Nanowrimo bilan jour 20

Bonsoir tout le monde,

Le camp nanowrimo d’avril 2018 s’achève dans dix jours, il est tant de faire le bilan de ses vingt premiers jours. Je dois dire déjà que ces jours sont passés très rapidement, trop même.  

Aujourd’hui fut une journée prolifique. Levée très tôt, j’ai pu écrire et avoir un max d’énergie et de temps pour faire plus qu’écrire : un peu de sport, un peu de russe et de lecture et surtout profiter un peu du soleil.

Aujourd’hui, deux heures d’écriture pour un total de 4 334 mots. Je suis donc arrivée à écrire un roman de 45 589 mots, mais je ne pense pas dépasser les 60 000 mots pour ce roman. Petit roman donc, mais ce n’est pas ce qui compte. Je suis donc contente de ma journée très productive et plutôt agréable malgré quelques mauvaises nouvelles hier qui je le pensais m’auraient gâché la journée.

Au vue des nouvelles d’hier, j’ai décidé de relire Réfléchissez et devenez Riche de Napoléon Hill, que j’ai déjà évoqué sur le blog.  J’avais besoin de motivation et de courage, chose que je retrouve toujours dans les pages de ce livre. C’est gonflée à bloc que j’ai pu reprendre mon camp nanowrimo ce matin, après une journée d’absence.

Cette après-midi, j’ai pu regardé un film que je n’avais encore jamais vu : L’esclave Libre, avec Clark Gable. Je suis une grande admiratrice de Gable, non seulement, en déplaise à mes cousines, mon grand-père lui ressemblait beaucoup, mais également il avait un grand talent. Bien sûr le talent, ça se discute. Pour ce qui est de ce film, je trouve la fin bâclée, la dernière scène m’a fait me demandé si le réalisateur avait assez de budget pour achever son film. J’ai aimé l’histoire et je trouve que ce n’était clairement pas le plus grand film de tous les temps mais il reste bien meilleur (à mon gout !!) que la plupart des films qui sortent en salle aujourd’hui.

J’ai également profité de la journée pour regarder les prochains MOOC auxquels je compte m’inscrire, pas tout à fait de choix pour le moment, mais je vais voir pour le mois prochain.

Mais quand est-il de mon challenge d’écrire mon roman pour le camp nanowrimo en 25 à 30 heures ?

J’ai calculé qu’il m’a fallut 22 heures 10 pour écrire les 45 589 mots de mon roman. Et bien, je pense pouvoir écrire les 50 000 mots en 25 heures de ce fait, je suis plutôt contente, parce que je suis convaincue qu’il est mieux pour moi d’écrire rapidement sinon je me lasse. J’ai également besoin de challenge pour me motiver et me tenir en haleine. Alors oui, je suis contente, même si je sais que pour certains se donner un tel défi : écrire 50 000 mots au moins en 1 mois et écrire ces 50 000 mots en 25 heures, passe pour de la folie mais pour moi c’est nécessaire.

Bien entendu écrire rapidement n’est pas gâche de qualité, pour certains c’est même tout le contraire et il faut mieux écrire lentement que rapidement, mais je suis également convaincue que nous avons tous des modes de fonctionnements différents et que ce qui est bon pour une personne n’est pas bon pour une autre.  

 

Et vous, ou en êtes vous de votre camp nanowrimo d’avril 2018 ?

Avez-vous avancé  comme vous le désiriez ?

Bonne soirée,

Ponine

Publicités

3 réflexions sur “Nanowrimo bilan jour 20

  1. hieroglyphesetpattesdemouche dit :

    C’est amusant les différences de fonctionnement entre auteurs. En dix minutes, je suis incapable d’écrire plus de quelques phrases, il me faut très longtemps pour « démarrer ». Je travaille optimalement sur des plages de 2 heures (et plutôt autour de 800 mots par heure…).
    Est-ce que tu as des habitudes particulières pour arriver à te concentrer rapidement ? Dans un de tes bilans précédents, tu parlais de passer 30 minutes à « flemmarder » en pensant à ton roman, est-ce que tu perds en efficacité si tu ne le fais pas ?
    Bon courage pour ces derniers jours !

    J'aime

    • Les conseils de Ponine dit :

      Je flémarde surtout en me réveillant le matin, ou le soir avant de m’endormir, ce sont les phrases ou je pense à mes scènes. Je visualise clairement les personnages ma tête, un peu comme si j’avais des acteurs et je les fais agir à ma guise durant ces minutes où je flémarde. Si je ne flémarde pas…alors je ne pense pas que je puisse perdre en efficacité, mais je ne peux pas vraiment dire. J’ai toujours eu l’habitude de me raconter des histoires avant de m’endormir. A vrai dire, je ne m’endors pas avant de me raconter quelque chose. J’ai besoin de me raconter mon histoire du soir, sinon c’est l’insomnie, mais ces histoires du soir ne sont pas forcément des histoires en rapport avec mon roman du moment.
      Sinon, je n’ai pas de rituel à proprement parler pour me mettre à écrire. Il suffit que je mette en marche mon minuteur et c’est parti. Mais dix minutes c’est le maximum que je puisse me concentrer avant d’avoir envie de faire autre chose.
      Tu sais chacun est différent. Tu dois certainement passer moins de temps à corriger en écrivant à ton rythme que moi au mieux. ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s