Les troubles du comportement alimentaire

un sujet un peu différent aujourd’hui, mais je crois qu’il est utile de parler de certains sujets parfois, ne serait-ce que dans un but cathartique.

Les troubles du comportement alimentaire vaste sujet. Lorsque l’on entend TCA, on pense souvent à :

Anorexie

Boulimie.

Seulement, ces troubles ne s’arrêtent pas qu’à cela là. On parle aussi de phobie alimentaire, d’orthorexie, de boulimie sportive, l’hyperphagie. Certains vont même à classer les personnes en surpoids et / ou obèse dans cette catégorie. Pour ma part, j’ai dû mal à considérer les personnes obèses ou en surpoids comme ayant des troubles du comportement alimentaire, on peut être en surpoids à cause de certains médicaments, à cause d’un dérèglement de la tyroïde ou d’autres maladies. Le poids n’est que la partie visible de la maladie et ce n’est pas un facteur déterminant pour dire « à l’œil nu » si une personne est malade ou non.

Ce qui est étrange avec les troubles alimentaires c’est que l’on ne possède pas nécessairement le physique associé. Souvent on s’imagine qu’une anorexique est maigre comme un clou, qu’une boulimique est en surpoids et une personne atteinte d’hyperphagie est obèse. Bref, ce n’est pas toujours le cas. L’anorexie certes entraine une perte de poids, mais elle peut être non visible. L’anorexique ne passe pas de (par exemple) 60 kilos à 30 kilos en 1 mois. Parfois, elle peut juste perdre quelques kilos et paraître tout à fait « normale ». Mais ici, ce ne sera pas le propos.

Ce que j’ai plutôt envie de vous dire se résume facilement :

Arrêtez de juger les personnes souffrantes de Troubles du comportement alimentaire comme des abrutis qui décident de se pourrir la vie !

 

J’entends fréquemment les gens dire : « ah mais si Machine ne se faisait pas vomir, elle irait bien » ; « tiens si trucmuche mangeait et bien elle ne serait pas malade » ; « arrête de bouffer et tu ne seras pas Grosse ! » ; « mange ça c’est bon pour la santé, le reste c’est de la cochonnerie » ; etc

Ce sont des phrases qui m’agacent et elles devraient tous nous agacer. Pourquoi ? Parce que les troubles du comportement alimentaire sont des maladies, je dis bien des maladies : certes elles sont mentales donc dans la tête, donc on ne les voit pas. C’est sûr qu’il est bien plus facile de s’apitoyer sur une personne qui a un « vrai » trouble comme une maladie physique que sur un trouble que l’on ne voit pas (supposer faux parce que rien ne prouve que c’est réel à part les dires du patient).

Un trouble du comportement alimentaire c’est comme un cancer  – ça vous ronge de l’intérieur et ça part de pas grand chose au début ; ça commence par une petite idée (une cellule défectueuse pour le cancer) et qui se multiplie jusqu’à ce que l’on soit trop malade pour ne pas s’en rendre compte. L’idée qui peut faire germer la maladie est parfois banale, disons une idée que l’on pourrait tous avoir durant les jours de cafards ou que l’on entends de la bouche des autres : « t’es gros » ; « t’es seule » ; « t’es pas athlétique »; « si tu manges ça tu vas mourir » ; « personne ne t’aime »; « t’es pas assez bien » et cette petite idée elle va en amener d’autres ( ces petites copines qui vont et viennent) et puis d’autres, jusqu’à ce que le cerveau se mette à être d’accord avec les idées et décident de tout faire pour combattre tout ce qui est « mauvais » : grosso modo ce qui est mauvais est souvent les aliments donc « il faut » soit s’en priver (tout ou en partie) soit se goinfrer pour « remplir le vide » et vomir après parce que l’on a honte, ou faire du sport parce qu’il ne faudrait pas « grossir ». Et une fois que le cerveau est tombé dans le piège pour s’en sortir cela devient compliqué. 

Alors oui, quand je surprends des gens « bien intentionnés » dire que la personne souhaite « un peu » être malade ça m’énerve.

Qui peut souhaiter se détruire de cette façon ? Qui peut avoir envie de détruire son corps si ce n’est une personne en réelle souffrance ? Quand une personne souhaite voir son corps disparaître ou le remplir avec de la nourriture parce qu’elle est en détresse émotionnelle et que c’est le « seul » moyen qu’elle a (trouvé) pour garder le contrôle sur elle-même, non ce n’est pas un choix plaisant. Bien entendu, qu’il y a pire, mais il y a toujours pire, pourtant on ne se réveille pas un matin en se disant « tiens et si je m’affamais pour voir, ça a l’air cool ». Quand une personne passe 30 heures par semaine à la salle de sport pour ne pas grossir (je ne parle pas du prof de sport, hein lui c’est son métier ^^) et qu’elle met ses os, ses muscles, ses tendons et ses nerfs sous pression quitte a subir des fractures ou des blessures importantes ce n’est pas parce qu’elle n’a rien d’autres à faire de sa vie. Quand une personne boulimique risque de nourrir à cause d’une grosse carence en potassium, elle ne le fait pas par jeu. L’anorexique qui peut mourir à tout moment d’un arrêt cardiaque n’est pas juste une personne qui veut ressembler à une mannequin parce que c’est amusant.

 

Ce sont de réelles maladies

qui peuvent

avoir des conséquences désastreuses  !

 

Attention, je ne fais aucunement l’apologie des troubles du comportement :

ce sont des maladies !

Je dis seulement qu’il faut cesser de juger les malades comme des imbéciles qui ont « envie » d’être dans l’état dans lequel ils se trouvent. Personne n’a envie d’être malade ! Je suis d’accord pour dire que l’on est pleinement responsable de ce qu’il nous arrive dans la vie, de la manière dont nous gérons nos émotions, dont nous réagissons à ce qu’il nous arrive, mais même si notre manière de réagir est « mauvaise », « excessive », « pas cohérente » (en tout cas pour les autres) personne ne choisi sciemment de souffrir de trouble du comportement alimentaire.

Je voudrais juste que les gens comprennent que même :

-si une anorexique mange, elle n’en reste pas moins en souffrance.

-si une personne est boulimique et qu’elle ne fait pas de crise vomitive, elle n’en reste pas moins en souffrance.

-que l’hyperphagie contrôlé n’est enlève pas la douleur.

-que même si la personne atteinte de « boulimie sportive » ne passe pas X heures dans la salle de sport, elle n’est pas moins obsédée par les calories.

On ne soigne pas ce genre de trouble en mangeant, ou en cessant d’avoir des crises, on se soigne ou plus exactement on soigne ces maladies par des thérapies, par une prise de conscience, par soigner la source du mal être et pas par des remontrances, des brimades, des jugements de valeurs.

Si vous croisez, rencontrez, avez dans votre entourage une personne malade ne lui dites pas qu’il faut qu’elle mange pour vivre, ou qu’elle cesse de se faire vomir, ou de faire du sport parce que cela ne l’aidera pas. Dites lui plutôt à quel point cette personne est belle, à quel point vous tenez à elle et faites avec elle des activités qui n’ont pas de rapport avec l’alimentation et laissez le soin aux thérapeutes se chargeaient de la partie « alimentaire » et rabat joie du « tu vas mourir si… ».

 

Merci, à vous qui m’avez lu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s