les cinq manques qui nous empêchent d’écrire

Cet article s’intitule les cinq manques qui nous empêchent d’écrire, mais cela aurait pu parler des manques qui nous empêchent de faire du sport / de réussir dans la vie / de lire / d’être heureux / de se faire des amis / de prendre du temps pour soi / de peindre / de … (à vous de choisir).

Les cinq manques qui nous empêchent d’écrire sont :

  1. le manque de temps

Je ne sais pas vous mais moi je trouve que le temps passe trop vite. Il défile (sauf quand on a envie de se sortir d’une mauvaise passe où il paraît ralentir allez savoir pourquoi). Dans le manque de temps qui empêche d’écrire on peut trouver deux gros facteurs :

les réelles occupations / activités / personnes qui font que l’on manque de temps : dans cette catégorie je pense que l’on peut clairement dire que les enfants, le conjoint, le travail ou l’école et les obligations sont de réels facteurs. Ces facteurs là vous êtes obligé de faire avec, de composer avec leurs existences.

Et puis il y a les autres facteurs qui découlent tous du manque d’organisation.

Le manque de temps se gère très bien, en s’obligeant à consacrer au moins quelques minutes par jour à l’écriture. J’ai fait plusieurs articles sur le sujet par le passé : Tutoriel de septembre : se créer une routine ; devenir plus prolifique ; La méthode SMART a changé ma vie ; bâtir son plan d’action pour devenir écrivain : gérer le temps de travail

2. Le manque d’envie

Si écrire ne vous intéresse pas (aussi valable pour le sport ou autres activités) alors vous allez avoir bien du mal à vous y tenir. Si vous vous êtes lancé dans l’écriture, « pour voir », pour savoir si cela était fait pour vous et que vous vous rendez compte que non, cela ne vous motive pas, je vous encourage à trouver autre chose. Ce n’est pas mal de ne pas avoir envie d’écrire si cela ne vous intéresse pas, c’est même une bonne chose que d’avoir essayé.

En revanche, si le manque d’envie vient de votre projet, je vous encourage à en changer. Je sais que je répète depuis presque un an sur ce blog qu’il faut se tenir à son projet et l’achever mais si vraiment vous êtes bloqué, que vous tournez en rond et que vous en venez à détester l’écriture c’est que ce projet est :

  • soit trop ambitieux pour vous
  • soit qu’il demande un effort sur un temps trop long
  • soit qu’il n’est pas fait pour vous ou plus fait pour vous.

Je suis sur ma saga depuis l’âge de 12 ans, c’est long, franchement j’en ai parfois assez de ma saga, seulement je me rend compte que les idées que j’avais à 12 ans et bien elles ne sont plus valables aujourd’hui, parce qu’à présent j’ai des yeux d’adultes. Si vous êtes comme moi et que vous écrivez une saga, il serait peut être bien d’écrire autre chose, d’avoir un autre projet de temps à autre afin de vous redonner « envie » et de « voir autre chose ». Je ne vous dis pas d’abandonner votre projet, je vous parle de faire une pause dans ce projet et de revenir plus tard avec des yeux nouveaux et des idées plus claires.

3. Le manque de confiance en soi

Pour le coup, le manque de confiance en soi je connais, pas pour l’écriture mais pour tout le reste, longtemps j’ai manqué de confiance en moi mais c’est fini, aujourd’hui je fais de la méditation, je lis des livres de développement personnel et je me sens bien mieux.

Vous voulez une bonne nouvelle ? plutôt 5 …

  • Avoir peur de la page blanche ne fera que vous empêcher d’écrire.
  • Avoir peur du regard des autres ne changera pas leur critique.
  • Avoir peur de vous perdre dans votre histoire peut se gérer en adoptant un plan d’écriture ou en travaillant ses personnages.
  • Avoir peur de ne jamais achever son roman…alors écrivez
  • Peur de l’échec ? Et bien écrivez.

C’est une belle leçon que mon ex m’a apprise (pour une fois qu’il servait à quelque chose celui-là) : la peur n’empêche pas les choses de se produire. Cela je l’ai appris à mes dépends ; plus j’avais peur qu’il me quitte et plus il s’éloignait jusqu’à ce qu’il m’ait quitté, et si aujourd’hui j’affirme haut et fort : bon débarras, la leçon je l’ai apprise quand même : plus on craint que quelque chose n’arrive plus cette chose arrive. Cela fait également parti des lois de l’attraction. Alors n’ayez pas peur c’est là que les mauvaises choses se produiront.

4. Le manque d’inspiration

La pour le coup c’est le manque qui est le plus difficile à prévoir.

Des cinq manques qui empêchent d’écrire, le manque d’inspiration est celui que l’on ne peut pas prévoir. On peut faire un plan détaillé de son roman, mais cela n’empêchera jamais qu’à un moment on se dise « mince, je ne sais plus quoi écrire ».

Je vous conseille dans ces moments là de revenir aux sources de l’histoire, de rouvrir votre BUJO d’écrivain, votre carnet de relire vos premières idées sur le roman, de reprendre vos fiches de personnages, de regarder les objectifs de chaque personnage, de l’histoire et de votre thème. Bref, revenez aux sources.

Si cela n’aide toujours pas, prenez des vacances ! Allez faire un tour, allez au cinéma, allez voir des amis, allez visiter un château, faites autre chose : méditer par exemple ! Il y aura bien un moment où l’inspiration va revenir, après tout nous ne sommes pas des robots.

5. Le manque de motivation

C’est un peu comme le manque d’envie.

Il y a quelques jours je vous proposais d’avoir un rituel pour écrire et bien peut être que votre rituel n’ait plus aussi inspirant et qu’il faut en changer. (Tutoriel de septembre : se créer une routine)

Peut être avez vous besoin d’autre chose : comme une nouvelle bougie parfumée, écrire dans un nouveau lieu, avoir un nouveau dessous de main, de nouvelles images sur les murs.

Pour ma part, je viens d’ajouter de nouvelles cartes postales sur mon tableau de liège, juste en face de moi lorsque j’écris. J’avais une carte postale de l’impératrice Eugénie lors de son mariage, aujourd’hui, j’en ai une autre de la Chartreuse de Neuville sur mer et un autre représentant un arbre de vie, la lune et le soleil (une carte qui était offerte lors de mon achat d’un jeu de tarot). J’ai également accroché la dernière carte d’anniversaire que j’ai reçue et voilà rien que cela et je me sens dépaysée. J’ai également acheté de nouvelles bougies parfumée, de nouvelles pierres de lithothérapie. Parfois, il en faut peu pour se sentir bien et cela aide à se sentir plus motivé.

 

Les cinq manques qui empêchent d’écrire sont tous plus ou moins gérable mais ils peuvent vous bloquer durant très longtemps si vous n’y faites pas attention. Et s’il y a bien un seul conseil que je puisse vous donner : ne jamais avoir peur !

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s