Un équilibre brisé

Un équilibre brisé : Voilà comment on pourrait définir un roman.

L’équilibre c’est le point de départ du roman. Il y a une situation initiale, celle dans laquelle le héros se sent bien. La mise en place de l’équilibre n’a pas à se faire, il doit être simplement visible durant les premières pages. Un roman peut également passer directement à la rupture de l’équilibre de la situation du héros ou commencer après la rupture. Pourtant dans n’importe lequel de ces cas, un avant a existé.

 

Que vous choisissez de parler de cet avant ou non, vous vous devez de le connaître.

Comment vivait votre héros avant l’histoire? Quel était son équilibre de départ ? Avait-il une femme, des enfants, des parents ? Avait-il un travail ? Etait-il au chômage ? Quelle était sa vie ? Etait-il satisfait ? Insatisfait ? Que se passait-il pour lui ? Quels étaient ses routines de vie ?

Bref pensez à sa vie ordinaire.

Qui dit vie ordinaire, dit qu’il faut un changement (brutal ou non)  pour que l’histoire commence. Vous devez en amont vous demander quel peut être ce changement et en quoi, il force le héros à sortir de sa zone de confort.

Pour un roman fantastique ou policier, il peut être assez aisé de savoir quand commence « vraiment » l’histoire, et quel est le moment où le héros doit sortir de sa zone de confort. Pour un roman fantastique, il peut s’agir du moment où le grand vilain se met en guerre, ou encore lorsque l’on confie au héros une quête comme retrouver un objet magique. Pour un roman policier, l’aventure commence avec le meurtre de la victime ou le moment où l’on confie l’enquête au héros. Bref, pour certains genres il est facile de savoir concrètement quand commence l’histoire dans l’histoire du héros. Pour d’autres genres, la rupture de l’équilibre peut être moins brutal. Tout est une question de dosage.

L’équilibre du héros doit également être toujours en danger tout au long du récit. Cela ne veut dire que le héros doit toujours être en conflit, mais que chaque fois qu’il revient à un équilibre celui-ci doit être précaire, jusqu’à la fin de l’histoire.

Si l’équilibre du héros est toujours remit en question, cela ne fait que créer plus de tension dans le récit et donc intéresse le lecteur.

Pour cela, il faut trouver des idées afin que les déséquilibres dans la vie du héros ne soient pas toujours les mêmes. Pour cela, plusieurs choix s’offrent à vous :

-Puisez dans les idées de vos auteurs favoris. Attention, puisez ne signifie pas plagier. Au contraire, il faut adapter à sa manière les idées des autres et les renouveler. Si vous avez apprécié une invasion de zombies dans l’un des derniers romans que vous avez lu, vous pouvez vous en servir, même si votre récit est plus réel, le tout est une question d’adaptation.

-Recherchez dans les faits-divers. La rubrique des chiens écrasés de votre journal local peut vous donner quelques idées. Dans le coin où j’habite, il y a eut plusieurs faits-divers un peu sordide (carrément glauque) mais bien marrant que je me suis jurée d’insérer un jour dans un roman. Dans ma région, les femmes bafouées semblent « apprécier » l’émasculation. J’ai toujours trouvé ces faits-divers très amusants (pas pour les hommes qui le subissent, hein) parce que c’est quelque chose qui ne me serait jamais venue à l’esprit et pourtant dans un roman cela pourrait être très intéressant à exploiter. Si l’idée est morbide, elle peut être un bon point de départ à une mésaventure romanesque. L’avantage de regarder dans les faits-divers c’est que vous ne manquerez pas d’originalité.

-Autre technique pour compiler une liste longue comme le bras d’incidents qui peut survenir dans la vie de votre héros : la discussion avec les amis. Allez voir vos amis les plus créatifs, demandez leur des idées. Ils peuvent se servir de leurs propres expériences, de leurs lectures, des films qu’ils ont pu voir. Bref, toutes les idées peuvent être bonnes à prendre.

Doit-on avoir que des déséquilibres « énormes » ?

Non, il peut y avoir tout un tas de déséquilibres, même de petits déséquilibres sont bons pour l’histoire. Tous les problèmes du héros ne doivent pas le mettre en danger de mort ou lui faire perdre ses amis, sa famille, tout ce qu’il possède. Une épreuve peut être très simple, comme assister à une réunion professionnelle avec une tâche sur sa chemise, ou ne plus retrouver un gant. Une petite épreuve peut être aussi bien qu’une grosse épreuve, afin que le lecteur soit toujours en haleine, mais qu’il ne se dise pas non plus que vous en faite des tonnes uniquement pour impressionner. Les lecteurs n’ont pas envie d’être impressionnés, mais de lire une histoire crédible, intéressante, qui certes mets le héros en danger mais pas une histoire qui n’a pas de sens.

Où puisez-vous les idées d’obstacles

ou de déséquilibres pour vos histoires ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s