Bilan de Novembre

Je recommence à être débordée. Ce qui est mauvais signe. Le travail ne doit pas passer avant l’écriture de ma saga. Cette année de challenge doit être une année de révolution ! Je dois penser à mon œuvre avant tout.

En novembre, je suis parvenue à écrire mon Tome 2. Il y aura énormément de correction. Je me rends compte que je ne l’ai pas assez planifié. Il manque des scènes clés et des scènes sans intérêt sont venues s’ajouter au fur et à mesure. J‘espère ne pas avoir besoin de réécrire tout le livre en phase de correction.

machine-1708767_1920
Je ne suis pas allée assez loin dans la personnalité de mon héroïne. Elle n’est pas aussi cruelle et ambiguë que je ne l’avais planifié. Elle est encore trop lisse et ressemble trop au personnage principal du premier Tome. Il va falloir que je renforce ses défauts, que je les exploite plus.

Le temps de l’action est trop long. Il faut que je trouve le moyen d’enchaîner les actions. Sauf les deux dernières actions qui doivent être sur un temps long.

Il manque une révélation capitale à la fin du roman. Il est nécessaire que je l’insère sans quoi la suite de l’histoire risque d’être « étonnante ».

Je n’ai écrit que « 70 000 » mots, moins que les 75 000 prévue : ce qui compte ce n’est pas la quantité, mais la qualité. J’ai donc relevé le défi du nanowrimo.

L’histoire d’amour et l’histoire de haine (je n’ai pas mieux pour la décrire sans révéler l’histoire) doivent être plus ordonnées et cohérentes. Je vais avoir besoin de mieux planifié ces éléments-là aussi.

En conclusion

Le Tome 2 de ma saga est truffé d’incohérences et je me suis bien trop laissée porter par mon imagination et non par mon plan. Ce qui me posera de gros problèmes en phase de correction. J‘ai peur que ce ne soit pareil pour le tome 3.

Je dois me créer un planning de travail. Je dois pouvoir écrire les 1 500 à 3 000 mots, que je me suis fixée par jour, en plus des révisions que je dois faire pour préparer un concours et des tâches quotidiennes.


Ce que l’on peut donc retenir de ce mois de novembre :

Toujours rester fidèle à son plan. L’imagination, c’est bien, sauf qu’une histoire a besoin d’être cohérente et ordonnée. Un bon roman doit être logique et avec une montée de tension.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s