Trouver des idées de roman

Trouver des idées lorsque l’on commence à vouloir écrire un roman, on se dit qu’il est impossible, encore moins la bonne idée. C’est faux. Voilà pourquoi …

Trouver des idées, c’est simple.

Ah bon ?

Oui, parfaitement.

Vous en trouverez partout. Il suffit d’ouvrir les yeux, les oreilles et de vous laisser porter. Jusqu’ici rien d’extraordinaire me direz-vous. Certes. Mais comment faire alors ?

 

Sortir !

C’est là la clé. Sortir, lire, découvrir et s’enrichir. Les bonnes idées (toutes les idées sont bonnes pour peu que l’on sache les développer) ne se trouveront pas devant une page blanche de votre carnet de notes ou de votre traitement de texte.
coffee-965768_640.jpg

Cependant, toutes les idées ne sont pas exploitables. Pourquoi ? Parce que vous n’aurez probablement pas le désir de toutes les exploiter. Je m’explique :

Imaginons que vous trouviez comme idée une histoire entre une femme de la bonne société et celle d’un jeune SDF. Que pourraient-ils leur arriver ? Tomber amoureux ? Ah oui, mais voilà vous les romans d’amour ce n’est pas votre truc. Que faire ? Abandonner l’idée de parler de cette femme que vous imaginez déjà avec ces traits de caractères prononcés, sa bonne éducation et son argent et ce jeune homme qu’il faut « sauver » de la rue ? Non, pas forcément, mais il faut aller plus loin que l’idée d’une histoire d’amour.

Pour trouver une idée de roman que vous aurez plaisir à rédiger, il faut vous connaître vous-même. C’est là qu’intervient ma méthode favorite : les listes. C’est également une excellente méthode lorsque je n’ai plus d’idée pour le roman en cours de rédaction.

La méthode des listes est simple :

Elle se compose de quatre questions générales mais qui ont fait leur preuves.

Qu’est-ce que j’aime ? Je fais donc la liste de tous les domaines que j’apprécie et qui me vient à l’esprit en cinq à dix minutes.

De quoi ai-je envie de parler ? Je note toutes les idées qui peuvent me venir. Il me faut en général dix ou quinze minutes pas plus.

Qu’est-ce que je ne connais pas, mais que j’aimerais découvrir ? Encore en quelques minutes, je dresse une petite liste.

Qu’est-ce que je déteste ? Traits de personnalité, actions, livres, films, style de vie.

Petit exemple :

Qu’est-ce que j’aime :

La danse classique ; la littérature fantastique ; les gens gentils ; les comédies musicales ; les personnalités criminelles (très bonne source d’inspiration pour les « méchants) ; l’époque victorienne ; les belles maisons ; les cartes postales.

De quoi ai-je envie de parler :

Steampunk ; de magie ; d’un criminel ; d’un château ; d’un mode de vie sain ; de la guerre ; du chant des oiseaux ; d’architecture ; de séduction ; de malédiction.

Qu’est-ce que je ne connais pas, mais que j’aimerais découvrir ?

La médecine ; la philosophie des lumières ; la fabrication des drapeaux ; la création de la Marseillaise ; la musculation ; le tricot.

Qu’est-ce que je déteste :

Les impôts ; les maladies graves ; les imbéciles qui roulent trop vite en voiture ; les piscines municipales ; les hypocrites ; mon incapacité de terminer un challenge.

En suivant cette petite liste, j’obtiendrais l’idée suivante : parler d’un monde parallèle (steampunk ou magie), d’un personnage qui serait floué par un criminel. J‘irais probablement plus facilement faire des recherches sur la médecine et la musculation pour envisager une personnalité de voleur pour qui le physique est important. Je parlerais probablement d’un problème avec les impôts qui serait un enjeu majeur pour un des personnages.
Après quelques réflexions cela donnerait :

Un homme devrait sauver sa famille de la faillite devrait se transformer en voleur. Il rencontrerait  un personnage féminin ( frêle constitution, plus pratique pour se faufiller) qui l’aiderait à voler quelque chose de très important, dans un château. Le tout serait certainement dans un univers steampunk parce que c’est un univers que j‘aimerais découvrir plus profondément.

Une fois mes listes établies, je cherche à faire des associations d’idées. C’est ainsi qu’il y a des années, j’ai eu l’idée de ma saga (qui n’a pas encore de nom officiel j‘attends d’avoir tout rédiger pour la nommer officiellement). À l’époque, ce qui m’intéressait, c’était la magie, j’avais envie de parler d’une histoire d’amour possible, mais dont l’un des personnages pensait impossible ce qui gâcher tout, je voulais découvrir la Russie et les coutumes russes, ce que je détestais, c’était les personnages gentils et que tout se termine bien.

Très rapidement, j’ai brossé le portrait d’un personnage principal ambivalent. J’ai imaginé une histoire d’amour qui aurait pu être parfaite, mais dont l’un des deux repoussaient constamment l’autre pour mille raisons. Ces rejets conduisaient l’autre personnage vers le mal, la vengeance et la douleur. Le tout sur fond de guerre et de magie. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s