Mon expérience en tant que libraire

Durant quelques semaines, j’ai testé le métier de libraire. Pour la première fois de ma vie je me suis sentie à ma place quelque part. Eh oui, tout arrive. Pour la première fois de ma vie, j’étais heureuse de me lever le matin et d’aller au travail. Ce travail a passé si vite que lorsque j’ai dû dire au revoir à mes collègues et bien ni eux ni moi n’avions envie de partir et on pensait tous que j’étais arrivée la veille.

Mais c’est quoi au juste être libraire ?

C’est passer sa vie dans les livres. Sans déc’, j’ai dû voir plus de livres en quelques semaines que durant toute ma vie. J’ai mis en rayon, j’ai retiré du rayon (on appelle cela le picking, enfin ça c’est quand on scanne livre par livre pour retirer les livres trop anciens du rayon afin de faire de la place pour les nouveaux – sinon on peut faire la même chose mais avec un listing – personnellement je préfère le picking ça permet de voir tous les livres et de les ranger en même temps). Ensuite, on doit faire du retour, ça c’est quand remet en carton tous les vieux livres et qu’on les envoient chez les fournisseurs. J’ai découvert que je pouvais soulever 20 kilos à la force des bras. Un exploit pour la crevette que je suis.

Le travail de libraire, on pense qu’il faut surtout savoir conseiller le client, que nenni, il faut surtout avoir une patience d’ange avec les ****** de clients qui nous prennent pour madame IRMA « je veux le livre, vous savez le livre bleu celui qui est sorti y’a six ans »…euh?? Ou bien « je veux le livre dont ils viennent de parler à la radio ? Quoi, vous n’avez pas écouté la radio ??? » Et que tu te forces à ne pas répondre « mais bon sang Madame, je travaille depuis 9 h ce matin, vous croyez que je faisais quoi y a 5 min ? Je conseillais un autre client ». Bref, il faut être sacrément patient. Il faut savoir composé avec les clients « déçus » (sacrément en colère, oui !) qui vous disent que vous n’avez rien en rayon (ah bon ??) tout ça parce que vous n’avez pas un livre méga précis sur un sujet plus précis encore et un livre sorti 10 ou 20 ans plutôt qui ne s’est d’ailleurs presque pas vendu « mais vous devez l’avoir, il est en vente sur internet ! ». Humm, no comment. Bref, les clients nous prennent pour la BNF.

Il y a aussi les élèves (au sens large), « je veux le cahier d’anglais. » « Euh, ok, lequel ? » « Bah celui que vous avez vendu à Mimi la semaine dernière » humm…Comment dire : je ne suis pas madame Irma. Bref, c’est toujours marrant et embêtant, surtout pour quelqu’un comme moi qui aime faire plaisir aux autres et leur apporter tout ce dont ils peuvent avoir envie pour les satisfaire et pour être « aimée ». Je n’y peux rien j’aime être appréciée.

En tout cas, j’ai aimé ce travail, j’ai adoré les gens, même les clients les plus relous, les plus nazes, les plus totalement décalés (« je veux les crayons … » madame on est au rayon livre « ah bon ? je croyais que c’était la peinture ici »…) bref, j’ai attiré les clients « bizarres » mais ça va j’ai l’habitude.

Pour une fois dans ma vie, je ne me suis pas plainte, j’ai raconté des choses qui m’arrivaient (comme les clients étranges) à mes collègues parce que dés fois il faut le faire pour faire redescendre la pression et parce que c’est marrant. J’ai pris ce travail très à cœur, sans trop en faire non plus, disons que je me suis épanouie. J’ai aimé mes collègues, apprécié leur compagnie, je me suis sentie à ma place et c’était une aventure incroyable, même les tâches les plus rébarbatives m’ont semblés être tellement formidables que j’ai envie de continuer ce travail. Je sais qu’il est payé au lance-pierre, il ne faut pas se mentir, je n’ai même pas gagné de quoi vraiment payer mes factures, mais je trouve cet emploi …comment dire, très complet avec celui d’écrivain. Si je pouvais travailler à la fois comme libraire à temps partiel (25 h / semaine) et comme écrivain (je veux dire gagner assez ma vie pour en vivre hein) je serais la personne la plus épanouie du monde. Evidemment, je ne cracherai pas sur le fait de devenir « millionnaire » grâce à l’écriture (qui cracherait là-dessus ?) mais je suis à la fois optimiste et réaliste.

Mais c’est quoi d’autre être libraire ?

C’est passé sa vie à raconter la même chose « pour le retrait des commandes c’est à l’accueil du magasin » (et tu te retiens d’ajouter « je vous l’ai dit hier quand vous avez passé la commande »). C’est aussi ranger et classer dix fois le même rayon dans la journée, parce que les clients ne respectent pas ton travail. (Des fois, c’est la sensation que j’ai eu. Je ne dis pas que je remet toujours tout à la même place, mais quand tu prends un livre d’un rayonnage, pourquoi ne pas le reposer à la même place ?). Parfois, tu te dis aussi que les gens s’en moquent totalement que tu sois là pour les renseigner et ils préfèrent renverser le rayon plutôt que de te demander, c’est navrant. Je veux dire les vendeurs ne mordent pas, et je suis peut être une de ses clientes qui s’arrangent pour ne jamais rien demander aux vendeurs de peur de les embêter j’ai au moins la logique de ne pas renverser un rayon pour « rien ». Bref, ça met les nerfs à rudes épreuves parfois mais c’est un boulot très cool pour qui aime les livres. Je peux donner l’impression que je me plains, mais en vrai, j’ai adoré devoir repasser derrière les clients pour ranger, j’ai aimé être là pour les conseiller, j’ai même adoré quand ils m’envoyaient balader (non, je ne suis pas maso) seulement, j’aimais être là- bas, j’aimais ce travail, toutes les facettes de l’emploi d’ailleurs.

 

Publicités

5 réflexions sur “Mon expérience en tant que libraire

    • Les conseils de Ponine dit :

      En ce qui concerne la dyslexie as-tu entendu parler des nouvelles recherches scientifiques ? La dyslexie serait causée par un « problème » aux yeux.
      Etant moi-même dyslexique, je comprends parfaitement ^^

      Aimé par 1 personne

      • Gilles Labruyère dit :

        Oui, je l’ai entendu et cela ne résonne pas en moi. Je préfère ce qu’Elena Pasquinelli en dit dans « Mon cerveau, ce héros ». Elle dit que des zones du cerveau de la vision sont reconvertis à la lecture … moins facilement chez les dyslexiques. Cela fait sens chez moi parce que les dyslexiques que je connais sont des champions de la vision et en particulier de la vision en 3D. Limiter la dyslexie à une difficulté à reconnaître ou à écrire les lettres, ce que l’éducation nationale a tendance à faire, me paraît très réducteur. Ceci écrit, je crois qu’il y a autant de dyslexies que de dyslexiques. Une toute belle continuation à vous, Ponine.

        J'aime

        • Les conseils de Ponine dit :

          Pour ma part, ayant une malformation du nerf optique (découverte récemment), je me pose des questions. Est ce que ce trou dans mon champ visuel ne pourrait pas être la cause de mes soucis… Mystère. Parce que moi la vision en 3D ….je dirais que ce n’est pas du tout mon fort. Je crois qu’il reste beaucoup de travail à faire pour découvrir les « causes » de la dyslexie. Certains disent que c’est uniquement psychologique (enfant c’est ce que l’on me disait et la notion que j’ai retenu c’est « tu es cinglée va voir un psy » ce qui m’a un peu agacé). Après, je pense que la vue est peut être en cause, peut être que aussi le cerveau, mais je crois que l’on ne peut pas tout réduire à « c’est dans ta tête ». ^^

          Aimé par 1 personne

          • Gilles Labruyère dit :

            La dyslexie n’est certainement pas « psychologique » ! Il y a trop de coïncidences entre la dyslexie d’un côté et les dessinateurs CAO, les cinéastes, les animateurs de dessins animés, les architectes, les ingénieurs mécaniciens (mon domaine) … pour que la vision et la dyslexie ne soient pas liées. Une toute belle continuation à vous, Ponine, et prenez bien soin de vous.

            Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s