepter que la tata Josette se contente d’un « j’adore » ou d’un « c’est nul », autant on va attendre du journaliste plus de précision sur son avis parce qu’il est payé pour ça.

Pour ce qui est de critiquer les critiques je dirais que c’est comme tous les métiers. Dans toutes les professions il y a des gens qui font bien leur travail et d’autres qui ne le font pas. Il y a des critiques qui favorise le travail de leurs « amis » et avoir des avis négatifs sur leurs concurrents. Durant mon expérience sur Wattpad, je recevais régulièrement des messages me demandant de poster des avis positifs sur certains textes. Sur un autre site, j’avais le droit à des messages en mode « si tu votes pour moi, j’en ferais de même », et il ne s’agissait jamais de personnes ayant un ou deux votes, mais de personnes en comptabilisant de gros nombres. J’ai déjà vu sur des blogs des lecteurs mettre systématiquement de mauvaises notes ou commentaires à des livres publiés par de petites maisons ou autoédités. Sans dire que les auteurs publiés par de petites structures ou autoédités sont forcément bons, il doit bien y en avoir qui sont intéressants dans le lot. Tout comme les grands éditeurs peuvent publier des textes qui vont nous paraître « moyens » ou qui ne vont pas nous plaire. Au vu de cela, je ne me sens pas en droit de m’excuser de penser qu’il faut parfois faire la part des choses et remettre en considération la subjectivité et l’objectivité du critique.

J’ai l’impression que cet article n’est pas perçu comme je souhaitais qu’il le soit. J’ai l’impression que les lecteurs pensent qu’il s’agit d’une harangue contre les critiques et la critique en général, alors qu’il ne s’agit que de compiler quelques commentaires de personnalités artistiques – acerbes certes – sur les critiques et la critique en générale mais pas de mon opinion personnelle sur le travail des critiques. J’avais rédigé cet article sur le ton de l’humour et je voulais qu’il soit surtout le reflet du fait que même les plus grands ont pu être critiqués et donc pour moi, c’était un moyen d’aider à relativiser. Pour ma part, quand je lis des propos du compositeur Jean Sibelius j’ai en tête le salon des refusés, certes ce n’est pas le même sujet entre la musique et la peinture, pourtant je me dis que les artistes refusés au salon finalement quand on voit la cote d’un Manet ou d’un Pissarro, il y a un certain décalage entre ce que pensait la critique de leur art et ce que le grand public et l’Histoire en ont retenu, car je suis certaine que très peu de noms de critiques d’art sont restés dans les mémoires collectives, en revanche beaucoup de gens vont connaître des noms d’artistes. Ma volonté en écrivant cet article n’était pas de froisser les critiques ou de dire que la critique c’est mal ou inutile, mais qu’au final l’important reste de produire une œuvre qui, pour nous en tant qu’auteur/artiste, soit une œuvre de qualité dans laquelle on a beaucoup travaillé, sur laquelle on a beaucoup réfléchis car c’est plus important que de se laisser démonter par une critique et de se dire que l’on ne vaut rien ou que l’on n’est pas un bon créateur, car même les plus grands, les plus connus, les plus célèbres, qui sont encensés – aujourd’hui – par la critique sont passés par là et on trouvait l’envie de continuer, parfois envers et contre tout/tous parce qu’ils croyaient en eux.

Voilà tout est dit. J’avais réellement pour but de montrer que l’on peut relativiser et que ce qui est critiqué un jour ne le sera pas nécessairement toujours. De même, si une personne ne va pas aimer ce que vous faites, cela ne veut pas dire que toutes les autres personnes qui seront confrontés à votre art vont penser la même chose. Si une personne ou même dix personnes disent que votre héros est trop dans la démesure ou trop plat, ou pas assez actif ( qu’importe au fond) et qu’en revanche cent personnes trouvent que votre héros est sympa, attachant, profond (ou autre) qu’est ce qu’il faut prendre en compte au final ? Les 10 personnes qui n’aiment pas ou les 100 autres qui adorent ? Est-ce qu’il faut changer tout une histoire pour plaire à un petit nombre ou est-ce qu’il ne faut pas faire ce qui pour vous vous semble juste et bon? Bien que tout soit à relativiser : je suis pour ma part convaincue qu’il ne faut pas chercher à plaire à tout le monde. Peut être que j’aurais dû prendre le temps de dire tout cela dans l’article précédent, mais je voulais faire un petit article court et marrant pas développer ma pensée durant des heures. Etre créateur c’est aussi savoir dire Mot de Cambronne aux critiques et aller dans le respect de son art et de son œuvre sans chercher à faire plaisir à tout le monde ou sans chercher à plaire à tous. Et je suis convaincue que la plupart des œuvres qui sont aujourd’hui des classiques (tout arts confondus) le sont parce que les auteurs sont passés outre la critique et ont fait ce qui leur paraissait juste et qu’ils n’ont pas cherchés à plaire à tout prix à la critique.


Pour en revenir à l’idée que la critique n’est pas faite pour les artistes, c’est quelque chose que j’ai étudié durant mes études et c’est ce que l’on nous enseignait justement : que la critique « aide » le spectateur à se faire un avis mais que justement c’est assez dangereux de laisser quelqu’un d’autre nous influencer dans le sens où le critique va voir un film, lire un livre, voir un ballet ou autre, en fonction de ses émotions et de son histoire. C’est sûrement arrivé à des tas de gens de lire une excellente critique sur un film et d’y aller pour en ressortir complètement déçu parce que finalement la critique disait que c’était fabuleux alors que l’on trouve cela mauvais. Alors justement en arts, on nous disait toujours de ne jamais lire de critiques avant d’avoir vu/lu/assisté à l’œuvre et avant d’avoir forgé notre propre avis sur la question. Alors qu’en littérature, c’était l’inverse on nous incitait à nous fier aux critiques avant tout. On nous disait que les critiques savaient ce qu’il devait être ou ne pas être, ce qu’il devait y avoir dans une œuvre ou non, un peu comme si le critique était un professeur qui nous enseignait un savoir en vérité absolu. Alors qu’au final, comme tu l’as dis la critique est très subjective et c’est aussi cela que je pensais montrer à travers ces citations.

Ce que je voudrais rajouter c’est que j’ai eu la chance inestimable d’avoir eu des enseignants qui dès le lycée m’ont appris à me forger mon propre avis avant de me confronter à la critique. Mon prof de philo par exemple, nous donnait une liste de livre à lire et ensuite, après avoir lu, après y avoir réfléchi, pensé, il nous disait « voilà ce que la critique/ les autres ont dit de ce livre » et au final, je me suis rendue compte que l’on juge en fonction de son époque, de la société dans laquelle nous vivons, en fonction de son ressenti, de son vécu, de son passé et de ses valeurs. Jugé est un acte très personnel. Et c’est vrai, que pour ma part, j’ai appris à me détacher des avis avant de m’avoir fait le mien. Ensuite, j’ajuste ce que j’ai pensé car je sais que l’on ne voit pas tout ou que j’ai pu manqué des choses. J’admet que lorsque j’entends beaucoup parlé d’une œuvre je suis tentée plus aisément d’aller voir pour me faire mon avis, mais ce n’est pas obligatoire. Je sais que c’est une manière de faire particulière car beaucoup de gens ont besoin de l’avis des autres pour aller vers une œuvre et qu’ils gardent en tête l’avis qu’ils en ont eu lorsqu’ils y sont confrontés. Pour moi, la critique est personnelle, c’est un jugement de valeur et comme tout jugement, il doit être accepté en tant que tel mais pas nécessairement suivi et il ne faut pas écouter les conseils de tous sans réflexion personnelle.

Après chacun gère la critique comme il le veut ou peut, mais il faut aussi avouer que cela aide à relativiser d’apprendre que des artistes reconnus ont eu à la subir et se rendre compte qu’ils ont surmontés ces critiques – peut être pas de la bonne manière – pour créer et continuer à croire en eux c’est quand même une bouffée d’oxygène car des gens peuvent ne pas aimer ce que l’on fait mais au final ce n’est pas une fatalité. Bien sûr, la critique nourri l’art, elle aide à avancer, à faire évoluer l’art mais par moment, elle est très réductrice, d’où l’intérêt de faire la part des choses et de gérer les critiques une par une et de voir les améliorations que l’on peut apporter à son œuvre sans pour autant suivre tout les conseils ou changer ce que l’on fait pour respecter toutes les critiques que l’on a pu avoir.

Mon but était de rédiger un article léger et amusant, pas de blesser certaines personnes, car je respecte le travail de tous et l’opinion de chacun, mais je ne m’excuserai pas d’avoir fait cet article, pas plus que je ne m’excuserai d’avoir l’avis que j’ai sur le sujet, car je suis réellement persuadée que cela peut remonter le morale de savoir que des grands artistes ont pu subir des critiques et qu’ils les ont acceptés, non acceptés, surmontés pour continuer à créer.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s