Exercice de créativité « et si »

Imaginez que tout soit possible. Vraiment tout, il n’existe plus aucune contraintes, aucun empêchement d’aucune façon. Se serait beau, n’est-ce pas ? 

Et bien, c’est par là que commence la créativité. Si vous êtes sur ce blog, j’imagine que vous souhaitez écrire un roman. Souvent, on entend les gens dire qu’ils ne peuvent pas écrire parce qu’ils n’ont pas d’imagination. C’est faux, tout le monde a de l’imagination. Une preuve ? N’avez-vous jamais utiliser un objet, un service, en vous disant : mince il manque tel chose pour que ce soit vraiment chouette. Parfois, on visualise très bien ce qu’il manque ou ce que l’on pourrait ajouter pour faciliter la vie. C’est bien la preuve que vous avez de l’imagination et que tout le monde en est pourvu. 

Bien que nous soyons tous pourvu d’imagination, il arrive que nous manquions d’assurance. C’est justement cette assurance qui nous permet de créer des histoires et d’avoir le courage de les écrire et de les faire partager. 

Alors comment retrouver le courage et l’assurance ? 

Tout simplement par de petits exercices. Le premier d’entre eux s’appelle le « et si… » 

Et si vous deviez écrire un roman…Vous n’avez plus qu’à écrire les idées qui vous viennent en tête. 

Facile ? Peut-être, mais je ne connais pas de meilleurs exercices. « Et si j’avais à écrire un roman… » ; « Et si j’étais écrivain… » ; « Et si demain je n’avais pas d’autres choix que d’écrire… ». Certainement un exercice qui paraît enfantin si vous avez déjà écrire des histoires, seulement, n’oubliez pas que vous pouvez faire cet exercice en compagnie de personne qui n’ont jamais écrit de roman. 

Si vous avez déjà une idée du thème de votre futur projet, vous pouvez vous en servir comme base de travail. Ici, nous prendront l’exemple d’une histoire d’amour. Un thème bien classique de la littérature, peut-être même le thème le moins original et le plus exploiter. Demandez-vous « et si je devais écrire une histoire d’amour… ». Donnez-vous 3 min pour trouver des idées et les notez. 

Vous constaterez peut-être que vous idées sont banales. Mais ce n’est pas grave, ce n’est qu’une entrée en matière. 

Maintenant, reprenez le même exercice mais ajoutez-y une difficulté. Un peu comme dans un jeu de rôle. Peut-être que l’un des personnages sera un elfe, peut-être que l’un de vos personnages n’existes pas, peut-être que l’un des personnages est un objet. Par exemple, « et si je devais écrire une histoire d’amour entre un objet et un humain. »; « et si, je devais écrire une histoire d’amour qui fait peur » ; « et si je devais écrire une histoire d’amour sans amour ». 

Vous pouvez également vous servir des cartes que vous aviez la possibilité de créer, dans l’un des premiers articles que j’avais écrit au début du mois. 

Un autre exercice du « et si » que vous pouvez utiliser :

Prenez deux romans – ou deux idées, deux films, historique -comme vous voulez, que vous adorez ou que vous détestez et couplez-les. Cela peut donner : « et si, je devais écrire un roman de science-fiction qui se passe sur le Titanic » ; « et si, Napoléon avait vécu l’armée russe. »  ; « et si, le thé était de l’alcool » ; « et si, les humains devaient se mettre à marcher sur les mains » ; « et si l’on ne pouvait jamais reposer un livre comment vivrions-nous » ; « et si j’écrivais l’histoire d’un personnage qui a toujours de la chance »…

Vous n’êtes pas obligé de commencer par et si j’étais écrivain, vous pouvez très bien décider de commencer directement par :

-et si j’avais 100 ans,

-et si j’étais pauvre,

-et si je devais écrire le premier livre de l’humanité,

-et si j’étais multimillionnaire,

-et si, je n’avais qu’un seul livre à écrire

-et si j’étais un poussin

-et si j’étais un extraterrestre

-et si j’étais mort.

Il a tes tas de possibilité. Il faut seulement faire une supposition, plus elle est saugrenue et plus vous aurez la chance de trouver des idées.  

Et si est le meilleur exercice que l’on puisse concevoir pour trouver des idées. Il demande de l’entrainement mais une fois qu’on a appris à ne plus se fixer de limites il est génial. Au final, le « et si » est simplement un jeu d’association, il est régressif, parce qu’il nous fait remonter à l’enfance.

Lorsque vous faites l’exercice du « et si » essayez de vous donner entre 5 et 10 min, avant soit d’arrêter l’exercice, soit de changer de proposition, afin de ne pas passer trop de temps sur les mêmes idées et de pouvoir obtenir un maximum d’idées. 

Mon professeur de théâtre disait toujours que le jeu de l’acteur est comme le jeu des enfants. Pour les enfants tout est possible. Lorsque l’on cherche à trouver des idées, c’est à cet état enfantin qu’il faut tendre. Si vous avez la chance d’avoir des enfants à porter de vue, regardez-les jouer. Vous constaterez qu’avec eux, il n’y a rien d’impossible, tout est possible, dans l’imagination. Donnez-leur un torchon et ils deviendront super-héros, princesse, inventerons une montgolfière… Bref, aucune limite.  

Dans cet article, j’ai abordé la notion de temps, j’y reviendrais dans un prochain article et je vous expliquerais deux ou trois petites choses sur la durée des exercices. En attendant, n’oubliez pas vous pouvez me laisser un petit commentaire, ou me rejoindre sur ma page Instagram. J’espère que ce petit exercice vous aura plu, à samedi.

Ponine 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s