Les 12 archétypes de Jung

Jung a travaillé sur les archétypes pour définir la psyché humaine. Aujourd’hui, je voudrais définir simplement et aussi bien que je le peux, ces douze archétypes.

Pourquoi connaître les archétypes de Jung lorsque l’on écrit ?

La première réponse qui me vient c’est : pour avoir une meilleure culture générale. Personne n’est obligée de partir de la base de ces archétypes pour construire un personnage. Ceux qui ont lu Le héro aux milles et un visages sachent que la mythologie permet en grande partie d’expliquer aux hommes les situations les plus difficiles de leurs vies. Que l’on pense que les mythes font partis du passé, qui n’a jamais entendu parler de la boîte de Pandore, du fil d’Ariane, qui n’a jamais eu peur de montrer son talon d’Achille ou de faire preuve de narcissisme. Toutes ces expressions, nous les connaissons car nous vivons dans une société qui a pour base la même culture. L’école nous enseigne la mythologie en tant qu’histoire, voilà pourquoi il est intéressant d’avoir une vague notion des archétypes.

Les douze archétypes de Jung

L’innocent

L’archétype de l’innocent est celui de l’utopie. L’innocent cherche constamment le paradis perdu. C’est un rêveur, naïf, romantique et volontiers tourné le passé. C’est un nostalgique, en quête du bonheur et de la joie. Son but est d’être heureux. Sa plus grande peur est celle d’être puni pour quelque chose qu’il aurait mal fait. C’est un optimiste. Pour ceux qui veulent choisir l’archétype de leur héros en se servant du tarot, l’innocent correspond aux arcades du Mat (le Fou) ou l’Etoile. 

Le Monsieur ou la Madame Tout le monde

L’archétype du Monsieur ou de la Madame Tout le monde est celui de la personne ordinaire, c’est le bon voisin, celui qui fait preuve d’empathie et de réalisme. Il croit que tous les hommes sont égaux. Il craint les relations superficielles et d’être mis de côté. C’est aussi un personnage très terre à terre. Il est représenté par la carte de la Justice.

Le héros 

C’est un soldat, un héros ou même un super-héros, un compétiteur qui vise la réussite. Cet archétype cherche à prouver sa valeur. Il défend la veuve et l’orphelin, que ce soit par des tours de forces physiques, par des combats sociaux, ou par des actes courageux. Il craint la vulnérabilité, la faiblesse. Il a besoin de prouver sa force aux autres. Pour ceux qui use du tarot, il est représenté par le Chariot. 

L’ange gardien 

L’ange gardien aide les autres, il est profondément altruiste, bon et généreux. Il protège et prend soin des autres avant tout. Il est plein de compassion, de générosité, mais il craint l’ingratitude et l’égoïsme. Il est facilement exploité par les autres. Il est représenté par l’arcade de l’Etoile. 

L’explorateur 

Rien ne l’arrête dans sa quête d’un monde meilleur et plus authentique que celui dans lequel il vit. Il rêve de voyages, d’épanouissement, de nouveauté. C’est un personnage curieux et novateur. Il cherche à fuir l’ennui, le vide et la conformité de l’existence. Il est autonome et ambitieux de nature. La carte qui le représente le mieux est celle de la Force, mais s’il se met à errer sans but, il en devient l’Hermite. 

Le rebelle

Il considère que les règles sont faites pour être enfreintes. C’est un hors la loi, un bandit, un révolutionnaire, qui peut chercher à se venger, mais dans tous les cas qui souhaite faire ses propres choix et suivre sa propre ligne de conduite. Il craint d’être inefficace et pour ne pas l’être il est prêt à tout, même détruire. Il est représenté par la Maison de Dieu.  

L’amoureux 

Il a peur de la solitude et d’être seul, de ne pas être aimé. Ce qu’il souhaite : être dans une relation sentimentale unique et harmonieuse. Il est plein de passion, d’enthousiasme, il recherche un partenaire de vie, c’est un amant idéal. Il est capable de tout pour plaire, que ce soit physiquement ou émotionnellement, quitte à se perdre lui-même. Dans le tarot, il s’agit de l’Amoureux ou du Soleil. 

Le créateur 

Il peut s’agir d’un artiste, d’un inventeur, d’un écrivain ou d’un rêveur. Il cherche la création personnelle, il est créatif. Ce qu’il peut imaginer, il peut le faire, du moins le pense-t-il. Il veut laisser sa trace dans le monde. Il a une vision du monde qui lui est propre. Il craint surtout de ne pas laisser sa marque. Il est dans l’acte créateur, que ce soit une nouvelle vision du monde ou d’un objet d’art. Dans le tarot, il est le Bateleur. S’il se montre trop perfectionniste, il devient la Justice et s’il n’avance pas dans son « art », il est la Roue de fortune. 

Le Fou

Il profite de la vie, il s’amuse, il aime la vie. Il fait rire. C’est un farceur, un clown, un comédien. Selon lui, on ne vit qu’une fois et il faut en profiter. Il veut vivre à fond, il est dans le moment présent. La peur de s’ennuyer et d’ennuyer les autres. C’est un frivole qui peut perdre son temps aussi bien que son argent. C’est le Diable du tarot. 

Le Sage

C’est un expert, toujours de bon conseils, on le voit comme un mentor, un professeur, un chercheur en quête de vérité. Il se sert de ses connaissances et de son intelligence pour trouver la vérité qu’elle soit concrète ou philosophique. Il craint de se tromper ou de tomber dans l’ignorance. Il souhaite comprendre le monde. Il est représenté par l’arcade du Pape ou de l’Hermite s’il est dans l’introspection. 

Le magicien 

Il tente de connaître les lois fondamentales de l’univers. C’est également un être visionnaire, un leader, qui pense pouvoir changer le monde et que cela passe par le changement des comportements d’autrui. Il développe une vision du monde qu’il veut voir se réaliser, mais il ne prend pas toujours en compte les conséquences désastreuses de ses actes. Dans le tarot, il s’agit du Bateleur, qui peut également devenir un manipulateur. 

Le dominant

Pour cet archétype ne compte que le pouvoir, la domination, le contrôle. C’est un meneur, un patron, un dirigeant. Il aime décider et être obéis. Il cherche la prospérité matérielle, l’ordre et la réussite. Il impose le respect ce qui peut le conduire à l’autoritarisme. Il craint le chaos, et la perte de contrôle, ou de pouvoir. Il aime la place qu’il occupe parce qu’il a travaillé pour. Dans le tarot, il s’agit de l’Empereur. 

Est-ce que vous connaissiez les archétypes de Jung ? Est-ce que vous employez les archétypes de Jung pour vous aider à concevoir vos héros ? N’hésitez pas à laisser des commentaires.

Publicités

6 réflexions sur “Les 12 archétypes de Jung

  1. Julien Hirt dit :

    Je crois que c’est un support excellent à la créativité. Cela dit, n’importe quelle liste ferait tout aussi bien l’affaire: les signes du Zodiaque, les lames du Tarot, les humeurs, les dieux de l’Olympe ou même les personnages de Winnie l’Ourson. S’efforcer de faire rentrer l’imaginaire dans des catégories, en général ça ouvre des portes.

    Aimé par 1 personne

    • Les conseils de Ponine dit :

      Pour ma part, je n’ai jamais essayé cette technique, mais je me dis qu’elle peut certainement servir à quelqu’un. ^^
      Je ne suis pas une fervente adepte de la psychologie – malgré le temps consacré à mes recherches de master sur ce thème – j’ai dû mal avec le fait de faire rentrer de vraies personnes dans des petites cases. J’avoue cependant que ce genre de concept permet de mieux visualiser des personnages. Surtout, des personnages qui nous sont diamétralement différents.

      Aimé par 1 personne

      • Julien Hirt dit :

        Finalement, à mon avis, c’est moins la psychologie en elle-même qui est fertile, que l’idée de confronter des personnages à des associations de concepts complexes face auxquels il est aisé de le définir. Est-il plutôt un Coco Lapin ou un Bourriquet? Est-il le Pendu ou la Roue de la Fortune?

        Aimé par 1 personne

        • Les conseils de Ponine dit :

          Je pense que pour le confronter à des concepts, il faut tout même connaître un minimum ces concepts, afin de les appréhender. J’avoue que tu me fais réfléchir… Je n’avais pas vu cela ne ces termes. Comme souvent, tu as raison. C’est vrai qu’il s’agit de concepts auxquels on essaie de rattacher le personnage, plutôt que la construction d’une véritable personnalité.

          Aimé par 1 personne

    • Les conseils de Ponine dit :

      Je pense que les personnages sont comme nous, ils ne devraient pas nécessairement avoir qu’un seul archétype, mais un qui serait dominant par rapport à l’autre. Après, je ne pense pas qu’il soit très bon de les multiplier. Je pense que deux archétypes peuvent être bien, trois à la rigueur de bien maîtriser son personnage et de hiérarchiser les blessures du personnages.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s