Ma saga : le thème

Coucou à tous,

Aujourd’hui j’avais envie de vous parler de ma saga et du thème que j’ai choisi de développer. C’est tout même une vaste question parce qu’entre le moment où j’ai eu la première idée de cette saga et aujourd’hui, il y a eu de très nombreuses années.

Je ne me souviens plus pourquoi j’ai choisi le thème. C’était il y a bien trop longtemps et je n’ai pas conservé les notes que j’avais prise à cette époque. Seulement, voilà aujourd’hui je sais de quoi parle ma saga, je sais pourquoi je me suis dirigée vers ce thème principal.

Pour moi, le thème d’un roman ce n’est pas l’idée principale, ce n’est pas l’intrigue principale, c’est plutôt une valeur que l’on a envie de défendre et de mettre en avant. Oh, bien entendu, cela ne signifie pas que l’idée ou l’intrigue ne soit pas liée à cette valeur que l’on souhaite défendre. Cela ne signifie pas non plus qu’un roman ne doit être basé que sur une seule valeur, mais qu’il y a un fils d’Ariane, une ligne de conduite principale.

Dans ma saga, je voulais parler du thème de la double personnalité. C’est un thème qui me fascine depuis aussi longtemps que je me souvienne. Dans la première version de ma saga, il existait réellement un double de mon héroïne principale et qui était aux antipodes de sa personnalité. Seulement, je n’étais pas convaincue du besoin d’avoir Une GENTILLE et Une MECHANTE. C’était un peu trop lac des Cygnes (j’avais 12 ans à l’époque et je ne connaissais pas encore grand chose à la culture). Alors, j’ai mis longtemps avant de comprendre qu’il ne fallait non pas deux mais un seul personnage pour incarner ce mythe de la dualité de personnalité – qui est en réalité un thème largement abordé que ce soit en littérature, qu’en jeux vidéos etc mais j’étais jeune et inculte.

Si je devais dire ce qui m’a le plus inspiré pour ce thème, je crois que je ne parlerais pas de mes souvenirs d’enfants mais que je prendrais pour source d’inspiration le thème du Doppelgänger. Nous avons tous de mauvais côté, des défauts, une part d’ombre en nous, c’est ce que je voulais développer. Le thème du double est récurant dans les civilisations, mais avant que je ne m’y intéresse je ne pensais pas qu’il y avait une telle culture du mythe du double maléfique. C’était réellement déstabilisant lorsque je me suis rendue compte à quel point ce thème était largement exploité. Pourtant, je n’ai pas eu envie de renoncer à ce thème pour autant et j’ai forgé ma propre conception du mythe du double.

Pour autant, ce thème principal qui pourrait naïvement se résumer par le bien et le mal, n’est pas du tout visible dans mes intrigues. Je n’ai pas cherché à construire mes intrigues, ni les quêtes de mes personnages autour de ce thème. Selon moi, il n’est pas nécessaire de faire tourner ses intrigues autour du thème principale. Le thème peut apparaître part la personnalité des personnages, part leurs actes, même si les intrigues ne le mette pas en avant. Je considère les intrigues comme des objectifs à atteindre, alors que le thème c’est ce qui ressort de l’histoire. Pour schématiser, je dirais que : L’intrigue serait donc l’objet de la quête, alors que le thème serait la leçon de cette même quête. C’est de cette manière que j’ai choisi de construire ma saga, et si chaque tome se penche sur des intrigues différentes – tout en gardant l’intrigue principale comme trame de fond – le thème reste le même – même si d’autres thèmes peuvent apparaître en même temps (oui, je sais c’est compliqué quand on écrit une saga.).

Et pour vous : est-ce que le thème et l’intrigue principale doivent aller dans la même direction ? Est-ce qu’il faut forcément que l’intrigue principale soit le thème ?

Bonne journée,

Ponine.

Publicités

3 réflexions sur “Ma saga : le thème

  1. Julien Hirt dit :

    C’est intéressant de découvrir de quelle manière tout cela s’est élaboré pour toi! J’ai déjà eu l’occasion de parler du thème sur mon blog: pour moi, tout part de là et tout s’articule à partir de lui.

    J'aime

  2. Hiéra dit :

    Ça me parait plutôt une bonne chose que le thème soit séparé de l’intrigue : ça évite le risque de matraquer une morale, et que le lecteur le ressente comme quelque chose de forcé et d’artificiel…
    A ce sujet, j’aime bien le point de vue de Stephen King dans Écriture mémoires d’un métier (j’en parle dans cet article : http://hieroglyphesetpattesdemouche.com/ecriture-memoires-dun-metier-king/). Il écrit son premier jet sans se préoccuper du thème et ensuite seulement il le cherche dans son manuscrit et le renforce dans les versions suivantes.
    C’est une approche qui fonctionne plutôt bien pour moi pour l’instant. Mon premier jet était plutôt chaotique mais j’ai pu en tirer deux thèmes principaux (les impacts négatifs et positif d’internet, et la volonté de vivre), ce qui m’a aidé à renforcer la fin de mon roman et à consolider plusieurs intrigues secondaires.
    Le thème doit être un des sujets les plus nébuleux sur l’écriture, mais c’est aussi un des plus intéressants… Merci de l’avoir traité !

    Aimé par 1 personne

    • Les conseils de Ponine dit :

      C’est vrai que chaque auteur est différent. J’ai d’ailleurs utilisé quelques idées que King développe dans son mémoire d’un métier, parce que je les trouvais vraiment intéressantes.
      Ah les premiers jets sont souvent chaotiques, c’est ce qui fait leur beauté et notre agacement ^^
      Merci à toi d’avoir laissé un commentaire. ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s