Combien de temps consacrer aux recherches ?

Depuis le début du mois d’octobre, je vous parle de faire des recherches documentaires pour rédiger votre roman ou vos histoires. Seulement, il se pose toujours une question combien de temps doit-on consacrer aux recherches ?

Faut-il faire les recherches documentaires avant l’écriture, ou pendant ou même encore en phase de correction ? Toutes ses questions peuvent être légitimes et méritent quelques explications. 

Tout d’abord, je dirais que faire des recherches demandent du temps, de l’organisation, qu’il faut privilégier différents supports pour être certains d’avoir toutes les informations dont on a besoin. 

Qu’est ce qu’une information nécessaires ? C’est une information que l’on va trouver utile lorsque l’on va faire des fiches de lieux, de personnages, dresser sa liste d’intrigues, ou vouloir approfondir son thème de roman. Une information utile n’a pas nécessairement vocation à être écrite dans le roman. Je crois que c’est important de le rappeler. 

Pour répondre à la question combien de temps doit-on consacrer aux recherches documentaires? Je dirais tout d’abord qu’il faut y consacrer toute sa vie. Alors, petite nuance, quand je dis consacrer toute sa vie à faire des recherches, à s’intéresser à des sujets, à ouvrir son champ de connaissances, cela ne veut pas dire se consacrer à un seul roman bien au contraire. Se constituer une réserve d’idée, de renseignements permet de garder son esprit toujours en alerte. En revanche, lorsque l’on décide de faire une recherche documentaire pour un roman, en particulier, il faut se fixer un temps donné, avant de ne pas passer trop de temps inutilement dans les recherches.

Pourquoi je dis inutilement ? Tout simplement parce que faire des recherches lorsque l’on décide de les faire bien, cela prend du temps, devient chronophage et on finit par s’y perdre, tant on trouve des idées à partir de l’idée principale. Du coup, il faut décider à l’avance combien de temps on s’autorise à faire des recherches. C’est pourquoi il faut se fixer un calendrier. 

Pour se fixer un calendrier de temps de recherches. Il faut avant tout savoir ce dont on va avoir besoin, en amont. Savoir sur quoi vont devoir porter nos recherches est un excellent moyen d’une part de ne pas se disperser, d’autre part d’aller plus vite. 

Pour ma part, je ne consacre jamais plus de trois mois à la préparation d’un roman, à raison de six séances de trente minutes (deux fois) par jour. Tout simplement parce que je n’aime pas prendre trop de temps pour compiler des pages et des pages de recherches, mais surtout parce que je me lasse vite et qu’avoir trop de documentation me nuit énormement. Je préfère me jeter un peu à corps perdu dans la rédaction, aller chercher les informations que j’ai besoin au moment où j’en ai besoin et revenir une fois le roman achevé. Je consacre mes recherches documentaires essentiellement sur l’architecture, et quelques notions spécifiques. Comme j’écris une histoire basée sur la magie, je fais beaucoup de recherches sur les plantes ou les pierres de lithothérapie. Je fais également quelques recherches sur les symboliques des objets ou sur le tarot. Lorsque je n’écris pas ma saga, j’ai un autre projet qui me tient à coeur et qui se déroule à Londres. Je ne suis pas allée à Londres depuis longtemps, et je ne crois pas que mon prochain séjour sera sufisant pour m’offrir toutes les connaissances dont je vais avoir besoin pour mener à bien ce projet, alors je me sers de blog touristiques, de Google et de quelques guides touristiques. 

Je découpe mes recherches pures ( comme  quelle rue, quel bâtiment, quelle achitecture, comment fonctionne tel métier, ou tel machine) dans le temps. Par exemple pour mon roman Bloomsbury j’ai divisé mes recherches comme cela : le lundi, je fais faire des recherches sur le golf, le mardi sur les rues de londres dans le quartier que je décris, le mercredi sur le métier de nounou, le jeudi je me repose et je fais du yoga, le vendredi je fais des recherches sur le déroulement des castings ou la composition des books, le vendredi je vais faire des recherches sur un style de musique, le samedi sur certains restaurants et bars, le dimanche sur l’architecture des maisons victoriennes « moderne » c’est à dire remise au goût du jour. Ce qui me permets de ne pas passer plus de 15 à 30 min par jour sur les recherches. En revanche pour ce qui est de recherches moins documentaires, donc tout ce qui est fiches de personnages, de lieux, d’intrigues, je me donne trente minutes par jours, six jours par semaine. Le jeudi, je ne fais rien, c’est mon jour de repos. Le fait de diviser mes recherches entre ce que je peux trouver, créer, de moi-même et ce qui nécessite des supports me donnent deux objectifs de travail différent et j’ai donc une vision plus nette de ce que je dois faire. Je garde toujours comme temps de travail trois mois, et je me lance dans la rédaction même si je n’ai pas toutes les informations. 

Pour ce qui est de ma saga, c’est plus compliqué. J’avais compilé des centaines de pages de recherches, des documents encore et encore et des encore, entre l’âge de 12 et 18 ans. Si bien que je n’ai jamais réellement écrit un roman qui me satisfasse à l’époque. J’ai passé 6 ans à écrire des morceaux de romans, des histoires qui faisaient la mythologie de mon histoire, à chercher les meilleurs pierres magiques, des potions, toutes les connaissances que je pouvais trouver sur les plantes, les herbes, les méthodes divinatoires. Même si à l’époque, j’ai écris beaucoup de nouvelles et de poèmes en parallèle de ma saga, je n’étais pas satisfaite car je trouvais qu’il manquait toujours des informations, des détails sur l’architecture de telle ou telle période, sur l’art, sur l’histoire, sur les guerres. Quand je pense aujourd’hui à toutes les heures que j’ai gaspillé en recherches inutiles, qui ne m’ont jamais servi, je suis un peu déçue. J’ai bien plus avancé, en ne consacrant que 3 mois de recherches par roman, même si pour une saga c’est un peu plus compliqué que « ça ». 

De mon avis, il faut mieux revenir plus tard sur un point qui nous pose problème : comme  » à quoi ressemble la gare X » ou « comment on fait telle expérience » plutôt que de rechercher à tout savoir avant même d’avoir en tête exactement ce que l’on va avoir besoin. Pour mon roman qui se base à Londres, je pourrais passer des heures à faire des recherches sur chaque rues, chaque maisons, monuments ou maisons, mais j’ai choisi de me lancer dans l’écriture sans tout savoir, pour compléter après mes manques. Bien entendu, je souhaiterai aller sur place pour m’impregner des lieux, des monuments, du cadre, des passants, mais je n’ai pas les moyens de le faire et je crois que c’est aussi bien ainsi. 

Pour faire des recherches durant la phase d’écrire, ce que je fais c’est que je notes sur une page de mon carnet toutes les informations qui me manquent ou que je voudrais verifier. Si je peux faire ma recherche en 30 secondes durant la phase d’écrire (comme quand on ne se rappele plus si dans tel bâtiment on a mit la porte à droite ou à gauche et qu’il suffit de remonter de deux pages pour vérifier) je fais ma recherche. Si j’ai besoin de plus de trente secondes mais de moins d’une minute, je fais ma recherche à la fin de mes dix minutes d’écriture. Si le temps est plus long, je prends note sur mon carnet et j’y reviens en phase de correction. 

Je suis convaincue qu’il faut donc consacrer le moins de temps possible aux recherches, pour avoir des recherches de qualités qui cibles les besoins du roman. 

Voilà, pour aujourd’hui. Combien de temps consacrez-vous pour les recherches documentaires ? Etes-vous d’accord avec l’idée qu’il faut ne pas trop consacrer de temps aux recherches ou au contraire estimez-vous qu’il faut mieux prendre un temps – même excessivement long – pour avoir toutes les informations en mains pour commencer à écrire ? On se retrouve mercredi pour un nouvel article. 

 

Ponine

Publicités

2 réflexions sur “Combien de temps consacrer aux recherches ?

  1. Celia May dit :

    C’est aussi un problème pour moi, j’ai tendance à me laisser emporter par les recherches. ^^’
    Du coup maintenant je préfère écrire d’abord et vérifier des points précis ensuite, quitte à devoir faire beaucoup de corrections.

    J'aime

  2. Julien Hirt dit :

    Un article particulièrement utile d’un point de vue pratique et nécessaire en tant que mise en garde. J’applaudis par ailleurs la manière extrêmement structurée avec laquelle tu planifies tes recherches, c’est vraiment admirable.

    J’ajouterais – mais je vais le faire plus longuement dans un billet à paraître -, que les recherches, ça ne consiste pas uniquement à lire Wikipédia et des ouvrages de référence pour en tirer des faits, mais qu’on peut aussi mener des recherches en visitant des lieux, en parlant à des gens, et en faisant des activités.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s