Concevoir des lieux

Je l’ai déjà dit sur ce blog, écrire et concevoir des lieux ce n’est pas ma tasse de thé. Je n’arrive pas à les imaginer, à les décrire. Parfois, j’arrive à visualiser une pièce, un décor, un paysage, mais voilà pas moyen de trouver les mots qui vont avec. Alors forcément les paysages se ressemblent beaucoup, les décors également. J‘ai également beaucoup de mal avec les dimensions des pièces et des maisons.

Alors si vous êtes comme moi comment faire ?

Je n’ai pas de recette magique. Je peux seulement vous dire qu’il faut de la patience, le conseil de personne plus doué dans ce domaine et de l’imagination.

Le premier conseil que je peux vous donner: regarder autour de vous. Si vous devez écrire une histoire qui se passe dans le monde « banal », aller voir les maisons du coin, vous trouverez peut-être une maison intéressante et inspirante pour écrire votre roman. Ce conseil peut s’appliquer pour les paysages, les rues, les décors, des objets spécifiques.

Lors de vos balades (en ville, à la campagne, dans les musées, les trains etc), vous pourriez tomber sur un objet, une rue, une fontaine, une maison, une atmosphère qui peut vous inspirer. Je dirais qu’il faut toujours avoir un appareil photographique sur soit. (un smartphone fait l’affaire également) et un carnet. Pourquoi le carnet ? Pour noter les impressions au moment de la découverte du lieu. C’est peut-être utile surtout si votre personnage découvre aussi le lieu.

Second conseil, Internet :

Internet est une mine d’information et d’outils pour voyager sans bouger de son salon. L’avantage, c’est que vous pouvez aller à Marseille même si vous habiter à Lille sans dépenser un Kopeck, c’est pratique. Parfois lorsque l’on voyage, on se retrouver face à des lieux que l’on trouve inspirant, mais après coup. Parfois, il est impossible d’y retourner ou pas avant un long moment. C’est là que les maps peuvent servir.

Dernier conseil :

Les livres d’architecture, d’art, de voyage, de photographie… Autant de moyen de visiter sans bouger de chez soi. Ces livres peuvent être onéreux, mais il y a sûrement moyen d’en consulter quelques-uns à la bibliothèque du coin, sans dépenser un sou (les cartes d’abonnement sont souvent payantes, mais les consultations sur place sont gratuites). Vous pouvez même vous rendre dans les bibliothèques universitaires où il y a des cours d’architectures afin de potasser quelques livres et d’avoir des détails techniques sur l’architecture. (bien plus fiable que notre ami Internet ). Sauf si vous êtes interdit de bibliothèque universitaire cela va s’en dire.

Je vous ai parlé de piocher des idées dans les livres, la vie, l’architecture, les paysages proches ou lointains, mais alors doit-on prendre simplement les lieux et les remettre directement dans son livre ?

Non, et oui, tout dépend. Si vous écrivez un livre historique, il y a des chances pour que votre lecteur ait envie et besoin d’avoir les éléments réels ( si vous écrivez sur Paris en 1832, il y a des chances pour que votre lecteur soit au courant que Paris de l’époque n’est pas le Paris actuel ). Si vous êtes dans la fiction pure, vous pouvez mêler les styles pourquoi une cathédrale gothique dans le désert ? Vous pouvez aussi parler de Florence et y incorporer des éléments de décor d’autres villes ( éviter de citer le nom des villes alors, sans quoi vos lecteurs les plus avisés pourraient vous prendre pour un arnaqueur).

Dans la saga que j’écris actuellement, il y a deux lieux que j’ai « volé » un que j’ai décrit sans même y réfléchir : la maison de ma tante. Une petite maison de ville, style après-guerre. J‘ai remis exactement les pièces comme elles étaient, les meubles et le style de ma tante dans cette maison. La seconde maison, une autre maison de ma tante, j‘ai varié les pièces, j‘en ai ajouté, j un étage, un grenier, mais le rez-de-chaussée est le même, sauf l’escalier qui a bougé de place. Je me suis inspirée de ces endroits parce que je les connais bien, il était donc facile de les décrire. Par contre pour le reste, j’ai beaucoup de mal.

J’essaie de prendre des idées à droite et à gauche et de les imbriquer les unes dans les autres, mais voilà, je n’imagine pas les lieux. Alors que je voudrais que le lieu / les lieux soient uniques et parfaits pour l’histoire, ils ne le sont pas. Peut-être que cela ne se remarque pas pour les lecteurs, mais moi, je le sais et c’est frustrant.

Et vous comment faites vous pour concevoir les lieux de vos histoires ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s