Tutoriel : en quoi le synopsis et le traitement vous aideront à écrire votre roman

Qu’est-ce qu’un synopsis ? À quoi sert d’écrire un synopsis ? Pourquoi l’écrire avant la phase d’écriture du roman ? Qu’est ce qu’un traitement ? Quel est son but dans la rédaction ?

Le synopsis est une sorte de résumer de l’histoire. Il peut être détaillé ou bien concis. Lorsqu’il s’agit de distribuer son synopsis, il est généralement long de 3 à 5 pages.

Ce qu’en cinéma, on nomme le traitement, il est souvent bien plus long, entre 15 et 45 pages. C’est un long résumé du film mais sans les dialgoues

Que trouve-t-on dans le synopsis ? Le résumé de l’histoire. Le squelette. La structure. La base. Les fondations.  Le synopsis étant très court, on n’y trouve que les éléments essentiels à l’intrigue :

le héros

les personnages principaux

les lieux principaux

Les défis / les objectifs de vos personnages

La résolution de l’intrigue.

En somme, vous devez avoir :

Le début de l’histoire : Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Qui est qui ? (nom des personnages, identité rapide) Quel est le point de départ des personnages importants ? (bref résumé de la bio des personnages ) Où ça se passe ? (Quel lieu ? Pourquoi ? Qu’est-ce que ça représente ? ) Quand ça se passe ? (age des personnages, dates si besoin). Quel est le but de l’histoire / la quête ?

Le milieu de l’histoire : Comment ? Pourquoi ? Qu’est-ce qu’il se passe ? Pourquoi ça se passe ? Quels sont les obstacles ? Comment le personnage s’en sort ?

La fin : situation final. Évolution des personnages. Réussite ou échec de la quête principale ? Et les autres intrigues ? Est-ce que tout est résolu ?

Vous devez vous dire « ok très bien ce n’est qu’un résumé comme les autres. « Oui, mais ce résumé, vous devez le rédiger avant même d’écrire le roman. Quand je dis l’écrire cela ne veut pas uniquement dire coucher un vague résumé sur un morceau de papier qui terminera à la poubelle. Non, c’est à partir de ce résumé que commence vraiment le travail d’écriture.

Pourquoi ?

Tout d’abord, coucher les mots sur du papier (ou un écran), cela donne vie aux idées. On ne les oublie pas. Elles sont consignées et comme le dit l’adage  » Les mots passent, les écrits restent. » Écrire permet de prendre du recul. Les idées que l’on a dans la tête n’ont pas la même distance que l’écrit. Il est donc plus facile de voir si l’on fait fausse route en relisant un texte.

Ensuite, écrire le résumé avant même d’écrire l’histoire, cela permet de savoir où l’on va, pourquoi on est va et surtout si la voie n’est pas la mauvaise. Cela ne rendra pas l’écriture plus facile, mais au moins on connaît à l’avance le destin des personnages et le but de l’histoire.

De plus, je pense (mais je peux me tromper) que connaître la fin d’une histoire / le but à atteindre / l’objectif ultime est bien plus motivant que de se lancer à l’aventure à l’aveuglette. Cette vision est certainement liée à mon caractère et elle n’est donc pas partagée par tous.

Mais encore, je crois que planifier à l’avance un roman permet de ne pas avoir à revenir, encore et encore, sur certains points lors des corrections. Il est plus facile de remanier un résumé, d’ajouter des passages de voir si tout « colle » lorsque le récit est encore au stade du synopsis ou du traitement que lorsque le roman fait plus de 500 pages words.

Le synopsis ou traitement ( on verra plus loin de quoi il s’agit) pourra être facilement distribué aux membres de l’entourage pour savoir si l’idée (les idées) de départs sont « bonnes », « intéressantes », « captivantes ». Je ne donne jamais à lire mes ébauches, ni mes résumés, mais je sais qu’il est parfois motivant d’avoir des membres proches pour vous demander « alors ton roman, il en est où ?« . Donnez le résumé permettra à votre entourage de savoir que 1) vous écrivez vraiment un roman et ne tentez juste pas d’échapper aux corvées. 2) Que vous êtes motivé et que non, vous n’abandonnerez pas en cours de route. Et puis cela donne matière à discuter du roman, être écrivain est un métier solitaire.

Si le synopsis est le résumé en 5 pages (environ même s’il est plus long ce n’est que mieux ) le traitement lui est le véritable canevas de l’œuvre.

Bon, mais qu’est ce que c’est ?

Dans le cinéma, le traitement, c’est en quelque sorte la phase dans laquelle on résume tout ce qu’il va se passer dans le film, scène par scène. C’est la substance même de la scène et du film. Tout y est dit « grosso modo« . C’est une étape indispensable pour voir, en amont, les faiblesses du scénario. On y vérifie la nécessité de chaque scène. La logique et le rythme de l’histoire, ainsi que la problématique de chaque scène.

Transposer à l’écriture d’un roman, c’est le séquencier Chapitre par Chapitre.

Ce qu’il devra s’y trouver ? Tout mais en substance. Vous devrez résumer le chapitre :

les personnages qui s’y trouveront. Pourquoi ? Leur but dans le chapitre.

L’intrigue principale du chapitre. Et son utilité dans le roman.

Les lieux. Les atmosphères. De rapides descriptions.

Les informations que vous allez transmettre aux lecteurs.

En somme, vous devriez être capable en le lisant de savoir si le chapitre est captivant ou non. Vous devez y inscrire les élèments capitaux de votre chapitre.

Pour les dialogues (s’ils vous viennent) écrivez seulement ce que se disent les personnages. Pas de

« -Untel dit que ceci.

Marchine Répond cela.

Truc-muche intervient pour dire que…« 

Si vos personnages parlent de la quête écrivez simplement « ils parlent de la quête. Untel explique ses doutes sur le sujet. Machine-lui répond qu’elle est convaincue du bien-fondé de la quête.« . Bref, si ce n’est pas le moment des grandes envolées lyriques, ni de montrer votre style le plus ampoulé, c’est le moment de montrer que vous savez où vous voulez aller.

On peut aller plus loin et faire un séquencier scène par scène, mais pour ma part, je trouve que c’est aller trop loin. Mais tout dépend des techniques que l’on veut employer et de son propre ressentit.

L’avantage du traitement c’est que vous pourrez vérifié l’avancer logique de votre roman, l’importance de certaines scènes et le découpage en acte.

Combien de fois faudra-t-il réécrire le synopsis et le traitement ? Autant que possible. Autant que vos idées évolueront. Autant que vos recherches vous permettront d’avancer.

Certains penseront qu’il s’agit d’une perte de temps et que les « méthodes du cinéma » ne peuvent / ne doivent pas s’appliquer au roman, mais je ne suis pas d’accord. Sans aller jusqu’à concevoir un story-board de votre roman, je crois que savoir faire un synopsis permettra d’avoir une bonne idée de ce que l’on veut dire. Quant au traitement, il sert de canevas complet à l’intrigue et au récit et il est plus facile à manier que le texte. C’est aussi une excellente méthode pour prendre du recul et se détacher des « tableurs » dont on entend souvent parler et qui servent à planifier les romans.

Je ne suis pas contre les tableaux, mais il est parfois bien de tester d’autres méthodes.

Publicités

2 réflexions sur “Tutoriel : en quoi le synopsis et le traitement vous aideront à écrire votre roman

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s