Penser à la chute

Penser à la chute du roman, à sa fin, au climax, voilà qui est primordial si l’on veut pouvoir écrire une texte qui est cohérent. Savoir comment l’histoire s’achève, sur quel évènement et par quelle issue permet d’une part, de visualiser la structure, d’autre part de rester motivé durant l’écriture, enfin de ne pas aller dans n’importe quelle voie.

Penser à la chute devrait se faire dès les premiers jours de réflexion sur le roman. On peut essayer plusieurs alternatives possible durant la phase de recherche, pour ne choisir que la chute qui nous semble la mieux adaptée et les plus riches.

Visualiser les scènes possibles permets de savoir si elles seront cohérentes avec le héros et l’histoire que l’on a inventé.

Est-ce qu’il faut forcément que l’histoire se finisse bien ? Non. Si votre thématique est l’amour, votre héros peut commencer par être en couple et achever l’histoire seul mais heureux, ou même seul est malheureux. Vous pouvez également le faire commencer dans l’histoire célibataire et achevait l’histoire de la même manière. Il peut également rencontrer une personne. Les fins heureuses ne sont pas obligatoires. Personne ne vous reprochera une fin qui n’est pas heureuse si le roman tend vers cette fin.

Comment fait-on pour trouver la fin idéale ?

On se laisse porter par l’histoire ? On se concentre sur ce que désire le lecteur ? On n’en fait qu’à sa tête ?

Il faut tout d’abord penser au conflit de votre héros. Que veut-il concrètement ? Quel est son but dans la vie ? Dans l’histoire ? Dans le laps de temps sur lequel se concentre l’histoire ? Voyez le héros comme une vraie personne, qui a des objectifs de vie à court, moyen et long terme.

Tout comme nous, les personnages d’une histoire doivent avoir un passé, un présent, un avenir. Sans pousser le vice jusqu’à raconter ou s’imaginer toute la vie de votre personne de sa naissance à sa mort, aller dans les grandes lignes. Un personnage jeune peut avoir envie de fonder une famille, de trouver l’amour, un travail, d’avoir telle ou telle vie : par exemple, il peut désirer avoir 3 enfants, une maison à la campagne, un appartement en ville, être maire de sa ville et avoir un statut social privilégier et une femme. Si votre personnage à 15 ans, c’est un désir sur le long terme, s’il en a 30 les projets sont peut être plus sur le moyen terme, du moins certains, s’il en à 45, et qu’il n’a pas réaliser tous ces projets par exemple les enfants et l’épouse, on peut penser que le terme de ce désir doit être très proche et qu’il veut que cela se réalise à court terme.

Une fois que vous savez ce que désir votre héros, vous pouvez vous concentrer sur ce la manière dont peut finir votre histoire. Voulez vous que votre héros obtienne ce qu’il désir ou au contraire, voulez vous qu’il souffre ou qu’il n’obtienne que la moitié ou une partie de ce qu’il désir.

La fin de l’histoire peut être ou ne peut pas être devinée par le lecteur durant la lecture. Dans tous les cas, elle peut être et doit restée surprenante.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s