Ecrire une sage : à quoi faut-il veiller ?

Tout d’abord, faire le choix d’écrire une sage n’est pas un choix aisé. Écrire une saga ce n’est pas seulement écrire un roman et sa suite, donc il faut veiller à plusieurs choses :

Tout d’abord, l’unité. Le héros doit être clairement identifiable. Un univers à part entière. Sans pour autant que votre action ne se déroule toujours dans le même lieu, il faut cependant un lieu pivot. Où les personnages vont se retrouver, où des batailles auront lieu, etc. Le genre doit être le même d’un bout à l’autre de votre saga pour ne pas perdre et embrouiller le lecteur. Les caractéristiques spécifiques à votre univers doivent rester les mêmes.

L’évolution du personnage principal. Choix cornélien. Doit-on écrire une suite de roman à la manière de Fantomette, ou de James Bond (cet exemple parlera certainement à plus de gens.) On remarque deux choix possibles. Soit votre Héros n’évolue pas (Fantomette ou James Bond) soit il évolue (Harry Potter ou Le trône de fer). Si votre héros n’évolue pas, il sera toujours confronté à des actions et des intrigues, mais à le fin rien ne change pour lui. En somme, il n’apprend rien. Si vous faites le choix d’un personnage qui évolue, par exemple Sansa Stark dans Le trône de fer, on remarque que son personnage a nettement évolué, elle a appris de ses erreurs. Ce choix est le plus difficile pour plusieurs raisons :

D’une part, on ne change pas, on évolue, ce n’est pas toujours facile à retranscrire. Deuxièmement, si dans votre premier tome votre héros était un peu comme ci ou comme ça, le faire changer radicalement est impossible (sauf si de très nombreuses années séparent le tome 2 du tome 1, à moins que votre personnage subisse de gros traumatismes. Ensuite, on peut en tant qu’auteur avoir une vision « achevée » de la saga et du coup vouloir aller trop vite dans l’évolution et les changements du personnage.

Intégrer de la nouveauté, de nouveaux personnages, de nouveaux décors, de nouvelles histoires, de nouvelles intrigues secondaires, tout en gardant en tête l’intrigue principale. Il ne faut pas non plus cumuler les intrigues secondaires juste pour le plaisir d’ajouter des intrigues et agrémenter votre roman. Peut-être que vous aviez envie d’écrire une trilogie et qu’en réalité, deux tomes peuvent être suffisants. Se remettre en question à du bon. Pour cela, il faut à la fois penser chaque tome comme une partie faisant partie d’un tout. Voyez la saga comme le « livre » complet et les tomes comme des chapitres.

Pourtant, chaque roman doit être achevé, toutes les intrigues doivent être résolues. Pourquoi ? Et bien parce qu’il y a fort à parier que votre lecteur ne lira qu’un seul tome. D’accord, c’est une vision pessimiste, je l’accorde, mais même si vous avez 10 millions de lecteurs pour le premier tome, tous n’iront pas acheter le second tome, pour diverses raisons et si la moitié achètent le tome 2, combien iront jusqu’au tome 3 ? Ainsi de suite. C’est triste, mais c’est ainsi donc il faut absolument que vos romans soient des unités complètes en même temps que des unités globales.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s