Bâtir son plan d’action pour devenir écrivain : définir ses conditions de travail idéales

Bâtir son plan d’action pour écrire un roman (ou plusieurs) demande de se connaître soi-même. Ce qui signifie connaître ses périodes « favorables » de travail, ses « conditions idéales ».

On l’a tous remarqué certains jours tout se passe bien, l’inspiration est là et une bonne fée semble s’être penchée sur notre clavier. Sauf que certains jours, la majorité des jours peut être, tout de coule pas de soit. Même si l’écriture n’est pas des plus pénible ces jours-là, on est « moins inspiré ». Et si ces difficultés venaient de nos conditions de travail ?

Ces conditions de travail sont différentes selon les auteurs. Certains vont avoir besoin d’être dans un lieu particulier, d’autres d’avoir une ambiance particulière, certains d’avoir leur stylo favori ou leur carnet adoré, certain, encore, auront besoin d’être devant une grande fenêtre ou entouré de monde ou complètement isolé.

Pour cela, il faut : se connaître soi-même.

Connaître ce qui est bon pour nous et ce qui ne l’est pas ; c’est définir plusieurs points essentiels.

Le premier point à définir pour trouver vos conditions d’écriture les plus favorables et épanouissantes :

Est-ce que vous avez besoin d’être seul ou entouré ? Vous faut-il être dans un train en marche ? Dans une pièce vide ? Dans un café ? Une bibliothèque ? Comment vous sentez-vous le plus inspiré ou plus exactement le plus en confiance ?

Pour ma part, j‘ai besoin d’être seule. J‘ai testé plusieurs conditions extérieures. J‘ai essayé d’écrire dans les bibliothèques, dans les cafés, dans les trains, seule dans ma chambre, assise à mon bureau ou dans mon lit. J‘ai essayé d’écrire dans le canapé, sur ma table de cuisine lorsque j‘étais étudiante. Qu’est-ce qui fonctionne le mieux pour moi ? Écrire seule, dans ma chambre, assise en tailleur sur mon immense chaise de bureau ou allongée dans mon lit. La seule personne tolérée dans mon espace de travail, c’est ma chienne. Les êtres humains me rendent anxieuse. Je n’arrive pas à écrire lorsque d’autres sont présents, même si elles sont trop loin pour lire au-dessus mon épaule.

La question de la décoration est également importante. Avez-vous besoin que votre bureau soit décoré avec des images rappelant votre roman ? Avez-vous besoin d’un fond d’écran avec des chatons ? Avez-vous besoin d’être devant une fenêtre avec un paysage fixe ? Avez-vous besoin d’être dans une rue bondée ?

Pour ma part, il faut que mon bureau soit installé face au mur. La pièce dans laquelle est installée mon bureau ? Ma chambre. Elle est tapissée en jaune / ocre, mes rideaux sont jaunes orangés et marron. J‘aime les couleurs chaudes. Je ne supporte pas le blanc, le taupe, le gris et toutes ces couleurs à la mode épurées, clairs, sans vie, façon chambre d’hôtel. Chacun ses goûts, pour ma part, je suis incapable de travailler convenablement dans les couleurs « froides » ou « impersonnelles ». Ma chambre est remplie de livre. J’ai deux bibliothèques et 8 meubles hauts remplis de livres.  C’est chargé, surchargé mais c’est ainsi que je travaille le mieux. Être devant une fenêtre me distrait trop quel que soit le paysage.

Autre point important : l’audition. Avez-vous besoin d’écouter de la musique ? D’être dans le silence ? D’avoir la télévision dans l’autre pièce en fond sonore ? Les bruits de conversations vous aident-ils à écrire ? Quelles sont les meilleures conditions auditives pour vous ?

Pour moi, il faut que je sois dans le silence. La télévision ou la musique dans d’autres pièces ne me dérangent pas, mais pas dans la pièce où je suis, même si parfois, je mets un fond de musique, je l’éteins très rapidement.

Un point qui n’est que peu évoqué : l’odorat. Certains ont besoin de mettre une bougie parfumée, d’autre sentir l’odeur du café ou des petits gâteaux pour écrire. Parfois, on peut avoir besoin d’avoir un thé à porté de main, une bouteille d’eau, un café, un chocolat chaud, des petites choses à grignoter : des gâteaux, des bonbons, etc.

Jécris mieux lorsque j‘ai une tasse de thé à mes côtés. Jécris en carburant avec du thé vert classique, sans « parfum », sans sucre. Je bois thé sur thé lorsque jécris. En général, 1 tasse par tranche de 30 min. Quant à la nourriture, il m’arrive de temps à autre de prendre une poignée d’amandes, mais j‘évite la nourriture ou les gâteaux. Je n’allume pas non plus de bougies, les odeurs fortes sont assez problématiques pour moi. Je n’ouvre pas les fenêtres n’ont plus, pour ne pas me sentir « observée » (je suis un brin paranoïaque lorsque j’écris, mais je conçois l’écriture comme un rendez-vous intime, un tête-à-tête romantique et passionnel, donc je préfère être en tête-à-tête avec mon œuvre.).

Dernières séries de questions à se poser : le ou les moments idéaux pour écrire et les supports qui vous sont le plus adapté. Le moment parfait pour écrire peut changer en fonction de son état d’esprit, de sa motivation, de son emploi du temps. Pour savoir quel est ou quels sont ces meilleurs moments, il faut tester, autant que faire ce peu. Quant aux supports, voyez si vous préférez écrire à la main, à l’ordinateur, sur un smartphone (peut être pratique lorsque l’on est en trajet), sur une tablette. Pour ce qui est de l’écrire à proprement parler, vous pourriez préférer écrire sur votre ordinateur. Pour les notes, vous pourriez favoriser un cahier ou un carnet ou un classeur. L’important, c’est que vous vous sentiez à l’aise avec le support et que vous vous y retrouviez.

Pour ma part, je crois que je préfère trouver mes idées et faire mes recherches sur un carnet, faire mes notes sur l’évolution et les fiches de personnages et le plan du roman dans un classeur, je trouve cela plus pratique. Par contre, je suis incapable d’écrire à la main tout un roman. Je le faisais avant, mais j‘ai une écriture tellement insupportable à relire donc je préfère l’ordinateur.

Pourquoi tous ces conseils sont importants ? Et bien, ils vous permettront de savoir, de définir, vos conditions de travail idéales. Bien entendu, ces conditions ne seront pas toujours réunies, mais il sera toujours possible pour vous d’ajouter un petit quelque chose pour vous aider à écrire.

Si vous aimez écrire à la main, garder toujours un carnet sur vous. Si vous aimez écrire assis dans un café, essayer de vous arrêter même quelques minutes dans un café le matin avant d’aller travailler ou le soir. Même si vous êtes dans l’impossibilité d’avoir votre propre espace personnel de travail, peut être pourriez-vous simplement allumer une bougie pour vous mettre en condition, si cela vous aide, ou alors vous pourriez faire une thermos de café pour être certain d’avoir votre café à disposition. Encore investir dans des boules Quies pour échapper aux bruits de la maison.

Des fois, il en faut peu pour être dans de bonnes conditions mentales et physiques pour écrire.

Publicités

8 réflexions sur “Bâtir son plan d’action pour devenir écrivain : définir ses conditions de travail idéales

    • Les conseils de Ponine dit :

      C’est bien plus agréable de pouvoir se mettre en conditions. Tout comme n’importe quoi dans la vie, être dans des conditions optimales = meilleure concentration, plus de productivité et plus de joie. ^^

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s