Recherches et Saga (2/2)

Dans le précédent article, je vous parlais de la manière dont j’avais commencé à faire des recherches pour écrire ma saga. Pour ceux qui ne l’aurait pas lu, c’est par ici

J’avais achevé l’article en disant qu’il y a trois ans j’ai découvert ce qui me manquait pour avoir l’étincelle. J’ai déjà évoqué cette découverte dans de nombreux articles, notamment sur les personnages , mais j’aimerais y revenir aujourd’hui, pour vous expliquer comment cela c’est imposé à moi comme une évidence. Quand je dis évidence, c’est évidence que ce détail manquait à mes histoires et à ma saga, absolument pas que vous devez faire la même chose ou penser comme moi.

C’était en 2015, que j’ai découvert le  livre Miracle Morning. Avant cela, je n’avais jamais lu le moindre livre de développement personnel – à moins que l’on considére les livres de philosophie et de philosophie de l’art comme du développement personnel. J’ai mis en place les pratiques recommandées par l’auteur, mais ce n’est pas ce qui m’a aidé à mieux écrire et planifier ma saga. Bien que j’ai découvert comment avoir un peu plus de temps pour écrire et surtout le meilleur moment pour moi de le faire, j’ai surtout découvert :  le développement personnel.

Au début, je pensais me servir du développement personnel que pour moi. Je cherchais à m’améliorer, à découvrir une nouvelle spiritualité, un nouveau mouvement de penser, une manière d’être moi-même en un peu plus, de choisir une vie qui serait alignée avec ma propre personnalité et mes valeurs. Bref, être moi mais en « mieux » (c’est-à-dire plus alignée avec mes désirs). C’est à ce moment là que j’ai compris deux choses : La première que je pouvais avoir une vie fabuleuse si j’en avais le désir – même si ma vie n’est pas fabuleuse, j’ai appris à voir les meilleurs côtés de certaines situations et à faire les choix pour changer ce qui n’allait pas – et c’est là que j’ai assimilé l’être humain et ses faiblesses à mes personnages.

Après tout qu’est-ce qu’un personnage de roman / film / etc si ce n’est un être humain de fiction ? Lire des livres de développement personnel m’a aidé à comprendre que je n’étais pas la seule personne à avoir des failles et des problèmes.

Petite paranthèse : Certes à vingt-cinq ans se rendre compte que tout le monde a des démons, des failles, des faiblesses est un peu tard, mais j’ai vécu dans un monde où les gens qui m’entourraient avoir un peu les mêmes types de sensibilités. Quand on est entourré d’artistes, de créateurs, d’écrivains, on se dit que c’est normal que ces types de personnes soient torturés, parce que mine de rien l’image de l’artiste torturé reste un cliché mais il faut avoir beaucoup de sensiblité pour être un créateur. En parlant de sensibilité, je parle de sensibilité au sens le plus général du terme. Tout le monde est sensible, tout le monde a des émotions, mais pour les retranscrire en « art » il faut accepter de  reconnaître ses émotions, aller au fond de soi-même et être conscient de ce qui nous touche. Je pense que tout le monde n’est pas prêt à entrer dans une démarche artistique, d’accepter de souffrir, de passer du temps, d’échouer, de recommencer et d’aller au fond d’un projet qui est une forme de soi-même, de ses pensées ou croyances et de les dévoiler aux autres.

J’étais donc là devant une pile de livres de développement personnel que je venais de lire à me dire : voilà qui manque à mes personnages ! Une vie ! Bien que durant des années, j’avais fait des fiches de personnages, je ne m’étais jamais demandée :

-quel est son but dans la vie ?

-de quoi a-t-il envie ?

-quelle est sa vision du bonheur ?

-que faut-il pour qu’il ait la vie dont il a besoin pour être heureux ?

-quelles sont ses faiblesses les plus profondes ?

-quelles sont les relations qu’il a avec ses parents ?

-où se voit-il dans 5 ? 10 ? 15 ? 20 ans ?

-pourquoi pense-t-il qu’il n’a pas ce qu’il désir ?

Bref, que des questions fondamentales. Ce que cela m’a enseigné c’est que les personnages ne prennent pas toujours le chemin que l’on veut leur faire suivre parce qu’ils existent : ce sont de véritables personnes qui ont des désirs cachés, un but dans la vie, des valeurs. N’appelez pas l’hôpital psychiatrique, je sais que les personnages n’existent que dans la tête de l’auteur, jusqu’à ce qu’ils existent sur le papier – je ne suis pas encore (totalement) folle – mais considérer mes personnages comme de véritables personnes m’a aidé à voir plus loin que les caractéristiques plates du physique ou de quelques traits de personnalités.

C’est bien joli de savoir quelles sont les valeurs des personnages, mais en quoi cela sert-il dans les recherches ? C’est là que ma découverte devient intéressente. En me posant des questions profondes sur les personnages principaux, j’ai pu :

-réévaluer leurs caractéres et leurs réactions face à telles ou telles actions ou révélations. 

-mieux penser mes intrigues, car du coup je savais comment faire en sorte que mes personnages n’aient pas ce qu’ils veulent. Je suis cruelle avec mes personnages, j’assume.

-avoir une idée de ce qu’il fallait ajouter pour rendre l’histoire plus intéressant pour les lecteurs.

-donner de la profondeur à mes personnages pour concevoir des intrigues secondaires.

-m’assurer que j’avais les personnages qu’il faut pour mon histoire, pour renforcer le thème de l’histoire.

-avoir des personnages vraiment différents et comprendre les comportements humains, surtout ceux qui ne font pas partis de ma personnalité.

Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai parfois du mal à comprendre les réactions des gens quand elles ne sont pas comme les miennes. Je ne dis pas que je ne tolère pas les autres ou qu’ils puissent avoir des avis divergeants, loin de là, mais entre respecter et comprendre, il y a un pas à franchir. Le développement personnel m’aide chaque jour à mieux comprendre autrui, à accepter autrui, à aimer mon prochain. J’apprends à accepter les critiques, les avis différents, les points de vue, à chercher les raisons qui font que les autres sont différents de moi et à apprécier ces différences de points de vue. J’observe mieux, j’écoute plus, je réfléchis davantage et c’est ça qui m’aide à concevoir des personnages plus profonds. Je ne crois pas que l’on puisse créer des personnages que l’on ne comprends, et dont on ne comprends pas les attitudes, les pensées et les valeurs profondes. Sauf que si l’on ne devait forger que des personnages que l’on connaît on se retrouverait très rapidement limités.

Ces découvertes ne m’ont pas aidé pour tout ce qui est recherches formelles comme: l’architecture, l’histoire de mon monde, on la géographie. C’est vrai que j’ai surtout trouvé une richesse à exploiter dans mes recherches sur les intrigues et les personnages.

  Je me suis donc servie de ces découvertes pour reprendre toutes mes fiches personnages pour ajouter à mes personnages des valeurs, des objectifs personnels, des objectifs en fonction des différents tomes. J’ai ensuite donné à mes personnages des faiblesses, des manques notamment dans l’enfance. J’ai retravaillé les personnalités, en me servant de quelques tests de personnalités que j’ai pu trouvé sur le net ( c’était avant que je ne m’interresse à l’ennéagramme) Une fois, les différents aspects internes de mes personnages rédigeaient j’ai pu revenir à mes intrigues, les complexifier et créer des intrigues secondaires, notamment pour mon premier tome, que j’ai réécris de zéro, avant de le corriger et de l’envoyer à des éditeurs. Pour le moment, j’ai rédigé mon tome 2, mon tome 4, je m’apprête à rédiger le tome 5, et j’attends d’avoir ce tome 5 pour m’atteler au tome 3 qui est très complexe. Vraiment très complexe et j’ai besoin de savoir exactement comment se déroulait la suite pour écrit le roman central de la saga, ensuite je ferais toutes les corrections nécessaires. 

 

Voilà où je me trouve aujourd’hui : mon travail paraît désorganisé, mais cela me va très bien. Je ne devais pas rédiger d’autres articles pour ce mois-ci et terminer avec le thèmes des recherches, pourtant je me dis qu’un autre petit article pourrait être intéressant. Je crois que je le publierai samedi. Il ne s’agira pas d’un article sur les recherches à proprement parlé mais d’un article sur les livres qui m’ont aidé à découvrir le développement personnel et je pense que j’évoquerai une petite découverte récente, ça peut intéresser quelques personnes, il me semble.

Ce sera tout pour aujourd’hui, je vous souhaite une très belle journée. Comme toujours vous pouvez laisser des commentaires, faire des remarques, naturellement dans la bienvaillance et le respect de tous,

 

Ponine 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s